Voyage d'études

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Voyage d'études[1] est un roman inachevé de l'écrivain français Jules Verne.

Jules Verne n'a écrit que les cinq premiers chapitres de l'ouvrage avant sa mort en 1905. Ardent défenseur de l'espéranto, il voulait décrire dans le roman les mérites de cette langue internationale. Son fils Michel a repris le manuscrit original et l'a complété, en éliminant toutes les mentions au sujet de l'espéranto. Il a été publié en 1919 sous le titre L'Étonnante Aventure de la mission Barsac.

En 1981, la ville de Nantes prit possession de nombreux textes inédits de Jules Verne, parmi lesquels figurait Voyage d'études. Les chapitres originaux du roman ont été publiés dans le tome 3 des Manuscrits nantais, en 1991.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jules Verne vers 1895[2].

Résumé de l'intrigue[modifier | modifier le code]

Le texte raconte l'histoire d'une commission parlementaire française envoyée au Congo afin de décider si la colonie doit être représentée au Parlement par un sénateur et un député. André Deltour commande l'expédition, à laquelle, outre les deux élus français Isidore Papeleu et Joseph Denizart, se joignent un géographe réputé, Louis Merly, et le Russe Nicolas Vanof, qui vient se rendre compte sur place de l'expansion de la nouvelle langue universelle (l'espéranto) créée par le docteur Lejzer Ludwik Zamenhof, dans la ténébreuse Afrique...

Chapitres[modifier | modifier le code]

Les premiers chapitres sont connus par leur contenu intégral présent dans le manuscrit de Jules Verne, numérisé par la bibliothèque municipale de Nantes. Les chapitres suivants n’ont qu’un titre provisoire, retrouvés dans d’autres notes préparatives de 1903[3].

  1. Libreville
  2. Le Congo français
  3. Le chef et ses compagnons
  4. Derniers préparatifs
  5. Étape
  6. Madeville
  7. Franceville
  8. Attaque Malaliaque
  9. Brazzaville
  10. En route
  11. Seuls
  12. Kozambe
  13. Loango
  14. Concl[usion]

Personnages[modifier | modifier le code]

  • André Deltour, ingénieur des Ponts et Chaussées, 35 ans.
  • Louis Merly, secrétaire général de la Société de géographie, sportif émérite, 25 ans.
  • Isidore Papeleu, député de la Haute-Vienne, 42 ans.
  • Joseph Denizart, député de la Seine-Inférieure.
  • Nicolas Vanof, délégué de la Société internationale espérantiste, russe, 30 ans.
  • H. Regnault, gouverneur général de Libreville.
  • Razzi, Kazembé du Kimongo.
  • Linvogo, 30 ans, guide de la caravane, appartenant à la tribu des Bakotas.
  • Trost, 27 ans, sergent d'origine française.
  • Césaire, 30 ans, sergent d'origine française.

Il est à noter que « Nicolas Vanof » est un pseudonyme utilisé par un collectif d’écrivains dans les revues espérantophones Literatura Foiro et Heroldo de Esperanto (eo).

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Jules Verne, San Carlos et autres récits inédits. Le Cherche-Midi éditeur, 1993. (ISBN 2906494143)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Volker Dehs. Dernières impressions d'Afrique. L'ultime "Voyage extraordinaire". Bulletin de la Société Jules Verne 98. 2e trimestre 1991.
  • Christian Porcq. Ballade pour un "Voyage" orphelin. Bulletin de la Société Jules Verne 98. 2e trimestre 1991.
  • Jacques Davy. Notice, in San Carlos et autres récits inédits. Le Cherche-Midi éditeur. 1993. Pages 208-211.
  • Abel Montagut (eo). Le dernier roman. Le manuscrit interrompu. Bulletin de la Société Jules Verne 174, août 2010.
  • Lionel Dupuy. Jules Verne espérantiste !, 3e édition. SAT-Amikaro, Paris, 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le manuscrit de Jules Verne est disponible en ligne sur le site de la bibliothèque municipale de Nantes.
  2. Photo prise par Charles Herbert vers 1895. Sur le bureau, on peut apercevoir la revue du groupe Espérantiste, dont Jules Verne fut le président d'honneur en 1902.
  3. (eo) « Verne patro kaj Verne filo: kien Esperanto malaperis? » (Verne père et Verne fils : où est passé l’espéranto ?), article paru le 17 février 2009 dans Libera Folio, Abel Montagut (eo).