Université de Stellenbosch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université de Stellenbosch
Nom original Stellenbosch University
Universiteit Stellenbosch
Informations
Fondation 1866
Type Université publique
Régime linguistique Afrikaans, anglais
Localisation
Coordonnées 33° 55′ 48.27″ S 18° 51′ 53.01″ E / -33.930075, 18.864725 ()33° 55′ 48.27″ Sud 18° 51′ 53.01″ Est / -33.930075, 18.864725 ()  
Ville Stellenbosch
Pays Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Chiffres clés
Étudiants 26 243
Divers
Site web www.sun.ac.za/

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

(Voir situation sur carte : Afrique du Sud)
Université de Stellenbosch

Géolocalisation sur la carte : Cap-Occidental

(Voir situation sur carte : Cap-Occidental)
Université de Stellenbosch
Bâtiment central de l'université de Stellenbosch

L'université de Stellenbosch (en anglais, Stellenbosch University ; en afrikaans, Universiteit Stellenbosch) se trouve dans la ville de Stellenbosch, province du Cap-Occidental.

Elle comprend 10 facultés divisées en 150 départements et 40 centres de recherche pour un total d'environ 26 000 étudiants.

Le surnom de l'université est « Maties » (qui signifie « copain » en afrikaans) en référence à la couleur du maillot de rugby de l'équipe de l'université.

Université afrikaner, elle a accueilli presque tous les hommes politiques blancs importants du XXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée en 1679, Stellenbosch est la deuxième plus ancienne ville d'Afrique du Sud. Dès 1685, au moment de l'édification de l'église réformée hollandaise une école était fondée dans la ville. En 1840, au moment de l'unification du système scolaire public au sein de la colonie du Cap, Stellenbosch fut choisi pour devenir une ville référence en matière d'éducation. En 1866, l'école publique locale devint un établissement d'enseignement de première catégorie appelé Stellenbosch Gymnasium, dispensant un enseignement général de premier et second cycle. En 1874, la faculté des arts et des sciences était fondée, diversifiant l'enseignement prodigué au Stellenbosch Gymnasium.

En 1881, la faculté des arts recevait le statut de collège et devenait le Stellenbosch College englobant le Stellenbosch Gymnasium. En 1886, un nouveau bâtiment était édifié, abritant le Stellenbosch College. En 1887, année du jubilé d'or de la Reine Victoria, le collège prit le nom de Victoria College of Stellenbosch'. L'année suivante, la faculté de l'agriculture ouvrait ses portes.

De 1897 à 1900, plusieurs importants bâtiments furent édifiés comme le laboratoire de science physique ou la bibliothèque Christian Marais alors que les disciplines d'enseignements se diversifiaient avec les chaires de philosophie, de latin, d'histoire, de mathématiques appliquées etc

Après la fondation de l'Union sud-africaine en 1910, le gouvernement n'accorda que 3 chartes universitaires à 3 institutions publiques : ce furent l'université du Cap, l'université de Pretoria et celle de Stellenbosch. Le , le Victoria College devint ainsi une université indépendante. Elle comptait alors 503 étudiants et 40 professeurs. Le nombre d'étudiants allait atteindre 22 000 à la fin de la décennie suivante.

Au XXe siècle, elle fut un bastion du Parti national et l'Université de Stellenbosch, un foyer des théoriciens nationalistes comme Hendrik Verwoerd. De nombreux hommes politiques afrikaners y ont été formés. Aujourd'hui, Stellenbosch University est le seul établissement d’Afrique du Sud à conserver une part dominante de son enseignement en langue afrikaans, une particularité qui pour certains représente « l’ombre de l’apartheid qui plane encore sur l’Afrique du Sud »[1].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Politique linguistique[modifier | modifier le code]

L'université de Stellenbosch est historiquement un bastion afrikaner et garde de nos jours une domination de son enseignement en langue afrikaans.

Elle est aujourd'hui une des dernières universités sud-africaines à garder un enseignement global en afrikaans alors que les autres universités, autrefois afrikaners, se sont vu imposer par le pouvoir politique un enseignement exclusivement en anglais.

Cependant, les exceptions à l'enseignement en afrikaans sont autorisés. Ainsi, les étudiants peuvent passer leurs examens dans la langue de leur choix, l'anglais ou l'afrikaans. La faculté des arts a été autorisée à procurer un enseignement bilingue (à hauteur de 40 %) et en troisième cycle, la langue d'enseignement est déterminée par classe en fonction de l'origine linguistique des élèves. Selon l'université, 60 % des étudiants ont l'afrikaans pour langue maternelle, 32 % ont l'anglais et 1,6 % ont le xhosa.

La politique linguistique reste un sujet de débat important au sein de l'université entre ceux ouverts à un bilinguisme plus étendu et ceux partisans d'un enseignement exclusivement en afrikaans.

Disciplines universitaires[modifier | modifier le code]

Résidence universitaire de Dagbreek

Le campus de l'université se répartit entre le campus principal, la faculté de médecine de Tygerberg, l'école de commerce de Bellville Park et la faculté militaire de Saldanha.

Les disciplines suivantes sont enseignées sur le campus principal de Stellenbosch :

L'université dispose d'un immense et remarquable centre de documentation, d'un conservatoire avec deux salles de concerts, de deux stades, deux piscines olympiques et de nombreux terrains de sports.

L'université dispose de plus de 6 000 logements pour étudiants sur son campus même.

Étudiants renommés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Afrique du Sud : Stellenbosch, bastion de l’ombre de l’apartheid », Arthur Cerf, Le Journal International, 20 août 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]