Ligne de Quimperlé à Concarneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ligne de
Quimperlé à Concarneau
Image illustrative de l’article Ligne de Quimperlé à Concarneau
Viaduc de Pont-Aven et locomotive Corpet-Louvet
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Quimperlé, Moëlan-sur-Mer, Riec-sur-Bélon, Pont-Aven, Névez, Trégunc, Concarneau
Historique
Mise en service 1903 – 1908
Fermeture 1936 – 1946
Concessionnaires CFDF (1891 – 1946)
fermée (à partir de 1946)
Caractéristiques techniques
Écartement métrique (1,000 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Anciennement à voie unique

La ligne de Quimperlé à Concarneau était une ligne ferroviaire française à voie métrique du réseau secondaire des Chemins de fer départementaux du Finistère. Elle reliait les gares d'échange de Quimperlé et de Concarneau, via la gare de Pont-Aven.

Elle est mise en service par tronçons de 1903 à 1909 et totalement fermée en 1936. Elle a disparu, seuls subsistent des éléments de l'ancienne infrastructure, comme des bâtiments de gares et des ouvrages d'art.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Le chemin de fer arrive dans le sud de la Bretagne et le Finistère le , lors de l'ouverture de la section de Lorient à Quimper, via la gare de Quimperlé, de la future ligne de Savenay à Landerneau par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO)[2]. Ce n'est que quelques années plus tard, en 1875, que le conseil général du département commence à débattre sur la création d'un réseau de voies ferrées d'intérêt local[3]. En 1886, la création d'une ligne de Quimperlé à Pont-Aven est grossièrement estimée à un million trente-huit mille francs[4]. Elle n'est pas retenue lors de la création du premier réseau[5].

Les premières lignes d'intérêt local ont un résultat financier positif qui incite le Conseil général à prévoir la construction d'un deuxième réseau. Pour ce projet il invite les ingénieurs à recenser et estimer l'ensemble des lignes intéressantes à construire dans le département[5]. Le , l'ingénieur en chef Armand Considère présente un rapport incluant un projet de ligne Concarneau - Quimperlé (37 km) ou Pont-Aven - Quimperlé (20,3 km). C'est le projet le plus court qui est finalement choisi[6].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Tracé[modifier | modifier le code]

Gares, haltes et arrêts[modifier | modifier le code]

Ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Daniel Picol, 2000, p. 160
  2. Le Télégramme, Quimper ville : quelques repères historiques, article du 14 avril 2009, lire (consulté le 30 novembre 2015).
  3. Daniel Picol, 2000, p. 12
  4. Daniel Picol, 2000, p. 13
  5. a et b Daniel Picol, 2000, p. 14
  6. Daniel Picol, 2000, p. 16

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]