Michel Bouvard (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michel Bouvard.

Michel Bouvard
Illustration.
Fonctions
Vice-président du Conseil départemental de la Savoie
chargé des Finances, du Contrôle de gestion, de l'Évaluation des politiques, du suivi des SEM et des syndicats mixtes, de la Politique montagne, de l'Arc alpin, des Affaires européennes et de Lyon-Turin
En fonction depuis le
(30 ans, 8 mois et 18 jours)
Élection
Président Michel Barnier
Jean-Pierre Vial
Hervé Gaymard
Conseiller départemental de la Savoie
élu dans le canton de Chambéry-2
En fonction depuis le
(4 ans, 2 mois et 18 jours)
Avec Brigitte Bochaton
Élection 29 mars 2015
Prédécesseur Canton créé
Sénateur de la Savoie

(2 ans et 8 mois)
Élection 28 septembre 2014
Groupe politique UMP (2014-2015)
LR (2015-2017)
Prédécesseur Thierry Repentin (PS)
Député de la Savoie
Élu dans la 3e circonscription

(19 ans, 2 mois et 17 jours)
Élection 28 mars 1993
Réélection 1er juin 1997
16 juin 2002
17 juin 2007
Législature XIe, XIe, XIIe et XIIIe
Groupe politique RPR (1993-2002)
UMP (2002-2012)
Prédécesseur Roger Rinchet
Successeur Béatrice Santais
Conseiller général de la Savoie
Élu dans le canton de Chambéry-Nord puis Est

(33 ans et 8 jours)
Prédécesseur Jean-Claude Monin (Chambéry-Nord)
Canton créé (Chambéry-Est)
Successeur Michel Dantin (Chambéry-Nord)
Canton supprimé (Chambéry-Est)
Biographie
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Argenteuil (Val-d'Oise)
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP
Les Républicains
Profession Conseiller maître à la Cour des Comptes

Michel Bouvard est un homme politique français, né le à Argenteuil (Val-d'Oise).

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Michel Bouvard est élu en 1982 conseiller général de Chambéry-Nord à l'âge de 27 ans. En 1983, il est deuxième sur la liste municipale de Pierre Dumas, ancien ministre du Général de Gaulle qui gagne les élections municipales. Le nouveau maire lui confie la présidence de l'office HLM de la ville qu'il transforme en OPAC et des sociétés immobilières de la ville.

En 1985, alors que ce canton est partagé en deux en raison de son importante population, il choisit de rester dans le nouveau canton de Chambéry-Est. En 2008, malgré la victoire au premier tour de Bernadette Laclais à la mairie de Chambéry et le basculement de l'autre canton renouvelable à gauche, il est réélu en 2008 avec 39 voix d'avance sur le candidat socialiste, son canton étant le seul de la ville à rester à droite. Sa suppléante cantonale est Geneviève Hostache, professeur d’allemand, directrice du collège privé Notre-Dame-du-Rocher depuis 1987.

Il est élu député pour la première fois en 1993, puis réélu en 1997, 2002 et 2007 dans la 3e circonscription de la Savoie. Il fait partie des groupes RPR puis UMP.

En 2009, il participe à la loi de défiscalisation "Censi-Bouvard" pour les investissements en LMNP[1] (Loueur Meublé Non Professionnel) pour les maisons de retraites, résidences étudiants et résidences de tourisme.

Il est victime d'un malaise cardiaque en 2010[2] qui contribue à l'annonce, début 2012, de sa volonté de ne pas se représenter à un cinquième mandat de député[3], après 19 ans de mandat qui ont marqué le département. Son suppléant, Pierre-Marie Charvoz, conseiller général et maire de Saint-Jean-de-Maurienne, avait annoncé peu avant sa démission de l'UMP et déclare sa candidature dans la troisième circonscription de la Savoie[4]. Malgré la majorité obtenu par Nicolas Sarkozy au 2e tour de l’élection présidentielle dans la 3e circonscription il ne parvient pas à prendre la succession de Michel Bouvard lors des élections législatives de 2012.

Il a présidé de 1998 à 2000 l'association Nationale des élus de la montagne puis de 2002 à 2005 l'association européenne des élus de la montagne. Il a été le premier président du comité de massif des Alpes de 2004 à 2010. À ce titre, il élabore le schéma de massif et s'engage dans la défense des éleveurs face à la présence du loup dans les Alpes[5],[5].Il quitte la Présidence du comité de massif Michel Bouvard, est appelé le 15 septembre 2012 par le conseil d administration pour occuper la fonction de PDG du Crédit immobilier de France confronté à une incapacité de refinancement qui a justifié la demande de la garantie de l'État. Après avoir proposé différentes solutions alternatives à une stricte résolution ordonnée, il négocie le protocole de garantie avec l'État indispensable pour éviter un dépôt de bilan de la société et une défaillance sur le marché des obligations foncières de la place de Paris. Les représentants des actionnaires refuseront - malgré l'adoption du plan par les CA - de ratifier le 24 janvier 2013 la nomination de Michel Bouvard.

Candidat aux élections sénatoriales de 2014, il est élu sénateur de la Savoie le 30 septembre 2014 avec Jean-Pierre Vial.

Séguiniste historique[modifier | modifier le code]

Michel Bouvard a tout d'abord été l'un des proches de Philippe Séguin, participant avec lui à la campagne du « Non » lors du référendum de Maastricht en 1992. Lors du décès de l'ancien président du RPR, il a souligné qu' « il y a et il y aura toujours le souvenir et la volonté de perpétuer une tradition d'action politique motivée par les convictions, par l'intérêt national et appelant au courage dans la défense des idées face aux consensus faciles »[6].

Il participa à la création en 1999 de l'association « Debout la République », courant gaulliste au sein du RPR mais refusera de suivre son fondateur dans sa rupture avec le RPR et dans la radicalisation de son discours.

Michel Bouvard a été membre fondateur puis vice Président de 2008 à 2012 de l'association France.9, le club de réflexion de François Fillon avec qui il apporte son soutien à Nicolas Sarkozy pour la campagne de l'élection présidentielle. En 2005, il a défendu le oui lors du référendum constitutionnel européen considérant que ce dernier représentait un progrès par rapport au traité de Maastricht.

Un spécialiste des finances publiques[modifier | modifier le code]

Il est principalement impliqué sur les questions financières. Il est vice-président de la commission des Finances de l'Assemblée Nationale en 1999, et a été élu Président de la Commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) de 2007 à juin 2012 - il ne s'est pas représenté aux dernières élections législatives. Il siège également au sein du conseil d'orientation d'Oséo. Vice-président du Conseil général de la Savoie, il est chargé des questions financières, notamment liées aux participations du département dans les stations de ski.

Parmi les députés, Michel Bouvard est apprécié « pour l'activité intense qu'il consacre au travail parlementaire et à la Savoie[7]», et « son assiduité et la pertinence de son travail, dans ses instances, ont souvent été saluées par ses collègues parlementaires[8]. »

Il a été nommé conseiller maître à la cour des comptes en avril 2013.

Mandats[modifier | modifier le code]

Conseiller municipal de Chambéry[modifier | modifier le code]

Conseiller général de la Savoie[modifier | modifier le code]

  • 21/03/1982 - 01/10/1988 : membre du Conseil général de la Savoie
  • 02/10/1988 - 31/03/1994 : vice-président du conseil général de la Savoie
  • 01/04/1994 - 18/03/2001 : vice-président du conseil général de la Savoie
  • depuis 2001 : vice-président du conseil général puis départemental de la Savoie, membre de la commission Finances et performance de gestion
  • depuis 2008 : conseiller général puis départemental de la Savoie

Parlementaire[modifier | modifier le code]

  • 02/04/1993 - 21/04/1997 : député
  • 01/06/1997 - 18/06/2002 : député élu en 1999 vice président de la commission des fiances Rapporteur spécial du budget du tourisme? membre de la commission spéciale sur la réforme de l ordonnance de 1959
  • réélu le 16/06/2002. Vice-président de la commission des finances ; rapporteur spécial au nom de la commission des finances sur le budget de la jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche (enseignement supérieur) ; président de la commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi organique (no 1833) modifiant la loi organique no 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances ; membre titulaire du conseil national de la montagne ; membre titulaire élu président du conseil supérieur du service public ferroviaire ; président du groupe d'amitié entre la France et l'Italie ; vice-président du groupe d'amitié entre la France et les Seychelles ;
  • 17/06/2007 - 17/06/2012 : député réélu vice-président de la commission des finances ; rapporteur pour avis de la commission des finances sur le projet de loi de réforme des juridictions financières ; président de la commission de surveillance de la CDC.

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]