Louise-Christine de Savoie-Carignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La princesse Louise-Christine de Savoie-Carignan[1], née à Paris le et morte à Paris le , est la fille de Thomas François de Savoie, prince de Carignan (21 décembre 15962 janvier 1656, auteur de la branche de Carignan qui accède au trône en 1831 en la personne du roi Charles-Albert de Sardaigne) et de Marie de Bourbon-Condé, comtesse de Soissons (3 mai 1606 – 3 juin 1692). Son frère, Eugène-Maurice de Savoie-Carignan, comte de Soissons, est le père du prince Eugène.

Biographie[modifier | modifier le code]

Par l’entremise du cardinal Mazarin agissant pour le compte du jeune roi Louis XIV (1638-1715), Louise-Christine de Savoie épouse le 15 mars 1653 à Paris (en l’église Saint-Eustache [2], proche de l’hôtel de Soissons appartenant à la famille de la mariée) le margrave Ferdinand Maximilian von Baden-Baden (1625-1669). Cette intervention matrimoniale intervient en une période (depuis le traité de Cherasco de 1631 passé entre Louis XIII (1601-1643) et Victor-Amédée Ier de Savoie (1587-1637) notamment) où la monarchie française et les princes de Savoie-Piémont sont en paix.

Elle est la mère du margrave Louis-Guillaume de Bade-Bade (1655-1707).

Une remarque irréfléchie mais offensante du prince Ferdinand Maximilian sur Louise-Christine, lequel restait fortement sous l’influence de sa mère, amène à la rupture entre les deux époux. Ferdinand Maximilian doit ainsi, sans son épouse, revenir de Paris dans son lointain pays de Bade natal. Louise-Christine de Savoie, pour sa part, n'a aucune envie de quitter la brillante cour de Versailles. Aussi Ferdinand Maximilian fait-il enlever et emmener son fils, né à Paris vers Baden-Baden. Le jeune Louis-Guillaume grandit donc sans sa mère, dont la place est tenue par la seconde femme de son grand-père paternel, la comtesse Maria Magdalena von Öttingen.

À sa mort, son corps est déposé dans le tombeau familial de l'église de la chartreuse Notre-Dame de Bonne-Espérance, proche de Gaillon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Également nommée Louise-Chrétienne de Bade, cf. Saint-Simon.
  2. Source : page 154 in Jean-Fred Tourtchine, Le Royaume d’Italie volume I.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Armes paternelles de Louise-Christine de Savoie-Carignan.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Fred Tourtchine, Le Royaume d’Italie volume I, collection Les Manuscrits du Cèdre. Dictionnaire historique et généalogique, CEDRE (Cercle d'études des dynasties royales européennes), 218 pages, décembre 1992, ISSN 0993-3964 : voir pages 154 et 155 pour la Princesse Louise de Savoie-Carignan

Ses quatre quartiers[modifier | modifier le code]

 
Charles-Emmanuel Ier de Savoie (1562-1630), duc de Savoie et prince de Piémont
 
Catherine-Michelle d'Espagne (1567-1597)
 
 
Charles de Bourbon-Condé (1566-1612), comte de Soissons
 
Anne de Montafié (1577-1644), dame de Lucé
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
prince Thomas de Savoie-Carignan (1595-1656)
 
 
 
 
 
 
comtesse Marie de Bourbon-Condé (1606-1692), comtesse de Soissons
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louise-Christine de Savoie-Carignan (1627-1689)