Hymne national (Maroc)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

النشيد الوطني (ar)

ⵉⵣⵍⵉ ⴰⵏⴰⵎⵓⵔ (ber)

An-našid Al-waṭani (ar)
Izli anamur (ber)
Hymne chérifien
Image illustrative de l’article Hymne national (Maroc)
Partition de l'hymne du Maroc

Hymne national du Drapeau du Maroc Maroc
Paroles Ali Squalli Houssaini
1969
Adopté en 1956
Fichier audio
Hymne national (instrumental)
noicon
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Fichier audio externe Nachid el watani

L'hymne du Maroc, (en amazighe : ⵉⵣⵍⵉ ⴰⵏⴰⵎⵓⵔ[1] Izli Anamur, en arabe : النشيد الوطني[2]An-našid Al-waṭani ; « Hymne national » ou « Hymne chérifien », est une composition musicale composée du temps du protectorat qui a été fixée par un dahir de début 2005. La musique a été composée par le français Léo Morgan et les paroles ont été écrites par Ali Squalli Houssaini.

Histoire[modifier | modifier le code]

La musique de l'hymne national marocain a été composée par Ali Sqalli pendant le protectorat français. Sa composition n'a pas vraiment de date exacte, on sait simplement que Ali Sqalli houssaini est né en 1919[3]. Elle ne remonte pas non plus à la période du règne du sultan Youssef Ben Hassan qui meurt en 1927, comme l'indiquent pourtant de de manière erronée certains journalistes du magazine marocain Telquel [4] . D'après le réseau de bibliothécaires Eurêkoi[5], la date probable de la composition de la version musicale de l'hymne marocain serait 1952[5], soit quatre ans avant que la France et l'Espagne n'accordent son indépendance au Maroc. Le compositeur, Léo Morgan, devait alors avoir trente-trois ans. Les paroles en arabe ont été écrites en 1969 — soit presque une dizaine d'années après que le Maroc a retrouvé son indépendance  — par Ali Squalli Houssaini, à l'initiative du roi Hassan II ; alors que le pays avait été qualifié pour participer, l'année suivante, à la Coupe du monde de football[6].

Les paroles et la partition musicale ont été officiellement fixées sous le règne du roi Mohammed VI par l'article 2 du dahir no 1-05-99 du [2]. Une transcription, seulement pour piano, a été publiée en 2013 à Agadir par Mario Genesi[réf. nécessaire].

Paroles[modifier | modifier le code]

Texte officiel en arabe[modifier | modifier le code]

Paroles officielles en arabe[7] Paroles en arabe romanisé

مَنْبِتَ ٱلْأَحْرَار
مَشْرِقَ ٱلْأَنْوَار
مُنْتَدَى ٱلسُّؤْدَدِ وَحِمَاه
دُمْتَ مُنْتَدَاه وَحِمَاه
عِشْتَ فِي ٱلْأَوْطَان
لِلْعُلَى عُنْوَان
مِلْءَ كُلِّ جَنَان
ذِكْرَى كُلِّ لِسَان
بِٱلرُّوحِ
بٱلْجَسَدِ
هَبَّ فَتَاك
لَبَّى نَدَاك
فِي فَمِي وَفِي دَمِي
هَوَاكَ ثَارَ نُور وَنَار
إِخْوَتِي هَيَّا
لِلْعُلَى سَعْيَا
نُشْهِدِ ٱلدُّنْيَا
أَنَّ هُنَا نَحْيَا
بِشِعَار
الله ٱلْوَطَن ٱلْمَلِك

Manbita l'aḥrâr
Machriqa l'anouâr
Muntadâ al sudadi oua ḥimâh
Dumta muntadâh oua ḥimâh
Eichta fi l'auṭân
Li l'eulâ eunouân
Mila kulli janân
Dhikrâ kulli lisân
Bi al rouḥi,
Bi al jasadi
Habba fatâk,
Labbâ nidâk
Fî famî oua fî damî
Haouâka thâra nour oua nâr
Ikhouatî haïyâ
Li l'eulâ saeyâ
Nuchhido al dunyâ
Annâ hunâ naḥyâ
Bi chieâr
Allâh, al ouaṭan, al malik.

Paroles en berbère[modifier | modifier le code]

Paroles en amazigh (Tifinagh)[8] Paroles en amazigh romanisé[7]

ⴰⵙⴰⵖⵎⴰⵢ ⵏ ⵉⵎⴰⵣⵉⵖⵏ
ⴰⴳⵎⵓⴹ ⵏ ⵉⴼⴰⵡⵏ
ⴰⵙⴰⴳⵔⴰⵡ ⵏ ⵜⵉⵎⵎⵓⵖⵔⴰ ⴷ ⵡⴰⵎⵓⵔ ⵏⵏⵙ
ⴰ ⵜⵇⵇⵉⵎⴷ ⴷ ⴰⴳⵔⴰⵡ ⴷ ⴰⵎⵓⵔ ⵏⵏⵙ
ⵜⴷⴷⵔⴷ ⴷⵉ ⵜⵎⵓⵔⴰ
ⴷ ⵉⵣⵡⵍ ⵉ ⵜⴰⵏⴰⵢⴰ
ⴷ ⴰⴽⵜⵜⵓⵔ ⵏ ⵡⵓⵍⴰⵡⵏ
ⴷ ⴰⴱⴷⴷⵓⵔ ⵏ ⵢⵉⵍⵙⴰⵡⵏ
ⵙ ⵉⵎⴰⵏ ⵏⵏⵙ
ⵙ ⵜⴰⴼⴽⴽⴰ ⵏⵏⵙ
ⵢⵏⴽⵔ ⵡⴰⵔⵔⴰⵡ ⵏⵏⴽ
ⵢⵙⵙⵉⴷⵎⵔ ⴰⵡⴰⵍ ⵏⵏⴽ
ⴷⴳ ⵉⵎⵉ ⵉⵏⵓ ⴷ ⵉⴷⴰⵎⵎⵏ
ⵜⴰⵢⵔⵉ ⵏⵏⴽ ⵜⵏⴽⵔ ⵙ ⵡⴰⴼⴰⵡ ⴷ ⵡⴰⴼⴰ
ⴰⵢⵜⵎⴰ ⵉⵏⵓ ⴷ ⵉⵙⵜⵎⴰ
ⵓⵢⵓⵔⵜ ⵖⵔ ⵜⴰⵏⴰⵢⴰ
ⴰⴷ ⵏⵙⵙⴽⵏ ⵉ ⵓⵎⴰⴹⴰⵍ ⴰ
ⵉⵙ ⵏⴽⵏⵉ ⵏⵜⵜⴷⴷⵔ ⴷⴰ
ⵙ ⵜⴰⵥⵓⴳⴰⵢⵜ
ⴰⴽⵓⵛ, ⴰⵎⵓⵔ, ⴰⴳⵍⵍⵉⴷ


Asaɣmay n imaziɣn
Agmuḍ n ifawn
Asagraw n timmuɣra d wamur nns
A tqqimd d agraw d amur nns
Tddrd di tmura
D izwl i tanaya
D akttur n wulawn
D abddur n yilsawn
S iman nns
S tafkka nns
Ynkr warraw nnk
Yssidmr awal nnk
Dg imi inu d idammn
Tayri nnk tnkr s wafaw d wafa
Aytma inu d istma
Uyurt ɣr tanaya
Ad nsskn i umaḍal a
Is nkni nttddr da
S taẓugayt
Akuc, Amur, Agllid

Traduction en français[modifier | modifier le code]

Berceau des hommes libres
levant des lumières
Terre de souveraineté et terre de paix
Puissent souveraineté et paix y être à jamais réunis
Tu as vécu parmi des nations
Tel un titre sublime
Emplissant chaque cœur
Déclamé par chaque langue
Par l'âme
Par le corps
Ton champion s'est levé
Et a répondu à ton appel
Et dans ma bouche, et dans mon sang
Ton amour a secoué lumière et braises
Mes frères, allons
Vers ce qu'il y a de plus haut
Nous proclamerons au monde,
Que c'est ici que nous vivons
Avec pour devise
Allah, la Patrie, le Roi

Version en langue des signes[modifier | modifier le code]

Une version adaptée en langue des signes pour l'accès à la citoyenneté des sourds du Maroc a été produite par l'association Sourdimad (Sourd international Maroc action développement)[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « ⵜⵙⵙⵉⵅⴼ ⵍⴰⵍⵍ ⵏ ⵜⴰⵜⵜⵓⵢⵜ ⵜⴰⴳⵍⴷⴰⵏⵜ ⵜⴰⴳⵍⴷⵓⵏⵜ ⵍⴰⵍⵍⴰ ⵎⵔⵢⵎ ⴳ ⵎⵕⵕⴰⴽⵯⵛ ⵜⴰⴼⵓⴳⵍⴰ ⵏ ⴰⵙⵙ ⴰⵎⴰⴹⵍⴰⵏ ⵏ ⵜⵎⵖⴰⵔⵜ | MAPNews », sur www.mapnews.ma (consulté le )
  2. a et b « Dahir no 1-05-99 du 20 chaoual 1426 () relatif aux caractéristiques de l'emblème du Royaume et à l'hymne national », Bulletin officiel du royaume du Maroc, no 5378,‎ , p. 834–840 (lire en ligne [PDF]).
  3. « Léo Morgan compositeur de l'hymne national marocain », sur VIAF
  4. « Identité. L’hymne et la bannière », sur Telquel,
  5. a et b « Connaît-on l’année de composition par Léo Morgan de l’hymne chérifien, musique de l’hymne national du Maroc ? »
  6. Jamal Boudouma, « Identité. L’hymne et la bannière », Telquel, no 262,‎ 24 février au 2 mars 2007 (lire en ligne, consulté le ).
  7. a et b « L'hymne national en arabe et en amazigh »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur YouTube, AmazighTVChanel, (consulté le ).
  8. « ⵉⵣⵍⵉ ⴰⵏⴰⵎⵓⵔ ⵙ ⵜⵎⴰⵣⵉⵖⵜ النشيد الوطني المغربي بالأمازيغية »
  9. « Version en langue des signes interprétée par Imad Tabtoub », sur YouTube, Sourdimad, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]