Koungou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Koungou (Burkina Faso).
Page d'aide sur les redirections « Longoni » redirige ici. Pour les autres significations, voir Longoni (homonymie).

Koungou
Fichier:Port de Longoni.jpg
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Mayotte
Département Mayotte
Canton Bandraboua
Koungou
Intercommunalité CC du Nord de Mayotte
Maire
Mandat
Assani Saindou Bamcolo
2014-2020
Code postal 97690
Code commune 97610
Démographie
Population
municipale
32 156 hab. (2017 en augmentation de 21,4 % par rapport à 2012)
Densité 1 132 hab./km2
Géographie
Coordonnées 12° 44′ 03″ sud, 45° 12′ 08″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 570 m
Superficie 28,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayotte

Voir la carte administrative de Mayotte
City locator 14.svg
Koungou

Géolocalisation sur la carte : Mayotte

Voir la carte topographique de Mayotte
City locator 14.svg
Koungou

Koungou est une commune du département d'outre-mer de Mayotte qui abrite 32 156 habitants en 2017. C'est la deuxième commune de Mayotte et la 244e de France par sa population.

Géographie[modifier | modifier le code]

La plage d'arrière-mangrove de Majicavo, en janvier 2017. Plusieurs campagnes de nettoyage se sont succédé depuis, mais l'afflux d'ordures demeure préoccupant, et la sensibilisation environnementale insuffisante.

La commune de Koungou, située au nord-est de l'île, est limitrophe du chef-lieu Mamoudzou. Elle est composée (dans le sens Sud-Nord) de six villages (quartiers) : Majicavo Lamir, Majicavo Koropa, Koungou, Trévani, Kangani et Longoni.

Kangani[modifier | modifier le code]

Kangani est un village tranquille.

Koungou[modifier | modifier le code]

La mairie de la commune s'y situe.

Il y a le collège Frédéric d'Achery (nommé en hommage d'un ancien maire de la commune)[1] et quatre écoles primaires.

Ce village abrite également :

  • un bureau de poste[2] ;
  • un terrain de football ;
  • un plateau polyvalent et un centre associatif ;
  • la bibliothèque municipale ;
  • le poste de la police municipale ;
  • une carrière ETPC.

Longoni[modifier | modifier le code]

Le village de Longoni est situé au nord de Mayotte, il fait partie des six villages que compte la commune de Koungou. Ce village abrite le seul port marchand de Mayotte, ce qui lui confère un rôle capital dans l'activité économique de l'île. Le port est géré par l'entreprise Mayotte Channel Gateway dans le cadre d'une délégation de service public du conseil départemental[3].

C'est un village peuplé mais nous n'avons pas pu recueillir de chiffre exact car en effet Longoni comme toute l'île de Mayotte souffre de forte immigration qui la touche depuis maintenant quelques années et qui fait sombrer l'île dans tout les plans(économique, culturel, social et environnemental).


Clubs Sportifs:

Longoni compte deux principaux clubs de football qui s'étalent à presque toute les catégories :

  • Enfant du Port de Longoni (plus ancien club encore en activité du village)
  • Espoir Club de Longoni (créé en 2017).

Majicavo Lamir[modifier | modifier le code]

Majicavo Lamir tient son nom de la famille Ali Amir qui y a résidé et qui l'a fondée. Propriétaire depuis sa fondation, le petit village a vu arriver plusieurs familles d'ailleurs et ne cesse de grandir. Il s'est notamment développé depuis la construction du lotissement (Trois Vallées et Haut Vallons), du centre commercial et du centre pénitentiaire.

Le village est aujourd’hui divisé en deux :

  • le vieux village, le Majicavo Lamir d’avant ;
  • les lotissements (Trois-Vallées et les Hauts Vallons), qui abrite aujourd’hui le plus grand centre commercial de Mayotte. Trois-Vallées et les Hauts Vallons continuent leur développement. Le nombre des bâtiments ne cesse d’augmenter.

Le village de Majicavo Lamir abrite une école primaire, un collège, une école maternelle, et une école laïque. Quelques écoles coraniques non déclarées qui tendent à disparaître.[réf. nécessaire]

Majicavo Koropa[modifier | modifier le code]

Ce village est constitué de deux zones :

  • Majicavo Dagoni qui représente la partie nord du village. On y retrouve principalement des habitations qui quant à elles sont surplombées par la carrière ETPC ;
  • Majicavo Doubaï, comme son nom l'indique, cette partie regroupe la partie commerciale de la ville. D'une clientèle provenant de toute l'île, son importance est encore renforcée par la forte démographie, souvent dans des cases insalubres. Ce n'est que depuis la mort d'un jeune garçon de 5 ans en janvier 2017 que les autorités tentent de trouver des solutions.

Trévani[modifier | modifier le code]

Trévani comporte notamment un vaste complexe hôtelier et balnéaire.

Clubs sportifs[modifier | modifier le code]

Dans la commune de Koungou, différents clubs sportifs évoluent dans différents domaines.

  • Association Boxing Club de Koungou (BCK) créé en septembre 2016[4]
  • Football Club de Koropa (F.C. KOROPA) créé en janvier 1995[5]
  • Espoir Club de Longoni (E.C.L) créé en novembre 2017[6]
  • Majicavo Koropa Handball Club créé en avril 2018[7]
  • Football Club Ylang de Koungou (FCYK) créé en septembre 2016[8]
  • Koropa Fusion créé en juillet 2011[9]
  • Union Sportive et Culturelle de Kangani créée en mai 1990[10]
  • Associations Jeunesse Handballeurs de Koungou (A.J.H.K) créée en janvier 2011[11]
  • Union Sportive et Culturelle des Jeunes de Koungou (U.S.C.J.K) créée en 1997[12]

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Koungou est l'une des anciennes localités de Mayotte. Son peuplement remonterait au Moyen Âge. Son nom initial est Kongo, Afrique centrale d'où viennent ses premiers habitants[réf. nécessaire]. la ville actuelle de Koungou est le site le plus récent. Les premiers habitants se sont installés sur le littoral, au lieu-dit Mtsanga ylang-ylang. Le site archéologique a été endommagé par la montée des eaux de l'océan aujourd'hui. Néanmoins, le professeur Liszkowski a produit des travaux de recherches qui précisent cette fondation initiale[réf. nécessaire].

Du XVIIe à la fin du XVIIIe siècle, pour fuir la traite négrière, les habitants ont quitté le littoral et se sont installés à l'intérieur des terres sur les hauteurs du lieu-dit Mjini Koungou[réf. nécessaire]. Les vestiges de cette localités existent encore aujourd'hui.

Au début du XIXe siècle, lorsque la confiance fut retrouvée, les Koungoulais quittèrent Mjini Koungou pour s'installer sur le littoral au lieu-dit Badar Salama jusqu'à l'exploitation coloniale de la plaine de Koungou surnommée Lambic.

Les villages découlent des habitations des anciens travailleurs des exploitations agricoles, celles-ci allant de Mamoudzou-Kawéni jusqu'à Dzoumogné (domaines de Kongo et de Kangani). Ces exploitations au travers de plusieurs crises successives : chute du cours de la canne à sucre, les deux guerres mondiales ayant suspendu l'exportation de la production et l'importation des pièces détachées ; elles ont donc fait faillite. Mais les ouvriers sont demeurés sur place.

À Koungou, il n'y a pas eu de création de familles de notables qu'elles soient d'origine chirazienne ou malgaches[réf. nécessaire]. Ainsi jusqu'à une période récente (1995) les mariages avec les habitants de cette commune étaient difficilement tolérés par les habitants des autres communes.

En 1998, les habitants de la commune de Sada ont chassé les habitants d'origine comorienne à coups de cailloux puis les ont ligotés pour les convoyer jusqu'à Mamoudzou[réf. nécessaire]. Ces bannis ont été accueillis sur la commune de Koungou.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, la commune est partagée entre deux cantons : celui de Bandraboua et celui de Koungou, qui ne concerne plus que l'est de la commune. Les conseillers départementaux du canton de Koungou sont Raïssa Andhum et Bourouhane Allaoui depuis mars 2015 ; ceux du canton de Bandraboua sont Issoufi Ahamada et Halima Mdallah Bamoudou.

L'ancien maire Ahmed Souffou a été révoqué en Conseil des ministres le 13 janvier 2011[13], à la suite d'une mise en examen pour des faits d'assistance à des étrangers en situation irrégulière, d'usage de faux et de corruption avec interdiction à partir du 3 septembre 2010 d'entrer en contact avec des employeurs de la mairie de Koungou et du 14 septembre 2010 de se rendre sur le territoire de la commune qui le privait de l'autorité morale et de la capacité physique indispensables à l'exercice de son mandat. Il fait appel de cette décision mais a été débouté en Conseil d’État le 7 novembre 2012. Avec Hénin-Beaumont et Lalevade d'Ardèche, Koungou fait donc partie des très rares communes dont le maire a été révoqué en Conseil des Ministres comme le permet la loi depuis 1982.

Liste des maires successifs[14]
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1983 Saïdinah Daousinka MPM  
1983 1995 Frédéric d'Achery RPR  
1995 2001 Darmi Assani Mfoumby    
2001 2008 Saïd Ahamadi dit "Raos" PS puis PSM  
2008 2011 Ahmed Souffou SE  
2011 2012 Andji (ou Ambdi) Moussa    
2012 En cours Assani Saindou Bamcolo DVD  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1978. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee, mais la loi relative à la démocratie de proximité du a, dans ses articles consacrés au recensement de la population, instauré des recensements de la population tous les cinq ans en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française, à Mayotte et dans les îles Wallis-et-Futuna, ce qui n’était pas le cas auparavant[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2002[16], les précédents recensements ont eu lieu en 1978, 1985, 1991 et 1997.

En 2017, la commune comptait 32 156 habitants[Note 1], en augmentation de 21,4 % par rapport à 2012

Évolution de la population  [ modifier ]
1978 1985 1991 1997 2002 2007 2012 2017
2 3623 4796 04610 16015 38319 83126 48832 156
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[17] puis à partir de 2006[18])
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune est le deuxième lieu d'activité économique de l'île[réf. nécessaire].

La commune abrite notamment :

  • à proximité du village de Longoni :
    • le port en eaux profondes de Longoni, avec ses deux quais, ses silos à ciment, son terminal gazier et pétrolier,
    • la centrale électrique EDM,
    • le stockage des hydrocarbures,
    • la zone d'activité industrielle (fabrication de tôles, boissons, etc.) ;
  • Les seules carrières de granulat et sable de l'île[réf. nécessaire], à Kangani (groupe IBS en voie d'expulsion) et à Majikavo-koropa et à Koungou (groupe COLAS) ;
  • un hôtel situé sur la plage à Trévani avec des activités nautiques (plongée, excursions et croisières en catamaran, jet-ski, ski nautique).

Port de Longoni[modifier | modifier le code]

Avant novembre 2013, la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte était chargée de la gestion du port marchand. Depuis cette date, elle est confiée à la SAS Mayotte Channel Gateway (MCG) dans le cadre d'une délégation de service public du département. D'importants dysfonctionnements ont été relevés par la Cour des comptes dans la gestion et l'exploitation du port de Longoni. Dans un rapport du 8 mars 2017, la Cour fait état de carences de la part du département qui n’a pas organisé le bilan d’ouverture de la délégation et n’a pas transféré la trésorerie correspondante au délégataire. Le rapport pointe également le fait que MCG n’a transmis ni rapports annuels, ni comptes conformes à la réglementation, ni plans d’investissement[19].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au , millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au .

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :