Abbaye de Saint-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Saint-Seine
Image illustrative de l'article Abbaye de Saint-Seine
Présentation
Culte Catholique romain
Type Abbaye
Rattachement Bénédictins (jusqu'à la Révolution)
Début de la construction 1225
Fin des travaux XVe siècle
Style dominant gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1862, église)
Site web www.staatsbibliothek-bamberg.de
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Côte-d'Or
Ville Saint-Seine-l'Abbaye
Coordonnées 47° 26′ 24″ N 4° 47′ 23″ E / 47.439958, 4.78985647° 26′ 24″ Nord 4° 47′ 23″ Est / 47.439958, 4.789856

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

(Voir situation sur carte : Côte-d'Or)
Abbaye de Saint-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Saint-Seine

L'abbaye de Saint-Seine est une ancienne abbaye de moines bénédictins. Ce monastère bourguignon sis à Saint-Seine-l'Abbaye (Côte-d'Or) ayant connu une importance durant le Moyen Âge.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'abbaye tient son nom d'un moine de l'abbaye Saint-Jean-de-Réome à Moutiers-Saint-Jean, Sigo fils du comte de Mesmont, venu se retirer vers 534 au cœur de la forêt de Cestres, sur le territoire de la commune.

Après sa mort en 581, son nom a été transformé en Soigne, puis Seigne avant de devenir saint Seine par référence aux sources proches de la Seine. L'abbaye fut d'abord appelée Sainte-Marie de Cestres.

Au VIIIe siècle, le grand réformateur saint Benoît d'Aniane choisit de faire profession monastique à l'abbaye et devient l'un des moines de Saint-Seine. Il y fait preuve d'un ascétisme rigoureux et étudie les nombreuses règles en usage, la règle de saint Pacôme et celle de saint Basile mais aussi la règle de saint Colomban. Il devint le cellérier de l'abbaye. Vers 780, sa communauté choisit de l'élire comme abbé mais il s'enfuit à Aniane, près de Montpellier, vers son pays natal[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Nef de l'abbatiale
Façade de l'église

Église abbatiale[modifier | modifier le code]

La construction de l'église abbatiale débuta en 1225, sous le ministère de l'abbé Olivier. Un incendie en 1255 détruisit les bâtiments qui ne furent reconstruits qu'aux XIVe siècle et XVe siècle, par les abbés Jean de Blaisy et Pierre de Fontette.

Il ne subsiste plus de l'abbaye que l'église abbatiale, de style gothique. La nef est à quatre travées avec des collatéraux. La façade, comportant un porche enserré entre deux tours, est du XVe siècle. Le chœur renferme de remarquables fresques du début du XVe siècle, figurant la vie de Saint-Seine, et des stalles du XVIIIe siècle.

L'église est classée au titre des monuments historiques par la liste de 1862[2].

Cloître[modifier | modifier le code]

Bâtiments conventuels[modifier | modifier le code]

Abbés[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • ... - av.1204 - Nivard de Sombernon-Fontaines devient abbé de 1204 à 1206 de l'Abbaye Saint-Bénigne de Dijon[3]Il confirme dans une charte de 1249 la possession de biens que son père avaient donnés aux Templiers à Uncey.

Religieux et hôtes illustres[modifier | modifier le code]

Terriers, dépendances, revenus[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Prieurés[modifier | modifier le code]

Cures[modifier | modifier le code]

Seigneuries[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Marilier, Histoire de l'Église en Bourgogne, Les Éditions du Bien Public, Dijon, 1991. p. 47
  2. « Notice no PA00112640 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Abbé L. Chomton, Histoire de l'église Saint-Bénigne de Dijon, Dijon,1900, liste des abbés
  4. Abbé Jacques Denizot, Encyclopédie de la Côte-d'Or, manuscrit conservé à la Bibliothèque municipale de Dijon, 18 tirages sur papier: Usuel, cote:L.944.42. DEN. Microfilm MIC 132 du manuscrit 1732

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Archives nationales, Inventaire des titres 1774-1779, cote:S 3239 (1) et S 3239 (2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]