Irina Arkhipova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arkhipova.
Irina Arkhipova
Stamp of Russia 2012 No 1603 Irina Arkhipova.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Conservatoire Tchaïkovski de Moscou
Institut d'architecture de Moscou (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Parti politique
Tessiture
Distinctions
Liste détaillée
Ordre de Lénine
Ordre du Mérite pour la Patrie - 2e classe (d)
Ordre du Drapeau rouge du Travail
Ordre polonais du Mérite culturel (d)
Héros du travail socialiste
Artiste du peuple de l'URSS
Médaille commémorative du 850e anniversaire de Moscou (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Irina Konstantinovna Arkhipova (en russe : Ирина Константиновна Архипова), née le à Moscou, décédée en cette ville le [1], est une chanteuse d'opéra soviétique et russe (mezzo-soprano, quelquefois contralto).

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est évacuée avec sa famille à Tachkent pendant la Grande Guerre patriotique. Elle se destinait d'abord à l'architecture avant de se consacrer à l'étude du chant, qu'elle fit au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou notamment dans la classe de Leonid Savranski. En 1954, elle fit ses débuts comme soliste à Sverdlovsk au théâtre d'opéra et de ballet avant de devenir, en 1956, membre permanent de la troupe du théâtre du Bolchoï en tant que soliste.

Elle accomplit plusieurs tournées internationales à partir de l'année 1955 en se produisant en Autriche, en Pologne, en Allemagne de l'Est, en Finlande, en Italie, en Hongrie, en Roumanie, en Tchécoslovaquie, en Bulgarie, aux États-Unis, au Japon, en France et au Canada.

Elle atteignit le zénith de sa carrière dans les années 1960 et 1970, au cours desquelles elle fut une star internationale, interprétant aussi bien le répertoire russe qu'italien. Son rôle dans Carmen atteint aussi la reconnaissance internationale. Elle interprète Marfa dans La Khovanchtchina de Moussorgski à La Scala en 1967 et en 1971[2], après avoir enregistré à plusieurs reprises ce rôle, le plus grand rôle de mezzo-soprano du répertoire russe. Son interprétation en 1972 sous la direction de Boris Khaïkine est toujours considérée comme inégalée. En raison de sa voix rayonnante, de sa technique irréprochable et de sa grande expressivité dramatique, elle fut souvent comparée à sa cadette Christa Ludwig.

En 1992, elle se produit au Théâtre du Châtelet à Paris dans le rôle de la Nourrice, dans Eugène Onéguine de Tchaikovsky.

Elle est invitée en 1966 dans le jury du concours international Tchaïkovsky et à partir de 1968 préside le jury du concours Glinka. Elle fait partie dès cette époque de plusieurs jurys internationaux, dont celui du prix Mario Del Monaco en Italie ou celui de la reine Élisabeth en Belgique. À l'exception de l'année 1994, elle préside le jury du concours Tchaïkovsky à partir de 1974, pour les voix de solistes.

Elle enseigne à partir de 1975 au conservatoire de Moscou, dont elle reçoit le titre de professeur en 1984. Dans les années 1980, elle se produit dans un cycle de concerts intitulé « Anthologie de la romance russe »[3]. C'est la première à interpréter dans les années 1980 l'Ave Maria de Caccini de Vavilov (demeuré anonyme) à Moscou[4] avec le trompettiste Timofeï Dockschitzer.

Elle est hospitalisée le 19 janvier 2010 à la clinique Botkine de Moscou à cause d'une attaque cardiaque. Elle y meurt le 11 février 2010. Elle est enterrée au cimetière de Novodiévitchy de Moscou (no 10). Elle laisse un petit-fils, Andreï (né en 1972)[5], et une arrière-petite-fille, Irina.

Répertoire au Bolchoï de Moscou[modifier | modifier le code]

Irina Arkhipova dans Carmen avec Vladislav Piavko (José), en 1972.

1956

1957

1958

1959

1960

1962

1963

1965

1967

1974

1976

1977

1979

1983

Distinctions[modifier | modifier le code]

Irina Arkhipova reçoit l'ordre de Saint-André des mains du président Vladimir Poutine en 2005.

Hommages[modifier | modifier le code]

Sa tombe à Moscou.
  • Prix Lénine (1978)
  • Prix et médaille Rachmaninov
  • Prix d'État de la Fédération de Russie (décerné en 1997)
  • Prix « Casta diva » (1999)
  • Prix de la mairie de Moscou dans le domaine de la littérature et de l'art (2000)
  • Le festival international d'art lyrique « Irina Arkhipova », qui se tient tous les ans à l'Opéra de Samara, lui est dédié.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (ru) 2010 — « Irina Arkhipova. L'architecture de l'harmonie » — film documentaire, 2010, scénario: Olga Agamirova-Satz, réalisation: Nikita Tikhonov

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • I. E. Popov, Irina Arkhipova. Portrait d'une artiste, Moscou, in Mouzika, 1980. — 32 pages illustrées.
  • « Arkhipova I. K. », mes muses, Moscou, éd. Jeune garde, 1992, 221 pages ISBN 5-235-00363-2.
  • « Arkhipova I. K. », dans la collection Mon XXe siècle «Мой XX век» // La Musique de la vie (Музыка жизни), Moscou, éd. Vagrus, 1997. — 381 pages — ISBN 5-7027-0466-5.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tributes.com
  2. Elle y interprète aussi le rôle de Marina
  3. (ru) Nouvelle Encyclopédie russe en douze tomes sous la dir. d'A. D. Nekipelov, V. I. Danilov-Danilian, V. M. Karev, et alii, Moscou, éd. Encyclopedia, tome IIA, 2005, 960 pages
  4. Retransmission de l'Ave Maria de Caccini à Moscou interprété par Irina Arkhipova sur Youtube
  5. Fils de son fils Andreï (1946-2007)