Marie de Bourbon (1606-1692)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie de Bourbon.

Marie de Bourbon, née selon les sources le 3 mars[1] ou le 3 mai 1606[2] à l'Hôtel de Soissons (Paris) et morte le 3 juin 1692 au même endroit, fut comtesse de Soissons du , date de mort de son frère, Louis de Bourbon-Soissons, jusqu'à sa propre mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de Charles de Bourbon-Soissons (1566-1612), comte de Soissons et de Dreux et d'Anne de Montafié (1577-1644), dame de Lucé.

Née sous le règne d'Henri IV et morte sous celui de Louis XIV, elle fut témoin des évolutions du Grand Siècle. À sa mort, son corps est placé en l'église de la chartreuse Notre-Dame de Bonne-Espérance, proche de Gaillon.

Elle épouse le Thomas-François de Savoie-Carignan (1596-1656), descendant des Maisons de Savoie, de Habsbourg, de Valois, de Médicis et d'Aviz, fils de Charles-Emmanuel Ier de Savoie (1562-1630) et de Catherine Michelle d'Espagne (1567-1597), cette dernière étant, par sa mère Elisabeth, petite-fille d'Henri II de France et de Catherine de Médicis, et par son père Philippe II, petite-fille de Charles Quint et d'Isabelle de Portugal.

De cette union naîtront :

  1. Louise de Savoie-Carignan, (née le , morte le ), qui épouse Ferdinand-Maximilien de Bade-Bade (1625-1669), d'où descendance : les Orléans ;
  2. Emmanuel-Philibert de Savoie-Carignan, prince de Carignan, (né le , mort le ), qui épouse Angélique Catherine d'Este (en) (1656-1722), d'où descendance : les rois d'Italie ;
  3. Joseph-Emmanuel de Savoie-Carignan (1631-1656) ;
  4. Eugène-Maurice de Savoie-Carignan, comte de Soissons et de Dreux (né le , mort le ), qui épouse Olympe Mancini (1638-1708), d'où descendance : le Prince Eugène.

Claude Favre de Vaugelas (1585-1650) est choisi pour être gouverneur de leurs enfants.

Elle eut la jouissance du château de Bagnolet acheté par sa mère. À sa mort, en 1692, le château sera racheté par François (ou Jean ?) Le Juge, fermier général. Ce château reviendra un peu plus tard à l'épouse de Philippe d'Orléans[3].

Titres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Marie de Bourbon (duchesse de Savoie ; 1606-1692) », sur idref.fr
  2. Maur-François Dantine, Ursin Durand, Charles Clémencet et Simon Pierre Ernst, L'Art de vérifier les dates des faits historiques, des chartes, des chroniques et autres anciens monumens depuis la naissance de Notre-Seigneur, par le moyen d'une table chronologique, ...: avec deux calendriers perpétuels, le glossaire des dates, le catalogue des saints ..., chez Alexandre Jombert Jeune, (lire en ligne)
  3. Marcel Picard, Bagnolet dans l'histoire : du franc-archer aux croquants, t. 1, Bagnolet, Société d'Histoire de la ville de Bagnolet, , p. 35, 36

Liens externes[modifier | modifier le code]