Redha Malek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malek (homonymie).
Redha Malek
رضا مالك
Image illustrative de l'article Redha Malek
Fonctions
Chef du gouvernement algérien

(7 mois et 21 jours)
Président Ali Kafi
Liamine Zéroual
Prédécesseur Bélaïd Abdessalam
Successeur Mokdad Sifi
Ministre des Affaires étrangères
Ambassadeur d'Algérie au Royaume-Uni

(2 ans)
Ambassadeur d'Algérie aux États-Unis

(3 ans)
Prédécesseur Abdelaziz Maoui
Successeur Layachi Yaker
Ministre de la Culture

(2 ans)
Ministre de l'Information

(2 ans)
Ambassadeur d'Algérie en URSS

(7 ans)
Ambassadeur d'Algérie en France

(5 ans)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Batna
Date de décès (à 85 ans)
Lieu de décès Alger
Nationalité algérienne
Parti politique FLN, SE puis ANR
Diplômé de Université d'Alger
Profession Diplomate

Redha Malek
Chefs du gouvernement algérien

Redha Malek (arabe : رضا مالك), né le à Batna et mort le à Alger, est un homme d'État algérien, chef du gouvernement de 1993 à 1994.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Licencié en lettres et philosophie de l'université d'Alger, Redha Malek poursuivra des études à Paris. Membre fondateur de l'Union générale des étudiants musulmans d'Algérie (UGEMA) en 1955, il sera de 1957 à 1962 le directeur du journal clandestin du FLN, El Moudjahid. Membre de la délégation FLN pendant les Accords d'Évian, il en sera le porte-parole.

À l'indépendance, il mène une carrière diplomatique durant trente ans de 1962 à 1992, comme ambassadeur en France, aux États-Unis, en URSS et au Royaume-Uni. Il était l'un des principaux négociateurs lors de la crise des otages américains en Iran en 1980.

De retour en Algérie, il est considéré comme étant un des principaux acteurs de l’arrêt du processus électoral de 1991. Il est désigné la même année au Conseil consultatif national chargé d'assister le Haut Comité d'État (HCE). Quelques mois plus tard, après l'assassinat de Mohamed Boudiaf, il est nommé comme membre du Haut Comité d'État (HCE). En 1993, il devient ensuite ministre des Affaires étrangères.

Sa destitution par Zéroual a affaibli ce dernier qui n'a pas pu finir son mandat. Il affirmait que la terreur devait changer de camp. Il est Premier ministre de l'Algérie du au .

Sur le plan économique, Réda Malek a été celui qui a initié la politique des ajustements structurels après la signature avec le Fonds Monétaire International (FMI) en 1994.

En 1995, il fonde le parti de l'Alliance nationale républicaine (ANR).

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l'histoire. Il est l'un des plus fervents défenseurs de la séparation entre le pouvoir politique et religieux.

Il meurt le 29 juillet 2017 à Alger[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Missions diplomatiques[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Empreinte des jours, Essais, Casbah éditions, 2013.
  • Guerre de libération et révolution démocratique : écrits d’hier et d'aujourd’hui, Casbah éditions, 2010.
  • L'Algérie à Évian : histoire des négociations secrètes, 1956-1962
  • Arrêt du processus électoral, enjeux et démocratie
  • Tradition et révolution
  • Le véritable enjeu : l'enjeu de la modernité en Algérie et dans l'islam

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rédha Malek n’est plus », El Wattan,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]