Jean-Bertrand Andrieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andrieu.
Jean-Bertrand Andrieu
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
sculpteur, médailleur +
Lieu de travail

Jean-Bertrand Andrieu, né à Bordeaux le 4 novembre 1761 et mort à Paris le 6 décembre 1822, est un sculpteur et graveur médailleur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Considéré comme l'un des plus importants médailleurs français de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle[1], il est l'élève d'André Lavau à Bordeaux et s'installe à Paris en 1786. Il réalise en 1791 une médaille commémorative de la prise de la Bastille, et est le principal graveur de médaille du régime napoléonien[2]. Il grave d'après un dessin de Louis Lafitte (1770-1828) une médaille commémorative pour le baptême du roi de Rome à l'avers la tête de l'Empereur couronné de laurier, et au revers debout devant son trône en grand costume impérial, l'Empereur élève dans ses bras son jeune fils au-dessus des fonts baptismaux. Une seconde médaille est gravée avec la même scène que ci-dessus mais au revers elle porte l'inscription :«  A l'Empereur, les bonnes villes de l'Empire : Paris, Rome, Amsterdam ( en tout 49 villes) »[3]

Sous la Restauration il continue son activité pour le roi Louis XVIII et est récompensé du titre de chevalier de l'Ordre de Saint-Michel, il est aussi membre de l'Académie impériale et royale des Beaux-Arts de Vienne[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexis Évrard de Fayolle Recherches sur Bertrand Andrieu de Bordeaux, graveur en médailles, éditions Fernand Mazerolle, 1902.
  • Natalis Rondot, Henri de La Tour , Les médailleurs et les graveurs de monnaies, jetons et médailles en France, éditions E. Leroux, 1904.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Musée du Louvre, Denon l'œil de Napoléon p. 284
  2. Natalis Rondot, Henri de La Tour , Les médailleurs et les graveurs de monnaies, jetons et médailles en France p. 372.
  3. Revue Napoléonica : Marc Allègret, Revue du Souvenir Napoléonien, n°439, février-mars 2002, p.63 source Musée de la Monnaie de Paris
  4. Revue archéologique de Bordeaux, volume 88 (1997). p. 180

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]