Marvin Hagler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hagler.
Marvin Hagler
Image illustrative de l'article Marvin Hagler
Fiche d’identité
Nom complet Marvin Hagler
Surnom Marvelous
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Newark, New Jersey
Taille 1,75 m (5 9)
Catégorie Poids moyens
Palmarès
  Professionnel
Combats 67
Victoires 62
Victoires par KO 52
Défaites 3
Matchs nuls 2
Titres professionnels Champion du monde poids moyens WBA, WBC (1980-1987) et IBF (1983-1987)
Titres amateurs Champion des États-Unis en 1973 (poids moyens)
Dernière mise à jour : 7 février 2014

Marvin Hagler est un boxeur américain né le 23 mai 1954 à Newark dans l'État du New Jersey. Il a détenu le titre de champion du monde des poids moyens entre 1980 et 1987.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses jeunes années[modifier | modifier le code]

L’enfance de Marvin Nathaniel Hagler n’est pas heureuse. Sa mère doit l’élever seule avec ses 5 frères et sœurs avec une simple paie de gardienne d’immeuble. Dès l’âge de 13 ans, Marvin interrompt sa scolarité et travaille comme manutentionnaire dans une fabrique de jouets. À 15 ans, sa famille s’installe à Brockton dans la banlieue de Boston et c’est dans cette ville qu’il débute la boxe. Repéré par les frères Petronelli, il multiplie les combats amateurs et remporte en 1973 les championnats des États-Unis des poids moyens avant de passer professionnel en battant Karim Mostefaoui (Portugal) à la douzième reprise, à 9 heures du matin, le 18 mai 1973.

De ses débuts pros au titre mondial[modifier | modifier le code]

Au cours de ses deux premières années professionnelles, il monte 26 fois sur le ring et remporte 25 victoires (dont 19 avant la limite) pour 1 match nul. La voie vers le titre mondial alors détenu par l’incontesté champion argentin Carlos Monzón semble proche mais le 13 janvier et le 9 mars 1976, il concède aux points deux défaites face à Bobby Watts et Willie Monroe qui marquent un coup d’arrêt brutal à sa carrière. « Marvelous » Marvin comme il aimait à signer ses autographes lorsqu’il était encore amateur se retrouve dès lors dos au mur et après 14 nouvelles victoires entre 1976 et 1978, il sait qu’il joue une grande partie de son avenir en défiant le rude et expérimenté Benny « Bad » Briscoe, ancien champion nord américain des moyens, le 24 août 1978 à Philadelphie. Victorieux aux points au terme d’un combat très engagé, il peut enfin espérer se battre pour le titre mondial.

Sa chance lui sera donnée le 30 novembre 1979 en combattant l’italien Vito Antuofermo à Las Vegas, Monzón ayant pris sa retraite deux ans auparavant sur une ultime victoire. Bien qu’il malmène le champion en titre, l’énoncé du verdict à l’issue des 15 rounds sonne comme une injustice : match nul[1]!

Le sacre devra attendre et c’est dans la prestigieuse Wembley Arena que le 27 septembre 1980, Marvin Hagler (alors âgé de 26 ans) a l’occasion pour la seconde fois de décrocher la ceinture mondiale. Il combat le boxeur anglais Alan Minter, champion du monde en titre, dont il refuse de serrer la main, lançant « Je ne touche pas de la chair blanche » (« I don't touch white flesh »), ce à quoi Minter répond: « aucun Noir ne me prendra mon titre » (« No black man is going to take my title away »). Un TKO est attribué à Hagler au 3e round, à la suite d'une coupure de Minter, mais il devra quitter prématurément le ring après que des spectateurs d'extrême-droite du National Front auront lancé plusieurs projectiles dans sa direction[2].

Marvin the Marvelous[modifier | modifier le code]

Toujours en mal de reconnaissance, Hagler conserve à trois reprises en 1981 sa ceinture par KO technique, notamment face à Antuofermo, pour qui cette revanche fut un véritable calvaire. Le 3 juillet 1982, il assomme en 67 secondes son challenger officiel William Lee. Il en va de même pour Scypion, Obelmejías et Sibson, tous terrassés en moins de 6 rounds. La légende est en marche et seul le non moins légendaire Roberto Durán est en mesure de tenir la distance des 15 rounds le 10 novembre 1983. En retard pour les juges après le 12e round, il remporte la décision en débordant son illustre adversaire dans les ultimes minutes[3].

Qui peut dès lors faire vaciller ce féroce combattant ? Juan Roldán pense être celui-là lorsqu’en mars 1984 il parvient en début de combat à faire tomber pour la 1re et unique fois de sa carrière le Marvelous Marvin. Mais le doute ne dure pas et l’Argentin sera mis à son tour à terre (mais pour le compte) dans la 10e reprise.

Pendant ce temps, un autre champion fait parler de lui avec son punch dévastateur qui lui a permis de remporter le titre mondial en poids welters et super welters : Thomas Hearns. Vainqueur la même année de Durán mais par KO technique au 2d round, Hearns dont la seule défaite en 41 combats est celle concédée face à Sugar Ray Leonard dans ce qui fut le combat de l’année 81, affronte Hagler le 15 avril 1985 au Caesars Palace dans un combat baptisé « The War ». Hagler et Hearns entament ce combat pied au plancher se rendant coup pour coup. L’atmosphère est électrique, les spectateurs n’en croient pas leurs yeux devant une telle débauche d’énergie et de férocité et leur font une ovation debout à la fin de la 1re reprise. Hagler, coupé profondément au front et qui sait qu’il peut être arrêté à tout moment, accentue son pressing et réussit à mettre à terre « The Hitman » après trois rounds d’anthologie[4].

Marvin Hagler a 31 ans et reste le maître incontesté de la catégorie. Il est au sommet de sa gloire et confirme sa réputation l’année suivante en conservant pour la 12e fois sa ceinture au détriment de John Mugabi (un autre redoutable puncheur au palmarès élogieux de 26 victoires avant la limite en autant de combats!) par KO à la 11e reprise[5].

Le 6 avril 1987, il livre son dernier combat de nouveau à Las Vegas en relevant le défi lancé par Sugar Ray Leonard qui pour l'occasion sort de sa retraite après 4 ans d’inactivité. En toute logique, Leonard évite l’affrontement direct et tourne autour de son adversaire distillant ici et là de bons coups qui touchent Hagler mais sans jamais le mettre en danger ni altérer sa marche en avant. Tel un rouleau compresseur, il essaie d’acculer son adversaire dans un coin mais sans jamais y parvenir. Le jury préférera avantager Leonard[6], lui permettant de réussir son impossible pari : revenir après une très sérieuse opération à l'œil et s’adjuger un 5e titre mondial. Cette décision controversée laissera beaucoup d’amertume à Marvin Hagler, qui faute de pouvoir en découdre une seconde fois mettra quelques mois plus tard un terme à sa prestigieuse carrière.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • 67 combats : 62 victoires dont 52 avant la limite, 3 défaites et 2 matchs nuls.
  • Champion du monde des poids moyens du 27 septembre 1980 au 6 avril 1987.
  • 15 combats en championnat du monde : 13 victoires dont 12 avant la limite, 1 défaite et 1 match nul.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Les deux premiers boxeurs à l'avoir battu aux points (Watts et Monroe) ont été mis KO au 2d round lors du combat revanche. L’occasion ne lui a pas été donnée d’en faire autant face à Leonard.
  • Son dernier combat lui a permis d’empocher 12 millions de dollars, un record pour l’époque.
  • Après sa carrière, il part s'installer en Italie où il apparait à l'affiche de quelques films.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Indio I
  • Indio II
  • Night of fear
  • Virtual Weapon (1997)

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]