Lakhdar Brahimi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lakhdar Brahimi
Illustration.
Lakhdar Brahimi en 2009.
Fonctions
Ministre d'État
Ministre algérien des Affaires étrangères

(1 an, 7 mois et 29 jours)
Président Chadli Bendjedid
Premier ministre Sid Ahmed Ghozali et Bélaïd Abdessalam
Prédécesseur Sid Ahmed Ghozali
Successeur Redha Malek
Biographie
Date de naissance (84 ans)
Lieu de naissance El Azizia (Algérie)
Nationalité Algérienne
Enfants Princess Rym
Diplômé de Université d'Alger
Profession Diplomate

Lakhdar Brahimi

Lakhdar Brahimi (arabe : الأخضر الإبراهيمي), né le 1er janvier 1934 à El Azizia, près de Tablat en Algérie, est un diplomate et homme politique algérien. Il fut également Secrétaire général adjoint de la Ligue arabe et de l'Organisation des Nations unies ainsi qu'envoyé spécial chargé de plusieurs dossiers/régions pour ces deux organisations.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lakhdar Brahimi a fait ses études en Algérie et en France (droit et science politique) et parle couramment le kabyle, l'arabe, l'anglais, le français principalement ainsi que plusieurs autres langues. Lakdar Brahimi a été membre fondateur de l'UGEMA (Union générale des étudiants musulmans algériens), il a activement participé à la grève générale des étudiants algériens décrétée par le Front de libération nationale (FLN) le . Il était le représentant du Gouvernement provisoire de la République algérienne dans plusieurs capitales du monde dont Jakarta de 1956 à 1961[1].

Dès l'indépendance de l'Algérie, il est successivement secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, ambassadeur en Égypte, puis haut représentant de la Ligue arabe et des Nations unies à travers le monde. Rappelé en Algérie, il a été ministre des Affaires étrangères de 1991 à 1992. Il a été également, pour le compte de la Ligue arabe, l'artisan de l'accord de Taef qui a marqué la fin de la guerre civile libanaise. Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en Haïti et en Afrique du Sud, Lakhdar Brahimi a été désigné représentant spécial pour l'Afghanistan et l'Irak en 2001[2].

Lakhdar Brahimi est membre du comité des « Elders » pour la paix dans le monde aux côtés de personnalités ayant exercé de très hautes responsabilités. Fin 2005, Lakhdar Bahimi s'est retiré de ses fonctions à l'ONU. À la suite de l'attentat du 11 décembre 2007 dans lequel 10 membres du personnel avaient été tués par la bombe placée devant les bureaux du HCR et du PNUD à Alger, le Secrétaire général Ban Ki-moon l'a chargé de mener une enquête. Il a reçu, le , le Prix spécial du jury de la Fondation Chirac pour la prévention des conflits pour son travail de réconciliation au Liban, en Afghanistan et en Irak[3].

Le , il accepte de succéder à Kofi Annan comme médiateur international de l'ONU dans le cadre du conflit civil syrien. Il reçoit à la suite de cette nomination le soutien des Occidentaux, ainsi que celui de la Chine et de la Russie, deux pays alliés à la Syrie, cependant sa mission s'annonce difficile[4]. Médiateur dans le conflit syrien jusqu’en 2014[5], il est professeur invité à l'Institut d'études politiques de Paris[6] et à l’Université Cornell[7].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Afghanistan: Negotiating Peace, New York, The Century Foundation Press, 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Lakhdar Brahimi », sur peaceprize.uclg.org
  2. a et b (en) « Lakhder Brahimi », sur fondationchirac.eu
  3. Christophe Boisbouvier, « Selon le diplomate algérien Lakhdar Brahimi, "contrairement à ce que pense Donald Trump la souveraineté n’exclut pas le multilatéralisme" », sur jeuneafrique.com,
  4. L. Brahimi, émissaire en Syrie pour l'ONU, Le Figaro, 17 août 2012.
  5. « Lakhdar Brahimi, médiateur de l'ONU en Syrie, jette l'éponge », sur lemonde.fr,
  6. (en) « Practice, appointed UN-Arab League Joint Envoy to », sur sciencespo.fr,
  7. « Que sont-ils devenus ? Jacques Anouma, Lakhdar Brahimi et Dambisa Moyo », sur jeuneafrique.com,
  8. « Actualités | Sciences Po », sur Sciences Po (consulté le 28 janvier 2016)
  9. « Lakhder Brahimi », sur uottawa.ca
  10. « L'université d'Oran 1 Ahmed Ben Bella décerne le doctorat honoris causa à Lakhdar Brahimi », sur djazairess.com,
  11. « Le Prix de la CNCPPDH décerné à Lakhdar Brahimi », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 10 décembre 2016)
  12. « Prix Émir Abdelkader du vivre ensemble : Lakhdar Brahimi, Federico Mayor et Raymond Chrétien lauréats », sur liberte-algerie.com,
  13. « Lakhdar Brahimi n'a servi d'autre cause que celle de la paix, déclare le secrétaire général à l'ocassion d'une cérémonie de remise de distinction à Munich », sur un.org,
  14. « "Décoration de la gratitude éternelle du Chili" : Covarrubias honore Brahimi », sur lemaghrebdz.com,

Liens externes[modifier | modifier le code]