Aria (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aria (homonymie).
Aria
Description de cette image, également commentée ci-après

Aria en 2013. De gauche à droite : Maxime Oudalov, Sergeï Popov, Vladimir Holstinine, Mikhail Zhitnyakov, et Vitaly Doubinine.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la Russie Russie
Genre musical Heavy metal, power metal
Années actives Depuis 1985
Labels Moroz Records, CD-Maximum, Melodija, SNC Records
Site officiel www.aria.ru
Composition du groupe
Membres Maxime Oudalov
Sergeï Popov
Vladimir Holstinine
Mikhail Zhitnyakov
Vitaly Doubinine
Anciens membres Voir anciens membres

Aria (russe : Ария) est un groupe de heavy metal traditionnel russe, originaire de Moscou, durant l'Union soviétique. le groupe est formé en 1985[1]. Selon l'opinion publique, Aria se classe parmi les dix groupes de rock russe les plus populaires[2],[3]. Le style musical de Aria ressemble à celui des groupes NWOBHM, ce qui lui doit le surnom de « Iron Maiden russe » dans la presse spécialisée[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Le membre-fondateur Wladimir Cholstinin.

Les membres originaux de Arija recrutent, au printemps 1985, des membres de divers groupes musicaux à cette période soviétiques incluant le chanteur Valeri Kipelow de Lejsja Pesnja (Лейся песня), le guitariste Vladimir Cholstinin, le bassiste Alik Granovsky Alfa (Альфа), le claviériste Kirill Pokrovsky et le percussionniste Aleksander Lwow de Pojuschtschie Serdza (Поющие сердца)[5]. Avec cette formation, le groupe enregistre un premier album, Mania Velichia (Мания величия), publié en octobre 1995. Lvov quitte peu après la publication de l'album et est remplacé par Igor Molchanov de Alfa. Pour ses concerts, Arija recrute un second guitariste, Andrej Bolshakov de Bim Bom (Бим бом). Désormais avec deux guitaristes, Arija publie en 1986 son deuxième album S kem ty? (С кем ты?). Des tensions surviennent ensuite au sein du groupe notamment des problèmes personnels entre les deux guitaristes concernant l'orientation musicale du groupe[6].

Période de la Perestroïka[modifier | modifier le code]

Le bassiste Witali Dubinin.

La situation politique du groupe empêche ce dernier de jouer sur scène[7]. Cependant, durant la Perestroïka, le manager du groupe, Viktor Weckstein, parvient à conclure un contrat avec le label local Melodija. Arija enregistre en un mois son futur album, initialement intitulé Na slushbe sily sla[6]. Melodija change de nom et publie l'album en 1987 sous format cassette audio. Les membres reçoivent 500 dollars pour les rengistrements[7]. La version CD se vendra à plus d'un million d'exemplaires[6]. En fin 1988, des tensions surgissent dans le groupe car Dubinin et Cholstinin ne souhaitaient plus être managés par Weckstein[6]. Pour cette raison, Dubinin et Cholstinin écrivent seuls les chansons de l'album Igra s Ogneom (Игра с огнём). Ils travaillent aussi avec le batteur Aleksander Manjakin. L'album est publié en 1989[5]. En 1989, Arija participe pour la première fois au Die Tage der Mauer de Berlin, en Allemagne[6]. En 1991 sort leur cinquième album Krow za Krow (кровь за кровь). À cause du contexte politique au début des années 1990, l'intérêt pour le heavy metal décline en Russie ; Arija vend avec difficultés ses albums et ses concerts attire à peine 300 à 400 visiteurs[6]. Le groupe décide par la suite de faire une pause.

Après la pause[modifier | modifier le code]

Le guitariste Sergej Mawrin, en 2005.

Pendant la pause, Arija travaille sur un sixième album, Noch Koroche Dnya (Ночь короче дня). Les membres possèdent désormais leur propre studio, Aria Records[6]. En début 1995, le guitariste Sergei Marwin quitte le groupe et est remplacé par Sergey Terentyev de Up To 30th[5]. Avec cette formation, l'album est complété. Arija signe avec le label Moroz Records[6]. En 1998 sort leur septième album Generator Zla (Генератор зла) chez Moroz Records. Sort ensuite en 1999 l'album Tribute to Harley-Davidson chez SNC Records, qui contient le single Poterjannij raj (Потерянный Рай)[6]. En 2001 sort l'album Khimera (Химера) suivi du single Schtiel (Штиль)[8].

Nouveau commencement[modifier | modifier le code]

Le chanteur Artur Berkut.

En début 2002, Arija connait un changement radical : tous les membres, à l'exception de Dubinin et Cholstenin, quittent le groupe et forment un nouveau groupe, Master[8]. Les deux musiciens qui restent réussissent à reformer le groupe. Ils ramènent le batteur Maksim Udalow, et engagent le guitariste Sergei Popov et le chanteur Artur Berkut[5].

Style musical[modifier | modifier le code]

La musique de Aria est très inspirée de celle des groupes de la New Wave of British Heavy Metal des années 1980. Depuis ses débuts, le groupe a connu différents changements de line-up. Le chanteur Valery Kipelov était la voix de la majorité des albums réalisés par le groupe, il se sépare en 2002 et forme son propre groupe de heavy metal Kipelov. Plusieurs ex-membres du groupe Aria ont aussi formé le groupe russe Master.

Les membres du groupe n'ont qu'un faible rôle dans la rédaction des paroles. En effet, celles-ci sont écrites par la poétesse Margarita Pouchkina pour beaucoup. Le groupe traite de nombreux sujets différents, parmi lesquels la politique, avec notamment Что Вы Сделали с Вашей Мечтой?, qui traite du rêve communiste, parue en 1989, mais aussi la drogue avec Ангельская Пыль, qui est un surnom de l'héroïne. L'auditeur doit cependant souvent faire preuve d'une grande connaissance des langue, culture et littérature russes pour en comprendre le sens, en effet les allusions à Pouchkine et autres grands écrivains russes sont fréquentes.

Till Lindemann et Richard Zven Kruspe du groupe Rammstein ont repris une chanson du groupe appelée Штиль, la version des musiciens allemands se verra germanisée et verra le jour sous le nom de Schtiel.

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Mikhail Zhitnyakov (Михаил Житняков) — chant
  • Vladimir Kholstinin (Владимир Холстинин) — guitare
  • Sergey Popov (Сергей Попов) — guitare
  • Vitaly Dubinin (Виталий Дубинин) — basse, voix additionnelles
  • Maxim Udalov (Максим Удалов) — batterie

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Artur Berkut - chant (2002-2011)
  • Andrei Bolshakov - guitare (1985-1986)
  • Sergej Mavrin - guitare (1987-1995)
  • Sergej Terentyev - guitare (1995-2002)
  • Dmitriy Gorbatikov - guitare (1990)
  • Valeriy Kipelov - chant (1985-2002)
  • Alexey Bulgakov - chant
  • Alik Granovskiy - basse (1985-1986)
  • Alexey Bulkin - basse (1990]
  • Alexandr Manjakin - batterie (1988-2002)
  • Igor Molchanov - batterie (1985-1986)
  • Kirill Pokrovskiy - clavier (1985-1986)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • 2000 : Потеряный рай (Poteryaniy ray)
  • 2002 : Колизей (Kolizey)
  • 2006 : Чужой (Chuzhoy)
  • 2009 : Поле Битвы (Pole Bitvy)

Albums live[modifier | modifier le code]

Titre original Translittération Traduction Année de sortie
Сделано в России Sdelano v Rossii Fait en Russie 1995
В Поисках Новой Жертвы... V Poiskah Novoy Zhertvy... À la recherche d'une nouvelle victime 2003
Живой Огонь Zhivoy Ogon' Feu vivant 2004
Пляска Ада Plyacka Ada Danse de l'enfer 2007
Герой Асфальта: ХХ лет Geroy Asfalta: XX let Heros de l'asphalte: XX ans 2008

Compilations[modifier | modifier le code]

Titre original Translittération Traduction Année de sortie
Легенды русского рока Legendy ruskovo roka Les légendes du rock russe 1997
Лучшие песни Luchie pesni Les meilleures chansons 1999
Grand Collection Grand Collection Grande Collection 2000
Легенды русского рока-2 Legendy ruskovo roka Les légendes du rock russe 2 2003

Autres albums[modifier | modifier le code]

Titre original Translittération Traduction Année de sortie Particularité(s)
АваРИЯ AvaRIA Accident 1997 Album de Dubinin, bassiste de Aria qui se retrouve au chant, et de Kholstinin le guitariste qui reprennent les plus grands hits du groupe.
Tribute to Harley Davidson Tribute to Harley Davidson Hommage à Harley Davidson 1999 Deux nouvelles chansons, une reprise de Manowar (Return of the Warlord) et de Golden Earring (Going to the Run) adaptées en russe par la poétesse et parolière Pushkina et une reprise de leur propre tube Герой Асфальта.
2000 и одна ночь Dve tysyachi i odna noch' 2000 et une Nuits 1999 Album de reprises des meilleurs tubes qu'ils ont « rajeunis » plus 2 nouvelles chansons Потерянный Рай (Le Paradis Perdu) et Кто Ты? (Qui es-tu ?)
Дальнобойщики-2 Dal'noboyschiki 2 Hard Truck 2 2000 Musique du film Дальнобойщики-2 qui comporte principalement des versions instrumentales de leurs chansons.
Штиль Schtil' Calme 2002 Deuxième album de reprises « rajeunies » avec de nouvelles chansons, You'd Better Believe Me (reprise en anglais de leur tube Не Хочешь - Не Верь Мне), Свобода (Liberté reprise de Cry for Freedom de White Lion), Машина Смерти (Machine de la mort) et Дай Руку Мне (Donne-moi la main).
Беспечный ангел Bespechniy angel Ange insouciant 2004 Pour la troisième fois un album de reprises, mais cette fois il se compose uniquement des versions originales mélangées à des versions lives, la première chanson de l'album est interprétée par le nouveau chanteur Artur Berkut.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aria : bien plus qu'un ersatz russe d'Iron Maiden, Martin Carayol, Libération, Blog Trans Eurock Express, 19 octobre 2014.
  2. (ru) "Цифры и факты" (in Russian). Romir, (consulté le 7 décembre 2009).
  3. (ru) Zakharov, Leonid (6 juillet 2004). "Группы, которые изменили наш мир". Komsomolskaya Pravda, (consulté le 7 décembre 2009).
  4. (ru) Ария: Легенда о динозавре (fb2). lib.rus.ec
  5. a, b, c et d (ru) « Дерево Арии (dt.: Stammbaum von Arija) », sur aria.ru (consulté le 26 février 2016).
  6. a, b, c, d, e, f, g, h et i (de) Iwan, « Arija "Die Metal Legende Russlands" », sur Metal Glory,‎ (consulté le 26 février 2016).
  7. a et b (de) Stefan Glas, Arija: Mütterchen Metal, Rock Hard, , chap. 345, p. 76.
  8. a et b (de) Børge, « Heavy Metal in Rußland; Arija », sur Metal Glory,‎ (consulté le 26 février 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]