Clandestino (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clandestino.
Clandestino
Album de Manu Chao
Sortie 1998
Durée 45:51
Genre Musique latine, Reggae
Label Virgin Records

Albums de Manu Chao

Clandestino est le premier album solo enregistré par Manu Chao en 1998 et mixé avec et par Renaud Letang.

Historique[modifier | modifier le code]

Ne voyant plus les membres de la Mano Negra, le chanteur s'entoure vite de nouveaux amis à travers les villes et les pays qu'il traverse, enregistrant petit à petit de nouveaux sons, mélangeant de nouveaux styles.

À l'époque où il vivait à Rio de Janeiro, Manu Chao, s'était tourné vers ce qu'il appelle lui-même la « Techno hardcore ».

Il décide alors d'enregistrer un dernier disque, Clandestino, qui devait clôturer sa carrière musicale. Au début, il y insère son style du moment, la techno. Même si ses amis et sa famille lui disent que la techno n'est pas toujours très appropriée à sa musique, Manu Chao s'entête. Cependant, un jour, un bogue informatique supprime tous les rythmes technos du disque. Dépouillée et moins chargée, la musique de Clandestino apparaît beaucoup plus prenante. Renaud Letang (ingénieur du son qui a déjà travaillé avec Alain Souchon) peaufine le disque. Manu Chao dira « Je l'ai enregistré comme une thérapie personnelle. C'était comme dire : ma carrière musicale s'achève là. C'est terminé et je chercherai autre chose (à faire). Mais avant d'en finir avec la musique, je sentais que je devais encore sortir ce disque. Je m'en fichais que le disque plaise à 10 000 ou 15 000 personnes. Qu'il plaise à plus de 200 000 personnes me paraissait impossible. Je venais d'un style rock et je ne pensais pas que je pouvais plaire à un autre type de public. Peu avant la sortie du disque, j'ai fait mes adieux en disant « je m'en vais ailleurs et j'irai sans ma guitare ». Mais ce disque m'a fait débuter (autre chose) et m'a lié à la musique9. »

En effet, encore quelques jours avant la sortie du disque, en avril 1998, il disait aux gens qu'il croisait que « Clandestino est juste une maquette ».

Mais à sa grande surprise, le disque est un succès et sa carrière prend un tour nouveau. Clandestino deviendra une des références majeures de la musique latine des années 2000 et le symbole de la musique fusion et métissée.

Réception[modifier | modifier le code]

Réception commerciale[modifier | modifier le code]

Avec ce disque, Manu surprendra ses fans et ira à la rencontre d'un autre public, plus porté vers la musique latine. En réalité, les titres du dernier album de la Mano Negra, Casa Babylon, annonçait très clairement le passage du rock des débuts aux ballades reggae de Clandestino.

Dans un style carnet de route, l'album Clandestino mélange tour à tour, reggae, rock, musique latine traditionnelle, rumbas, rythmes brésiliens, le tout entrecoupé de petits textes radiophoniques dont un extrait du discours du sous-commandant Marcos.

L'album connaîtra un fort succès en France, en Espagne, en Italie et en Amérique du Sud. Les titres les plus célèbres sont Je ne t'aime plus, Bongo Bong, Clandestino, Desaparecido, etc.

Écoulé à plus de 3 millions d'exemplaires dont deux millions à l'étranger, le disque est un succès, malgré les refus initiaux de NRJ, de RTL2 et d'Europe 2 de programmer Clandestino, trouvant que « les chansons ne rentraient pas dans leur format ». Pour la première fois depuis des années, Manu Chao arrive à poser ses valises quelque part et se fixe alors à Barcelone, répétant beaucoup avec son groupe Radio Bemba.

Il est certifié disque de diamant[1] (plus d'un million d'exemplaires vendus).

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • Victoire de la musique 1999 du meilleur album de musiques traditionnelles ou de musiques du monde de l'année pour Clandestino

Selon l'édition française du magazine Rolling Stone, cet album est le 67e meilleur album de rock français[2]. Il est également inclus dans l'ouvrage Philippe Manœuvre présente : Rock français, de Johnny à BB Brunes, 123 albums essentiels[3].

Liste des Pistes[modifier | modifier le code]

No Titre Traduction Durée
1. Clandestino Clandestin 2:28
2. Desaparecido Disparu 3:47
3. Bongo Bong 2:38
4. Je ne t'aime plus 2:03
5. Mentira ... Mensonge 4:37
6. Lágrimas de oro Larmes d'or 2:58
7. Mama Call Appel de la "Mama" 2:21
8. Luna y sol Lune et soleil 3:07
9. Por el suelo Par terre 2:21
10. Welcome to Tijuana Bienvenue à Tijuana 4:04
11. Día luna ... Día pena Jour lune, jour peine 1:30
12. Malegría [la joie qui fait mal] formé de Mal et Alegria (joie) 2:55
13. La vie A 2 3:01
14. Minha galera Mon équipage 2:22
15. La despedida L'au-revoir 3:10
16. El viento Le vent 2:26

Classement dans les hit-parades d'albums[modifier | modifier le code]

Pays, meilleure place, nombre de semaines

Source : swisscharts.com

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Albums certifiés disque de diamant en 2001 », sur disqueenfrance.com (consulté le 11 juillet 2012)
  2. Rolling Stone, no 18 de février 2010
  3. Philippe Manœuvre, Philippe Manœuvre présente : Rock français, de Johnny à BB Brunes, 123 albums essentiels, Hoëbeke, octobre 2010 (ISBN 978-2-84230-353-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]