L'Aube nouvelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis L'Aube Nouvelle)

L'Aube nouvelle (fr)
Hymne national du Drapeau du Bénin Bénin
Paroles Abbé Gilbert Jean DAGNON, Jean PLIYA et Marcelin GABA
Musique Abbé Gilbert Jean Dagnon
Adopté en 1960
Fichier audio
Fichier audio externe

L'Aube nouvelle est l'hymne national du Bénin. Son texte a été écrit par l'abbé Gilbert DAGNON, avec la participation de Jean PLIYA et de Marcelin GABA. Il a été mis en musique par l'abbé Gilbert Jean Dagnon, et adopté à l'indépendance de la République du Dahomey en 1960[1].

Quand en 1975 le Dahomey a été rebaptisé en République populaire du Bénin, l'hymne national a été conservé, mais les occurrences des mots Dahomey et Dahoméen ont été remplacées dans le texte, respectivement, par Bénin et Béninois, ce qui explique que certains de ces alexandrins comptent à présent onze syllabes.

Paroles en Français[modifier | modifier le code]

I.
 Jadis à son appel, nos aïeux sans faiblesse
 Ont su avec courage, ardeur, pleins d'allégresse
 Livrer au prix du sang des combats éclatants.
 Accourez vous aussi, bâtisseurs du présent,
 Plus forts dans l'unité, chaque jour à la tâche,
 Pour la postérité, construisez sans relâche.

Refrain :
 Enfants du Bénin, debout !
 La liberté d'un cri sonore
 Chante aux premiers feux de l'aurore;
 Enfants du Bénin, debout !

II.
 Quand partout souffle un vent de colère et de haine,
 Béninois, sois fier, et d'une âme sereine,
 Confiant dans l'avenir, regarde ton drapeau !
 Dans le vert tu liras l'espoir du renouveau,
 De tes aïeux le rouge évoque le courage;
 Des plus riches trésors le jaune est le présage.

(Refrain)

III.
 Tes monts ensoleillés, tes palmiers, ta verdure,
 Cher Bénin, partout font ta vive parure.
 Ton sol offre à chacun la richesse des fruits.
 Bénin, désormais que tes fils tous unis
 D'un fraternel élan partagent l'espérance
 De te voir à jamais heureux dans l'abondance.

(Refrain)

Paroles en Fon[modifier | modifier le code]

I.
 Hein sin hwéxónú wè yôlô
 Éyè ko sô akpakpa togbo miton
 Lè bô yé ko djè godomin lobo
 Kpankon bô vankan kpo xominhunhun kpán,
 Boyi sozonou bô kandjo
 Hon yanyi bi vanyan vanyan.

Refrain :
 Benin tó vì lè mì, mi sité!
 Oó mi sité b’á nyi mi désú.
 Ayi dò hùnhon dayi
 Djiwè mi bo fon.

II.
 Bénin lidótétó din ton lè mi
 Lo kan wézoun wá, mi sè takplé
 Bó man só kanlan gbéo,
 Ma mon gan do wa toyè zô,
 Nou é nanyi ta bonou vivoù vivou miton
 Lè kan nan wa mon gouton ba doula.

(Refrain)

III.
 Homin sin kpodo wangbènoumin
 Djohon do yinyi wè ló kèlô
 Fji tchobô bénin vi,
 Ma lin noudé oo vòbo go bèlèo,
 Ogo bonou noudé ma gba ayi donouwéo
 Ado kounon houn só winyan oo.

(Refrain)

IV.
 Vèdédji do sohou bo kpon asiyà tówé,
 Sin ton amamou lò niyi noukou dido towé,
 Bô vôvô lò filin wé ta é togbo towé
 Yé ko siyin sin houéhonou lé,
 Koklodjonon lô ka nan djidé wédô,
 Odôkoun lo ana wa mon dodoo.

(Refrain)

V.
 Bénin to tché é ô, o só é wésivô
 Non bala ta nan yênin nin lé o
 Dékan man do hiha, ayi kougban é do
 Agbafa fa lé wè sô do matcho nouwé,
 Ayondèkpè bo kénou hounou bi non bawé, guélési dé kou non hokan dayi
 Towédji tcho bo non mon noudou dou oo

(Refrain)

VI.
 Oo Béninn, vito wélê ni do gbékpo
 Bo só noukon yiyi nou,
 Di nonvi nonvi dohoun, bo donoukou dô wô nan djê,
 Wô nan djêbo wô nan djê
 Bô vivoù vivou towé lè nan wa mon dou,
 Dè é mi kon non honou wé tègbè lé éé ka nin.

(Refrain)
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean PLIYA , histoire du Dahomey , Éditions Silva, 1961, p. 31 lire sur Google Livres

Sur les autres projets Wikimedia :