Marie-Isabelle d'Espagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Isabelle d'Espagne.

María Isabel de Borbon, en français Marie-Isabelle d'Espagne, infante d'Espagne, née le à Madrid, morte le à Portici.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Charles IV d'Espagne et de Marie-Louise de Bourbon-Parme.

Une rumeur court selon laquelle Marie-Isabelle aurait pu être la fille de Manuel Godoy et dans ses accès d'humeurs sa belle-mère, la reine Marie-Caroline, qui n'était pas plus une épouse fidèle que ne l'avait été la mère de sa bru, la traitait de "bâtarde épileptique engendrée par le crime et la scélératesse". Par ailleurs, le jeune femme mena une vie fort légère qui choqua certains de ses enfants. Il est vrai qu'elle n'avait pas d'exemple de princesse vertueuse autour d'elle...

Le 6 octobre 1802, âgée de 13 ans elle épousa le futur roi François Ier des Deux-Siciles, 25 ans, veuf de Marie-Clémentine d'Autriche (1777-1801) et père d'une petite fille (Marie-Caroline de Bourbon-Siciles, futur duchesse de Berry).

De cette union naîtront:

Devenue veuve, elle tenta d'imposer la régence mais le complot fut découvert. La jeune reine Marie-Christine s'entremit pour réconcilier la mère et la fils. Elle intervint vainement en faveur de son fils préféré, le frivole prince de Capoue qui contracta une union morganatique et passa le reste de son existence en exil.

La reine-mère s'éprit d'un officier Autrichien qu'elle songea épouser mais l'homme n'exigeait reine moins que le prédicat d' "Altesse Royale". Outrée, Marie-Isabelle demanda au roi de le faire expulser du royaume. Le épousa en 1839 un officier, Francesco, comte del Balzo, (1804-1882). Popualire en raison de sa charité, elle mourut peu après les événements de 1848 et fut inhumée en la basilique Santa Chiara de Naples, nécropole des rois des Deux-Siciles.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Généalogie des rois et des princes de Jean-Charles Volkman Edit. Jean-Paul Gisserot (1998)