Le Cœur des hommes 3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Cœur des hommes 3
Réalisation Marc Esposito
Scénario Marc Esposito
Acteurs principaux
Sociétés de production Wayan Productions
Pierre Javaux Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie
Durée 114 minutes (h 54)
Sortie 2013

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Cœur des hommes 3 est un film français réalisé par Marc Esposito sorti en 2013. Il fait suite aux films Le Cœur des hommes (2003) et Le Cœur des hommes 2 (2007).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Antoine, Alex et Manu se retrouvent à trois. Brouillés avec leur ami Jeff qui est parti vivre à Miami après s'être séparé d'Elsa, ils continuent tout de même à se voir et à partager leur quotidien. Antoine, qui travaille au ministère des Sports, court tous les matins avec son patron Jean, un solitaire. Séparé de sa femme qui souffre d'une grave dépression, Jean élève seul sa fille et enchaîne les conquêtes féminines. Un jour, Antoine décide de le présenter à Alex et Manu et très vite, un lien se crée entre Jean et les trois amis.

De son côté, Alex, qui dirige toujours son magazine sportif, apprend par son assistante Joëlle qu'il est le père biologique du fils de celle-ci. L'ancien coureur de jupons est chamboulé par cette nouvelle mais décide de l'avouer à sa femme Nanou bien qu'il craigne sa réaction.

Antoine, lui, entretient une liaison avec Sophie, quinquagénaire comme lui, mais tombe sous le charme d'Estelle, sa collègue, alors en instance de séparation d'avec son mari.

Quant à Manu, il vit heureux avec Juliette avec qui il a eu une fille (en plus de leur fils) et tient toujours sa charcuterie avec son fils Nicolas et sa fille Sandrine. Mais un jour, Juliette lui annonce qu'elle est atteinte d'un cancer et doit subir une opération.

Jean quant à lui, ayant découvert les joies et bienfaits de l'amitié, fait la connaissance d'Alice mais, s'inquiétant pour le bonheur de sa fille, ne souhaite finalement pas entreprendre une liaison durable avec elle.

L'histoire se termine avec le mariage de Manu et Juliette (après avoir vaincu la maladie) et la rencontre de Jean avec Elsa qui ne le laisse pas indifférent. Les quatre hommes se retrouvent dans la maison de vacances, les pieds dans l'eau de la piscine.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

À noter[modifier | modifier le code]

  • Pour ce troisième volet, Gérard Darmon n'a pas eu envie de reprendre le rôle de Jeff après un différend avec Marc Esposito[2]. Pour compenser son absence, le réalisateur a introduit le personnage de Jean, interprété par Éric Elmosnino, qui se joint à son tour à la bande d'amis.
  • On note également l'absence de Valérie Kaprisky qui jouait Jeanne Dulieu, second amour d'Antoine dans le deuxième film. Dans l'histoire, Antoine se serait séparé d'elle après quelques années de vie commune.
  • Fabienne Babe, qui interprétait Lili, la femme, puis l'ex-femme d'Antoine dans les 2 précédents volets, n'apparait pas non plus dans ce troisième volet. Par contre, on retrouve Jules Stern alias Arthur (fils d'Antoine) apparaissant dans une Webcam. Dans le film, celui-ci est parti faire ses études en Chine et envisage d'épouser sa fiancée chinoise.
  • Sur l'affiche du film, on remarque que les acteurs sont en fait placés selon l'ordre alphabétique de leurs noms. De gauche à droite : Campan, Darroussin, Elmosnino et Lavoine.

Musiques additionnelles[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Critiques[modifier | modifier le code]

En octobre 2013, dans Le Figaro Magazine, Clara Géliot écrit : « Quel plaisir un cinéaste peut-il prendre à refaire à plusieurs reprises le même film ? On poserait bien la question à Marc Esposito tant Le Cœur des hommes 3 ressemble aux deux précédents. […] Autant d'éléments qui faisaient le sel et le charme de son premier long-métrage de fiction et grâce (ou a cause) desquels, dix ans après, on s'en souvient si bien. […] La comédie s'achève sur cette phrase de Darroussin : « On n'est jamais à l'abri de rien ». Même pas d’un quatrième volet, hélas »[3].

Postérité[modifier | modifier le code]

Beaucoup de journaux (Le Parisien, Libération, Le Monde, Télérama, Les Cahiers du cinéma, Chronicart) égratignent la durée du film Les Petits Mouchoirs, jugée trop longue. Libération y voit un remake des Copains d'abord ou une suite du Cœur des hommes, passé à la moulinette de Plus belle la vie, soutenu par une philosophie assez primaire (une « forme naïve de gentillesse ») et reposant sur des gags jugés peu drôles »[4]. Comme Libération, Aurélien Ferenczi de Télérama compare le film de Canet à celui de Marc Esposito pour marquer la distance qui les sépare tous deux du cinéma de Claude Sautet, leur horizon cinématographique[5]. Le Monde remarque que le réalisateur « tire le meilleur parti de sa distribution » mais qu'il est difficile d'éprouver beaucoup de sympathie pour les personnages  :

« En revoyant Vincent, François, Paul et les autres, sorti en 1974, l'année de l'élection de Valéry Giscard d'Estaing, on retrouve - en filigrane - un moment de l'histoire, l'instant où une génération, celle de la Libération, doit passer la main. Dans ce film, Piccoli, Montand, Reggiani avaient la chance d'être tour à tour médiocres et grands. Ici, il ne reste que la médiocrité, dont on ne sait si elle est le produit naturel de l'existence ou le résultat de la trahison d'idéaux oubliés (et en tout cas jamais mentionnés)[6]. »

Suite[modifier | modifier le code]

Marc Esposito a avoué qu'il « aimerait beaucoup aller jusqu'à 5 volets au moins », déjà partant pour tourner Le Cœur des hommes 4. Mais comme il le dit lui-même, « déjà il faut que le 3 marche ». Or, le film a réalisé 463 346 entrées en France, ce qui est un relatif échec comparé aux deux premiers volets[7],[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]