Magnum Bonum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

'Magnum Bonum'
Image illustrative de l’article Magnum Bonum
Pomme de terre 'Magnum Bonum'
Les plantes potagères, Vilmorin-Andrieux, 1891.

Type consommation
Obtenteur James Clark
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Année 1876
Origine génétique 'Early Rose' × 'Patersons Victoria'
Maturité tardive

La Magnum Bonum est une variété de pomme de terre ancienne, originaire du Royaume-Uni. Elle fut obtenue par le sélectionneur anglais James Clark en 1876.

Cette variété, après avoir longtemps connu un certain succès en Europe a été définitivement retirée du marché en Suède pour sa teneur trop élevée en glycoalcaloïdes. Elle ne figure pas parmi les variétés inscrites des catalogue officiels européens de semences de pomme de terre.

Elle ne doit pas être confondue avec la variété 'Magnum', variété française à frites créée en 2003 par la station de recherche du Comité Nord Plants de Pommes de Terre à partir du croisement 'Agria' × 'Pentland Squire'.

Description[modifier | modifier le code]

'Magnum Bonum' est une plante à port dressé, de 80 cm à 1 mètre de haut, aux tiges vigoureuses de section carrée et aux feuilles à larges folioles. Les fleurs de couleur lilas avortent le plus souvent.

Les tubercules assez grands, de forme générale oblongue, légèrement aplatie, ont la peau jaune pâle et la chair jaune. Les yeux sont assez marqués et la peau un peu rugueuse[1].

'Magnum Bonum' présente une résistance moyenne au mildiou du feuillage.

En 1986, des analyses réalisées en Suède où cette variété était encore couramment cultivée, ont révélé de façon inattendue pour une variété ancienne, des teneurs très élevées en glycoalcaloïdes (α-solanine et α-chaconine). Le taux moyen, sur 300 lots commerciaux analysés, s'élevait à 254 mg/kg, avec un maximum à 665 mg/kg, soit très au-dessus de la limite maximum généralement admise qui est de 20 mg/100 g. Il est admis que la cause de ces taux élevés est à attribuer à des facteurs génétiques, la preuve qu'ils aient pu être induits par les conditions froides et pluvieuses de l'été 1986 n'ayant pu être apportée. On a relevé seulement quelques cas de troubles intestinaux dus à la consommation de ces pommes de terre[2]..

Origine génétique[modifier | modifier le code]

'Magnum Bonum' est née du croisement, réalisé en 1876 par un horticulteur anglais, James Clark, de deux variétés américaines, 'Early Rose' et Paterson's Vicoria'[3]. Cette variété descend, par 'Early Rose' de 'Rough Puprle Chili', variété sud-américaine introduite aux États-Unis par Chauncey Goodrich en 1861, et qui marqua une première étape dans le renouvellement génétique des pommes de terre cultivées en Europe et en Amérique du Nord après la crise du mildiou[4].

James Clark était un horticulteur professionnel de Christchurch (Hampshire) et fut l'un des premiers « hybrideurs » de la pomme de terre. 'Magnum Bonum' fut l'un de ses premiers succès commerciaux, on lui doit également, entre autres, les variétés 'Maincrop', 'Abundance' et 'Epicure', toutes trois issues de 'Magnum Bonum'. La dernière fut l'une des variétés de pomme de terre parmi les plus cultivées au Royaume-Uni[5].

Descendance : outre les trois variétés citées ci-dessus, on peut citer 'King Edward', descendante de première génération, créée en 1902 et toujours cultivée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Les plantes potagères - Description et culture des principaux légumes des climats tempérés, Paris, Vilmorin-Andrieux et Cie, , p. 562.
  2. (en) Karl-Erik Hellenäs, Carina Branzell, Håkan Johnsson, Premysl Slanina, « High levels of glycoalkaloids in the established swedish potato variety magnum bonum », sur Wiley Online Library, Journal of the Science of Food and Agriculture Volume 68, Issue 2, pages 249–255,, (consulté le 26 décembre 2010).
  3. (en) « Potato Pedigree Database, Magnum Bonum », Wageningen UR (consulté le 26 décembre 2010).
  4. (en) Stephen L. Love, « Founding Clones, Major Contributing Ancestors, and Exotic Progenitors of Prominent North American Potato Cultivars. », sur SpringerLink, American Journal of Potato Research Volume 76, Number 5, 263-272, DOI: 10.1007/BF02853624, (consulté le 26 décembre 2010).
  5. (en) Alan Romans, The Potato Book, Frances Lincoln ltd, (ISBN 071122479X), p. 14.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]