Traité de Cherasco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire de l'Italie image illustrant l’histoire de France image illustrant la Lombardie
Cet article est une ébauche concernant l’histoire de l'Italie, l’histoire de France et la Lombardie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

 Ne doit pas être confondu avec l’armistice de Cherasco, signé au printemps 1796

Le traité de Cherasco également appelé traité de Querasque a été signé le entre la France, l'empereur Ferdinand II et la Savoie en règlement de la question italienne dans la Valteline : Charles Ier de Mantoue reçoit Mantoue, l'Empereur renonce à Mantoue et au Montferrat et les Français évacuent les Grisons qu'ils occupaient.

Le traité[modifier | modifier le code]

Le traité de Cherasco désigne les deux accords signés à Cherasco dans le Piémont qui ont mis fin à la guerre de succession de Mantoue (1628-1631) dans le nord de l'Italie.

L'accord du 6 avril 1631 a été signé à Cherasco par les plénipotentiaires de l'empereur Ferdinand II, de Louis XIII et du duc Victor-Amédée Ier de Savoie. Maurice de Savoie fut envoyé en France pour négocier auprès du Roi l'éclaircissement de quelques articles. Un autre accord du 19 juin 1631 confirmait le premier et édictait en outre de nouvelles dispositions concernant le déroulement du retrait des troupes.

Dans le détail on convenait des points suivants :

  • Toutes les troupes étrangères devraient se retirer de la région en guerre ;
  • Le duc de Savoie renonçait à ses droits sur le duché de Montferrat et, en compensation, en recevait près de la moitié d'une valeur de 15 000 écus ;
  • Le duc de Nevers, Charles Ier de Mantoue était indemnisé de la perte de ses territoires par un versement du duc de Savoie fait en une fois et équivalant aux recettes totales annuelles de ces territoires ;
  • Le duc de Nevers recevait les territoires qui lui restaient à titre de fief de l'empereur et de l'empire ;
  • Ferdinand II Gonzague renonçait à ses droits sur le duché de Mantoue et recevait en compensation Reggiolo et Luzzara.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]