Mike Horn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mike Horn
DmitrySharomov20161208-4023.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (54 ans)
Nationalités
Formation
Activité
Autres informations
Distinction
Laureus World Sports Award for Action Sportsperson of the Year (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Mike Horn, de son nom complet Michael Frédérick Horn, né le (54 ans) à Johannesbourg (Afrique du Sud), est un explorateur-aventurier de culture afrikaner, ayant la nationalité suisse[1],[2] et sud-africaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et premières expériences[modifier | modifier le code]

Mike Horn est né le 16 juillet 1966 à Johannesburg.[3]

Sa mère a travaillé en tant qu'enseignante en économie. Son père, directeur d'école, a enseigné le sport après avoir fait carrière dans le rugby. Il meurt à quarante-deux ans lorsque Mike en a dix-huit[4].

Pendant son enfance, il pratique de nombreux sports : rugby, cricket, athlétisme, tennis, vélo, etc.[3]

De 1984 à 1986, Mike Horn est lieutenant dans les forces spéciales sud-africaines[5]. De retour à la vie civile, il obtient un diplôme dans le domaine de la science du mouvement humain à l’Université de Stellenbosch[5] puis travaille dans l'entreprise de son oncle, d'import-export de fruits et légumes[5].

Expatriation[modifier | modifier le code]

En 1990, il gagne une forte somme d'argent en vendant une cargaison de choux trois fois son prix. Il décide alors de changer de vie et de quitter l'Afrique du Sud.[3]

À cette époque, en raison de l'embargo, seuls Israël, l’Angleterre et la Suisse peuvent l’accueillir sans visa. Le premier vol disponible étant un Johannesbourg-Zurich, il part donc pour la Suisse.[5]

Il commence par de multiples petits boulots, travaille dans des fermes, apprend à skier, devient moniteur, garde-rivière, barman, bûcheron, vendangeur, etc. Il se lance également dans les sports d'eau vive : rafting, hydrospeed, canyoning[5]etc.

Vie de famille[modifier | modifier le code]

Il emménage ensuite à Château-d'Œx[4] où il gère une auberge de jeunesse. Il y rencontre Cathy[4] ( - ) originaire de Nouvelle-Zélande, infirmière de formation, qui s'installe dans les Préalpes vaudoises un an avant de rencontrer son époux dans un café de Château-d’Œx, en 1990. Très rapidement, le couple fonde une famille : Annika voit le jour en 1993 et Jessica l’année suivante[6]. Cathy devient son bras droit[4] et coordonne ses expéditions en s’occupant de la logistique, des ravitaillements et de la communication. Malade du cancer du sein[4] à partir de 2008, Cathy meurt le , après 7 ans de lutte contre la maladie. Elle n’a pourtant pas renoncé à soutenir son mari dans l’aventure du voilier Pangaea, qui débute la même année que le diagnostic de sa maladie et s’achève fin 2012.

Débuts d'aventurier[modifier | modifier le code]

En 1991, il explore la Cordillère des Andes au Pérou en raft et parapente pendant 3 mois.[5] Il fait aussi ascension de l'Aconcagua (6 962 m) et du Chimborazo (6 268 m).

En 1994, il est approché par l’équipe « Sector No Limits », un groupe qui sponsorise une vingtaine d’athlètes dans les sports extrêmes.[7] Il descend alors le glacier du Mont-Blanc en body board.[5]

En 1995, il réalise un saut de cascade (22 m) avec un hydrospeed sur le Rio Pacuare, au Costa Rica.[5] La même année, il fait une descente en hydrospeed du Colca au Pérou.

En , il entreprend sa première grande expédition, après un violent accident de voiture qui endommage son genou droit : la traversée de l'Amérique du Sud seul et à pied[5] ; il part pourtant des côtes péruviennes en direction du mont Mismi. Après 600 km de marche, il rejoint le sommet à 5 800 m d’altitude, source du fleuve Amazone. Il entame à l'aide de son hydrospeed[8] une descente de 6 700 km à travers les canyons. 171 jours plus tard, il atteint l’embouchure du fleuve à Macapa au Brésil.

Il embarque comme équipier sur le bateau de Laurent Bourgnon, avec lequel il participe Grand Prix des Multicoques[Quand ?][5],[9].

En 1997, il rejoint l’équipage du Mari Cha III[10], un monocoque de 45 mètres.

Expéditions[modifier | modifier le code]

Latitude Zéro[modifier | modifier le code]

Du 2 juin 1999 au 27 octobre 2000, il réalise un tour du monde par l’équateur ( 40 000 km ) en 17 mois sans moyen de transport motorisé suivant une idée de Mick Régnier de l'agence Éolienne. Cette expédition est nommée Latitude Zéro. Il part de Libreville au Gabon, traverse l'Atlantique sur un trimaran de 28 pieds puis le Brésil et l'Équateur à vélo, en pirogue et à pied. Il traverse ensuite l'océan Pacifique passe par les îles Galapagos pour atteindre l'Indonésie. Il traverse Bornéo et Sumatra à pied, avant de traverser l'océan Indien. Enfin, il traverse le continent africain à pied à travers le Congo et le Gabon.[7]

Arktos[modifier | modifier le code]

En 2002, il se lance dans le tour du monde par le cercle polaire, l’expédition Arktos. Lors d'une expédition préliminaire (atteindre le pôle Nord) pour sa préparation en vue de l'expédition Arktos, il est contraint à l’abandon pour cause de gelures aux mains. Mais il réussit finalement en solitaire sa principale expédition, le tour du cercle polaire à pied, vélo, kayak, voilier, ski et ski tracté par cerf-volant, le . Cette expédition de 808 jours (27 mois) a donné lieu à un film, Arktos : Le voyage intérieur de Mike Horn, réalisé et produit par Raphaël Blanc.

Voyage durant la nuit arctique[modifier | modifier le code]

Durant l'hiver 2006, Mike part pour un voyage de 60 jours et un périple de 1 000 km sur des skis sans chien ni transport motorisé pendant la nuit arctique, avec l'explorateur norvégien Børge Ousland.[8]

Gasherbrum[modifier | modifier le code]

En 2007, Mike Horn, Jean Troillet, Fred Roux et Olivier Roduit atteignent le sommet du Gasherbrum 1 (8 035 m) et Gasherbrum 2 (8 068 m) sans oxygène. Le plan initial était de monter quatre sommets himalayens de 8 000 m mais la météo leur a fait faire demi-tour[11].

Trek au Pôle Nord en famille[modifier | modifier le code]

En 2007, ses filles Annika et Jessica deviennent les plus jeunes enfants à faire un trek au Pôle Nord. Accompagnées de leurs parents, elles marchent pendant 3 jours entre la base de Barneo et le Pôle Nord.

Pangaea[modifier | modifier le code]

Il effectue à partir de 2008 une nouvelle expédition baptisée Pangaea, du nom de son bateau à voile de 35 m en aluminium, construit dans une favela de São Paulo au Brésil. Il s'agit d'un tour du monde par les cinq continents et toujours sans aucun moyen de transport motorisé. En 2009, des jeunes entre 15 et 20 ans sont invités à le rejoindre au cours des diverses étapes de son voyage. Douze jeunes de chaque continent l'accompagnent pour une durée de 10 à 12 jours, où ils ont mis en œuvre des projets écologiques et sociaux, suivant la devise « explorer - apprendre - agir »[8]. L'expédition Young Explorer Program a commencé le et s'est achevée le , après 4 ans d’expédition : Antarctique (), Nouvelle-Zélande (), Malaisie (octobre), Inde () Himalaya (mai), Chine et Mongolie (août), Kamtchatka (décembre), Pôle Nord (), Canada (août), États-Unis (novembre), Amazonie () et Afrique du Sud (juillet).

Pole2Pole[modifier | modifier le code]

Le , il commence sa nouvelle expédition Pole2Pole[8] au départ du Yacht Club de Monaco. Une fois arrivé en Namibie, il se lance dans l'exploration du plus ancien désert du monde, le Namib. Il se dirige ensuite vers le Botswana pour traverser l'Okavango, l'ancien plus grand delta intérieur du monde. Il prend alors la direction de son pays natal, l'Afrique du Sud, qui a été le cadre du premier projet de Pole2Pole : le Shark Project.

L'objectif était alors de combattre les stéréotypes négatifs associés aux requins, de sensibiliser la population aux problèmes que rencontrent les océans sur toute la planète et de prendre contact avec les programmes sud-africains existant dans ce domaine.

Traversée nord-sud de l'Antarctique[modifier | modifier le code]

Le à 22 h 50 TU, Mike Horn a effectué la plus longue traversée nord-sud sans assistance de l'Antarctique, de la côte de la princesse Astrid (lat-70.1015 lon 9.8249) à la base Dumont-d'Urville (lat -66,6833 lon 139.9167) via le pôle sud. Il est arrivé au pôle le . Une distance totale de 5 100 km a été parcourue avec des cerfs-volants et des skis en 57 jours[12],[note 1].

Expédition en Arctique[modifier | modifier le code]

En , il se retrouve en difficulté lors d'une expédition en Arctique[13]. Il part accompagné de l'aventurier norvégien Borge Ousland, partis en bateau depuis Nome (Alaska), ils rejoignent la banquise le puis continuent à ski pour traverser l’Arctique jusqu'au où ils sont récupérés[14]. Leur traversée aura duré 87 jours au lieu de 60 jours initialement prévus[15]. À plusieurs reprises, Mike Horn tomba dans l'eau glacée, notamment à cause de la fonte des glaces et du réchauffement climatique ; il en a même perdu ses orteils. Cette excursion fut la plus éprouvante et la plus importante de toute sa vie s'inscrivant dans son projet "Pole2Pole" dont l'objectif est de faire le tour de la planète par les deux pôles[16].

Autres activités[modifier | modifier le code]

En 2014, il travaille avec l'équipe de foot allemande et l'équipe de cricket Kolkata Knight Riders d'Inde en tant que coach sportif et mental : l'Allemagne gagne la demi-finale face au Brésil 7-1, puis la Coupe du Monde face à l'Argentine 1-0 ; quant aux Kolkata Knight Riders, ils remportent le championnat Indian Premier League.

Depuis 2015, il anime l'émission The Island sur M6, où il apprend aux participants à survivre en milieu hostile.

À partir du , dans l'émission À l'état sauvage sur M6, adaptation de l'émission américaine Running Wild with Bear Grylls, il accompagne une personnalité en pleine nature et la guide pour lui apprendre à survivre en l'absence de toute vie humaine.

En 2020, il prend le départ du Rallye Dakar 2020 comme copilote aux côtés de Cyril Despres. Mike se dit « observateur »[17].

La même année, il part explorer le Svalbard, en Norvège, avec le navigateur Bernard Stamm pour communiquer sur la fragilité des écosystèmes. Il sera rejoint par les vidéastes web francophones Amixem, Le Grand JD et Cyril.mp4[18] .

Positionnement vis-à-vis du réchauffement climatique[modifier | modifier le code]

Le matin du , Mike Horn s'exprime sur la radio RTL. Il dit soutenir « un changement petit à petit de nos habitudes pour aller vers des modes de vie plus durables ». Il dit aussi « qu'on ne peut pas tout à coup arrêter de vivre, qu'on ne peut pas aller en arrière ». Mike Horn ne soutient pas vraiment Greta Thunberg, déclarant que « c'est ridicule de penser que tout le monde doit arrêter de vivre et éteindre la lumière ». Selon lui, la lutte contre le réchauffement climatique, doit surtout être du ressort des générations plus jeunes, les personnes de sa génération ayant déjà pris certaines habitudes[19].

Polémique[modifier | modifier le code]

Dans le premier épisode de The Island : Célébrités diffusé le , Mike Horn attrape un caïman et jette celui-ci sans ménagement, et choque ainsi des téléspectateurs et est dénoncé par Reha Hutin, présidente de la fondation 30 millions d'amis[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mike Horn est quelquefois qualifié de premier homme a avoir traversé intégralement l'antarctique en solitaire. Toutefois, d'autres avant lui ont fait cette traversée, mais sur des distances plus courtes : Borge Ousland en 1996, Laurence de la Ferrière en deux étapes, en 1997 et 1999 (Voir Retour sur quelques unes des principales expéditions en Antarctique sur runners-to-the-pole.com), et Rune Gjeldnes en 2006 (voir Pourquoi l’exploit de Mike Horn en Antarctique est-il hors norme ? sur widermag.com)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Mike Horn obtient la nationalité suisse », 20 minutes, consulté le 3 juin 2016
  2. Il réside officiellement en Suisse.
  3. a b et c « Mike Horn », sur www.xoeditions.com (consulté le 22 août 2020)
  4. a b c d et e « Mike Horn : c’est avec sa femme qu’il a tout plaqué pour devenir explorateur - Elle », sur elle.fr, (consulté le 22 août 2020)
  5. a b c d e f g h i et j Biographie de Mike Horn sur le site de XO éditions : http://www.xoeditions.com/auteurs/mike-horn/
  6. « Mike Horn : le touchant message de l'aventurier à ses deux filles », sur Paris Match (consulté le 3 novembre 2017)
  7. a et b « ▷ Qui est l'aventurier Mike Horn ? », sur La Rando: Magazine Randonnée, Trekking, Alpinisme & Survie, (consulté le 22 août 2020)
  8. a b c et d unmondedaventures, « Les principaux exploits de Mike Horn », sur Un Monde d'Aventures, (consulté le 22 août 2020)
  9. « Laurent Bourgnon, une vie entre ciel et mer », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 22 août 2020)
  10. « Mike Horn : L’aventurier en Calédonie », sur DNC.NC, (consulté le 22 août 2020)
  11. « Un second 8000 pour l'expédition Horn-Troillet », sur lenouvelliste.ch,
  12. traversée de l'Antarctique en solitaire blog Widermag, 8 février 2017
  13. « Mike Horn en péril sur la banquise arctique », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  14. « Mike Horn a été récupéré sain et sauf », Le Matin,‎ (lire en ligne)
  15. Paris Match, « "Je n'ai que mes filles" : Mike Horn se confie sur son rôle de père », sur parismatch.com (consulté le 22 août 2020)
  16. « Mike Horn secouru après une expédition infernale en Arctique », sur www.cnews.fr (consulté le 14 avril 2020)
  17. 20 Minutes avec AFP, « L'aventurier Mike Horn participe au Dakar en tant qu'«observateur» », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 3 août 2020).
  18. « Mike Horn de Brest vers l'Arctique : une nouvelle aventure avec le navigateur Bernard Stamm », sur France 3 Bretagne (consulté le 7 septembre 2020)
  19. « Mike Horn : "On ne peut pas arrêter de vivre" », sur RTL.fr (consulté le 26 juin 2020).
  20. Emilie Geffray, « Un caïman maltraité dans The Island : Reha Hutin de 30 millions d’amis furieuse contre M6 », sur tvmag.lefigaro.fr,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Latitude zéro, XO éditions (2001)
  • Conquérant de l'impossible, XO éditions (2005)
  • À l'école du Grand Nord, XO éditions (2005)
  • Objectif : Pôle Nord de nuit, XO éditions (2007)
  • Vouloir toucher les étoiles, XO éditions (2015)
  • Aventurier de l'extrême, coédition XO Éditions & Les Éditions du Chêne (2016)
  • Libre !, coédition XO Éditions & Les Éditions du Chêne (2017)
  • L’Antarctique, le rêve d’une vie, XO éditions (2018)
  • L'incroyable combat de l'Antarctique, Epa Editions (2019)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • depuis 2015 : The Island, présentateur sur la survie des candidats
  • 2016-2018 : À l'état sauvage, adaptation française de l'émission Running Wild with Bear Grylls avec une célébrité
  • depuis  : Cap Horn sur M6, où une célébrité rejoint Mike Horn sur son expédition Pole2Pole
  • 2019 : apparition dans deux épisodes de Top Gear France et dans un épisode (épisode 7 saison 3) de la série télévisée Platane d'Eric Judor où il s'incarne lui-même

Liens externes[modifier | modifier le code]