White label

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un disque vinyle 12" promotionnel sur white label.

White label est un terme anglophone donné aux disques vinyles 12’’ comportant un macaron central vierge. Ce sont des disques produits de manière indépendante, en petit nombre (moins de 300 exemplaires), par des petites maisons de disques ou par un individu, et souvent destinés à la promotion.

Les disques en White label sont particulièrement représentés par les DJ's issus de la musique electronique et du hip-hop.

Aux États-Unis le terme White Label Promo décrit des éditions promotionnelles qui ont pratiquement le même texte, le même logo ou motif qu'un label commercial, mais sur un fond blanc au lieu de la couleur ou du motif que l'on trouve sur les éditions du commerce.

À l'origine, les white labels sont apparus au cours de compétitions entre DJ's, où ceux-ci enlevaient les étiquettes des vinyles pour que leurs concurrents ne puissent pas voir le titre de leur « arme secrète », la piste spéciale susceptible de les faire gagner. De nos jours les white labels sont fréquemment utilisés pour promouvoir de nouveaux artistes ou la dernière création d'artistes chevronnés. Dans d'autres cas, un white label sera utilisé pour dissimuler l'identité de l'artiste (par exemple les albums de Traci Lords et La Toya Jackson, dont les compagnies de disque ont volontairement masqué le nom pour éviter les éventuels préjugés défavorables des DJs uniquement basés sur leurs noms). De nombreux producteurs de musique sortent des copies sous un white label dans le but de tester la réaction du public dans les clubs.

De nombreux white labels contiennent des remixes supplémentaires et/ou des pistes qui ne sont pas encore protégées ou disponibles à la vente (on parle alors de bootlegs). Les white labels sont aussi parfois appelés promos, diminutif de promotional copies. Les DJs les plus célèbres reçoivent et jouent ces copies promotionnelles des semaines voire des mois avant la sortie publique du morceau. Comme les artistes payent très cher le droit d'utiliser ces morceaux, ils doivent être capables d'estimer par avance le marché potentiel avant de sortir leur argent. L'industrie du disque elle-même semble être au courant de cette nécessité. D'une manière générale elle accepte les white labels comme un mal nécessaire, et rares sont les artistes qui ont été poursuivis en justice pour avoir utilisé des vinyles avec un white label ou dont l'origine n'était pas claire.

Il est possible de se procurer des White labels dans la plupart des magasins de musique qui vendent des vinyles.

Liens externes[modifier | modifier le code]