Élisabeth de France (1727-1759)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Élisabeth de France.

Élisabeth de France
Illustration.
Fonctions
Duchesse de Parme et de Plaisance

(11 ans, 1 mois et 18 jours)
Prédécesseur Élisabeth Christine de Brunswick-Wolfenbüttel
Successeur Marie-Amélie de Habsbourg-Lorraine
Biographie
Dynastie Maison de Bourbon
Date de naissance
Lieu de naissance Versailles (France)
Date de décès (à 32 ans)
Lieu de décès Versailles (France)
Sépulture Nécropole de Saint-Denis
Père Louis XV
Mère Marie Leszczyńska
Conjoint Philippe d'Espagne
Enfants Marie-Isabelle de Bourbon-Parme
Ferdinand Ier de Parme
Marie-Louise de Bourbon-Parme
Religion Catholicisme

Signature de Élisabeth de France

Élisabeth de France (1727-1759)
baptême
Acte de baptême 1737

Louise-Élisabeth de France (1727 - 1759), fille de France, puis infante d'Espagne et duchesse de Parme et de Plaisance, est l'aînée des dix enfants du roi de France Louis XV et de Marie Leszczyńska.

Enfance et mariage[modifier | modifier le code]

Née le à Versailles, elle était la sœur jumelle de Madame Henriette.

Ondoyée à sa naissance, elle reçut la dénomination de « Madame Première ». Ce n’est qu’à son baptême[1] à Versailles le , qu’elle devint Louise-Élisabeth, dite Madame Élisabeth, appelée « Madame » (en qualité de fille aînée du roi). Elle était surnommée plus affectueusement « Babette » par son père. Elle reçoit pour parrain et marraine des cousins de la famille royale, princes du sang : Louis-Philippe, duc de Chartres, fils du duc d'Orléans, et Louise-Élisabeth de Bourbon-Condé, princesse douairière de Conti.

À la naissance des jumelles, le roi Louis XV de France, père à 17 ans, s'exclama : "on m'avait dit incapable d'engendrer et j'ai fait coup double[réf. nécessaire]". L'année suivante naquit une troisième fille. Enfin en 1729 naquit le dauphin désiré auquel succédèrent un petit duc d'Anjou qui mourut à 3 ans et cinq filles.


En 1736, l'éducation des filles cadettes du roi furent confiées à l'abbesse de la prestigieuse abbaye de Fontevraud tandis que les aînées restaient avec leur frère à Versailles.

Madame, élevée à Versailles dans l’aile des Princes, avec sa jumelle Henriette, sa sœur Adélaïde et son frère le dauphin Louis né en 1729, se montra vite intelligente, autonome, fière.

Elle était très aimée de Louis XV, à qui elle ressemblait beaucoup bien qu’elle n’ait pas hérité de la beauté du « Bien-Aimé ». Afin de se réconcilier avec l'Espagne outrée par la rupture des fiançailles du roi avec l'infante Marie-Anne-Victoire en 1725, Louis XV avait promis sa chère Babette à l'infant Philippe d'Espagne, un des fils cadets de Philippe V d'Espagne, tandis que le dauphin devait épouser une sœur de l'infant. Il annonça officiellement la nouvelle fin février 1739. La cour fut surprise de cette alliance, car l’infant n’avait guère de chance de monter sur le trône espagnol. La jeune Élisabeth, qui avait tout juste douze ans, se maria par procuration le . Par ce mariage, elle prit le nom de « Madame Infante ». Les cérémonies fastueuses qui eurent lieu pour l’occasion sont passées à la postérité.

Le 30 août, elle dut quitter Versailles. Les adieux d’Élisabeth à sa famille furent déchirants. En larmes, elle quitta sa sœur jumelle sur ces mots : « C’est pour toujours, mon Dieu, c’est pour toujours ! »

C’est en territoire espagnol, à Alcalá de Henares, à 30 km de Madrid, que Madame Infante put rencontrer son époux, jeune homme de 19 ans guère brillant mais avec qui elle s’entendit bien. Leur mariage eut lieu le . Ils eurent trois enfants qu'elle éduqua selon la philosophie des Lumières en leur donnant pour précepteur les Français Mably et Condillac :

L'Espagne puis Parme[modifier | modifier le code]

La famille ducale de Parme (vers 1756)

Bien que le duc de Luynes écrivit dans ses mémoires, à propos d’Élisabeth : « Elle réussit fort bien dans ce pays. On est extrêmement content de son maintien et de sa figure », il semblerait qu’elle se serait vite lassée de la cour madrilène, où le protocole était encore plus pesant qu’à Versailles et où régnaient l’ennui et l’inaction. Sa belle-mère, Élisabeth Farnèse, au caractère difficile, tenta d’exercer son emprise sur la jeune femme. Madame Infante s’employa alors, avec ambition et énergie, à conquérir quelque territoire pour son époux afin d’y échapper.

Louis XV s'était engagé dans la « guerre des duchés » (1741-1748) où la France tentait avec l'Espagne de ravir à l'Autriche certains duchés qu'elle détenait en Italie. En cas de conquête, certains territoires retourneraient à Philippe d'Espagne dans leur intégralité. Par le Traité d'Aix-la-Chapelle (), l’infant obtenait définitivement le duché de Parme, de Plaisance et de Guastalla qu'avait possédé la famille Farnèse dont sa mère était la dernière descendante.

Prétextant le devoir de remercier son père, Madame Infante en profita pour revenir à la cour de France, le avant de se rendre à Parme. Le roi éprouva « une joie parfaite, noble et aisée de se voir ainsi avec sa famille », selon le duc de Croÿ. Il écrivit également que « l’infante rapportait un très grand accent gascon qui faisait, avec sa vivacité, un plaisant effet ». Le marquis de Choiseul, lui, dit qu’Élisabeth « est infiniment mieux que lorsqu’elle est partie de France […] Sa figure est très agréable, elle a les plus beaux yeux du monde ; le regard perçant annonce l’esprit ».

Fine politique, au cours de son séjour, elle s’était rapprochée de Madame de Pompadour, l’appui de cette femme à la faveur éclatante pouvant se révéler judicieux pour elle, s’aliénant le parti dévot, où figuraient sa mère et ses frères et sœurs.

Madame Infante, bien plus heureuse à Versailles, avec sa fille Isabelle qui l’avait suivie, qu’auprès de son époux « qu’elle n’aime point »[réf. nécessaire], ne se résolut à se rendre à Parme qu’en octobre 1749. Elle y apporta la culture française et imposa le style versaillais dans son palais.

Retours en France[modifier | modifier le code]

Élisabeth de France et sa fille Isabelle de Bourbon-Parme, future archiduchesse d'Autriche

En 1752 sa sœur jumelle, qu’elle aimait beaucoup, Madame Henriette, mourut.

Élisabeth, après avoir mis au monde deux enfants en janvier et décembre de l'année précédente, revint en France en septembre pour se recueillir sur sa tombe. Louis XV fut extrêmement ému de revoir sa Babette. Alors qu’il était prévu que Madame Infante ne restât à la cour que quelques semaines, elle y passa une année, assistant au triomphe de Madame de Pompadour, au grand dam du dauphin Louis et de ses sœurs Mesdames Adélaïde, Victoire, Sophie et Louise, qui la détestaient.

Revenue dans le duché de Parme, Élisabeth, qui s’y ennuyait, se mit en quête d’un trône plus avantageux. Une seconde guerre européenne éclate, opposant les Bourbons (France, Espagne, Parme, Naples et Sicile) et l'Autriche à la Prusse et à l'Angleterre, de 1756 à 1763 d'où son nom : guerre de Sept Ans.

La duchesse de Parme s’allia avec l’impératrice Marie-Thérèse, qui lui promit les Pays-Bas. Elle regagna la France début septembre 1757, espérant obtenir le soutien de son père et marier sa fille aînée, Isabelle, avec l’archiduc d’Autriche Joseph, futur empereur Joseph II. Ce premier mariage eut lieu en octobre 1760. La duchesse de Parme songeait au duc de Bourgogne, petit-fils aîné du roi, pour sa fille cadette.

Les défaites s’enchaînant aux Pays-Bas, l'Infante perdit peu à peu ses illusions. La mort de Ferdinand VI, roi d'Espagne, sans héritier, rapprochait Élisabeth et Philippe du trône espagnol. Mais le frère cadet du défunt monarque, roi de Naples et de Sicile, devint Charles III d'Espagne laissant son royaume italien non à son frère mais à son fils cadet âgé seulement de 8 ans mais promis à une archiduchesse d'Autriche.

Élisabeth s’était prise d’amitié pour l'abbé de Bernis, un abbé qu’elle avait connu à Parme. Choiseul, volontiers calomniateur, écrivit dans ses Mémoires que « Bernis aimait à caresser les seins généreux de la fille aînée de Louis XV ». La rumeur d'une liaison disparut lorsque l’abbé démissionna[précision nécessaire].

Toujours à Versailles, la santé de Madame Infante se fit de plus en plus chancelante. Les épreuves l'avaient très lourdement affectée. Marie Leszczyńska écrit : « Ma pauvre infante est bien malade d’une grosse fièvre […] je suis très inquiète ».

Au début du mois de décembre 1759, la petite vérole se déclara. Le mal, contre lequel les médecins étaient impuissants, l’emporta rapidement. Élisabeth mourut le à Versailles.
Elle fut inhumée le à Saint-Denis, auprès de Madame Henriette.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. AD 78, registre des baptêmes de la paroisse Notre-Dame de Versailles, année 1737, vue 26/76

L'an mil sept cent trente sept le vingt septieme d'avril Louise Elizabeth fille de très haut très excellent et très puissant Prince Louis quinze par la grace de Dieu Roy de France et de Navarre, et de très haute très excellente et très puissante Dame madame Marie Princesse de Pologne son épouse, née et ondoyée le quatorze du mois d'aout mil sept cent vingt sept par messire Henry Hubert de Couravel de Pesé conseiller aumonier du Roy abbé de Beaupré, a reçu les ceremonies du bapteme par haut et puissant Prince evesque de Strasbourg monseigneur Armand Gaston de Rohan cardinal et grand aumonier de France ; en présence de nous curé soussigné, le parrain a été très haut et puissant Prince monseigneur Philippe d'Orléans duc de Chartres Prince du sang, et la marraine très haute et très puissante Princesse madame Louise Elizabeth de Bourbon Princesse douairière de Conty qui ont signés. Le Roy et la Reine présents qui ont bien voulu signer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]