Kani-Kéli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kani (homonymie) et KELI.

Kani-Kéli
Kani-Kéli
La plage de Ngouja.
Blason de Kani-Kéli
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Mayotte
Département Mayotte
Canton Bouéni
Intercommunalité CC du Sud
Maire
Mandat
Soilihi Ahmed
2014-2020
Code postal 97625
Code commune 97609
Démographie
Population
municipale
5 507 hab. (2017)
Densité 267 hab./km2
Géographie
Coordonnées 12° 57′ 24″ sud, 45° 06′ 18″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 590 m
Superficie 20,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayotte

Voir la carte administrative de Mayotte
City locator 14.svg
Kani-Kéli

Géolocalisation sur la carte : Mayotte

Voir la carte topographique de Mayotte
City locator 14.svg
Kani-Kéli

Kani-Kéli est une commune du sud du département d'outre-mer de Mayotte peuplée de 5 507 habitants en 2017.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type tropical.

La commune est constituée de six villages :

  • Kani-Kéli,
  • Choungui,
  • Kanibé,
  • Mbouini,
  • Mronabéja,
  • Passy-Kéli.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Kani-Kéli est situé au fond d'une des quatre grandes baies de la « crête » de Mayotte, au sud. La commune occupe d'ailleurs une grande partie de cette crête.

Kani-Kéli fait partie des villages dont les habitants sont originaires de Madagascar. On y parle donc le malgache dans les villages de Kani-Kéli, Passi-Kéli, M'ronabéja et M'bouini alors qu'on utilise le shimaoré dans les villages de Choungui et Kani Bé.

L'activité de Kani-Kéli est principalement orientée vers la pêche. On y trouve d'ailleurs une des rares coopératives de pêcheurs de Mayotte.

Kani-Kéli abrite aussi une des plages les plus réputées de Mayotte, Ngouja, où l'on est à peu près assuré de voir plusieurs espèces de tortues marines qui apprécient particulièrement la prairie sous-marine qui mène au tombant[1]. Cette colonie de tortues est l'une des plus importantes de la région, et les scientifiques suggèrent que la présence d'un hôtel aurait un effet bénéfique, la sécurité de l'hôtel empêchant à cet endroit le féroce braconnage qui sévit presque partout ailleurs sur l'île[2]. Outre un restaurant, une petite base nautique, qui permet aux touristes de partir à la découverte des tortues et du tombant, a aussi été installée à Ngouja.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
2008 2014 Aynoudine Madi Fikira Tsika  
2014 en cours Soilihi Ahmed LR  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1985 1991 1997 2002 2007 2012 2017
2 7923 4104 1564 3364 5274 9205 507
(Source : Insee[3])

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Ducarme, « Les tortues du lagon de Mayotte », sur Mayotte Hebdo, .
  2. Frédéric Ducarme, « Les aires protégées à l’épreuve de la réalité », sur "Regard" de la Société Française d’Écologie, A. Teyssèdre, .
  3. Fiches Insee - Populations légales des communes de Mayotte pour les années 1985, 1991, 1997, 2004, 2007, 2012 et n° 2017-1688 du 14 décembre 2017 authentifiant les résultats du recensement de la population effectué à Mayotte en 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]