Kani-Kéli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kani-Kéli
Kani-Kéli
Signe à l'entrée de la commune
Blason de Kani-Kéli
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Mayotte
Département Mayotte
Intercommunalité Communauté de communes du Sud
Maire
Mandat
Abdou Rachadi
2020-2026
Code postal 97625
Code commune 97609
Démographie
Population
municipale
5 507 hab. (2017 en augmentation de 11,93 % par rapport à 2012)
Densité 267 hab./km2
Géographie
Coordonnées 12° 57′ 24″ sud, 45° 06′ 18″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 590 m
Superficie 20,59 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Mamoudzou
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bouéni
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Mayotte
Voir sur la carte topographique de Mayotte
City locator 14.svg
Kani-Kéli
Géolocalisation sur la carte : Mayotte
Voir sur la carte administrative de Mayotte
City locator 14.svg
Kani-Kéli

Kani-Kéli est une commune française située dans le département et région d'outre-mer de Mayotte, peuplée de 5 507 habitants en 2017.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et composition[modifier | modifier le code]

Le sud depuis le mont Choungui : on voit les villages de Choungui (centre) Mronabéja (gauche) et Kani-Kéli (droite).

Le village de Kani-Kéli est situé au fond d'une des quatre grandes baies de la « crête » de Mayotte, au sud. La commune occupe d'ailleurs une grande partie de cette crête.

La commune est constituée de six villages :

  • Kani-Kéli
  • Choungui
  • Kani-Bé
  • Mbouini
  • Mronabéja (ou M'Ronabéja),
  • Passi-Kéli.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Kani-Kéli est de type tropical.

Paysages et milieux naturels[modifier | modifier le code]

Kani-Kéli abrite une des plages les plus réputées de Mayotte, Ngouja, où l'on est à peu près assuré de voir plusieurs espèces de tortues marines qui apprécient particulièrement la prairie sous-marine qui mène au tombant[2]. Cette colonie de tortues est l'une des plus importantes de la région, et les scientifiques suggèrent que la présence d'un hôtel aurait un effet bénéfique, la sécurité de l'hôtel empêchant à cet endroit le féroce braconnage qui sévit presque partout ailleurs sur l'île[3]. Outre un restaurant, une petite base nautique, qui permet aux touristes de partir à la découverte des tortues et du tombant, a aussi été installée à Ngouja.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La toponymie des villages de Mutsamudu et M’ronabeja semble malgache : Mronabeja ou Moroni-Abeja signifie « au bord de la rivière Abeja ». Il vient des mots sakalaves amoro qui veut dire « au bord » et ony, « rivière », et de Abeja (nom propre de la rivière, d'origine obscure).

Mronabeja pourrait également provenir du shimaoré. Mro « rivière » et béja « roi », « la rivière du roi» qui renvoie à la période pré-sultanique de Mayotte avec la venue d'un roi Grand-comorien qui aurait descendu la rivière pour choisir son établissement « bedja »[4].

Mronabeja est situé à l’embouchure d’une rivière qui, selon les témoignages des anciens, coulait autrefois abondamment. Elle ne forme plus à présent de part et d’autre des habitations, qu’une zone humide, marécageuse en saison des pluies, et visible en amont, bordé d’un important couvert végétal agrémenté de manguiers, arbres particulièrement convoités par les lémuriens lors de la saison des mangues[5].

Mutsamudu ne semble pas être le nom primitif de ce village : la tradition shibushi, est à la base de la création du village et l’attribution du nom, évoque le terme de Fasiñimainty comme tout premier nom d’origine malgache, fasiñy viendrait du mot merina fasiña qui veut dire « sable » et du mot sakalava mainty « noir » (qu'on retrouve dans Passamaïnty). Ce premier toponyme fut par la suite supplanté par la dénomination mahoraise M’tsangamudru, mot qui signifie en swahili shimahoré « au sable noir » (m’tsanga = sable, mudru = noir). Ensuite les habitants d’origine malgache transformèrent ce nom de M’tsangamudru en celui qu’on lui connaît aujourd’hui.

Histoire[modifier | modifier le code]

Kani-Kéli fait partie des villages dont les habitants sont originaires de Madagascar. On y parle donc le malgache dans les villages de Kani-Kéli, Passi-Kéli, Mronabéja et Mbouini alors qu'on utilise le shimaoré dans les villages de Choungui et Kani-Bé.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989 Maire en 2000 Madi Ahamada Anissi    
Les données manquantes sont à compléter.
2008 mars 2014 Aynoudine Madi Fikira Tsika (DVG)  
mars 2014 juillet 2020 Soilihi Ahmed UMPLR Enseignant
juillet 2020 En cours Abdou Rachadi DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité de Kani-Kéli est principalement orientée vers la pêche. On y trouve d'ailleurs une des rares coopératives de pêcheurs de Mayotte.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1978. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee, mais la loi relative à la démocratie de proximité du a, dans ses articles consacrés au recensement de la population, instauré des recensements de la population tous les cinq ans en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française, à Mayotte et dans les îles Wallis-et-Futuna, ce qui n’était pas le cas auparavant[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2002[7], les précédents recensements ont eu lieu en 1978, 1985, 1991 et 1997.

En 2017, la commune comptait 5 507 habitants[Note 1], en augmentation de 11,93 % par rapport à 2012

Évolution de la population  [ modifier ]
1978 1985 1991 1997 2002 2007 2012 2017
1 9622 7923 4104 1564 3364 5274 9205 507
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[8] puis à partir de 2006[9])
Histogramme de l'évolution démographique

Culture[modifier | modifier le code]

En 2007, 33 % de la population de Kani-Kéli de moins de 14 ans ne parlait pas le français, moins de 3 % parlait le français sans parler de langue locale, 65 % parlait le français et au moins une langue locale[10]. La langue locale la plus commune à Kani-Kéli est le shibushi[11].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au , millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au .

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. Frédéric Ducarme, « Les tortues du lagon de Mayotte », sur Mayotte Hebdo, .
  3. Frédéric Ducarme, « Les aires protégées à l’épreuve de la réalité », sur "Regard" de la Société Française d’Écologie, A. Teyssèdre, .
  4. Richard Zingoula, Du Kikongo au Shimaore en Passant par le Francais, Publibooks, , 280 p. (lire en ligne), p. 231.
  5. Claire Harpet, « Le lémurien das les groupes linguistiques du nord-ouest de Madagascar et du sud de Mayotte : Eléments pour une Anthropologie de la biodiversité. Anthropologie sociale et ethnologie. », Institut National des Langues et Civilisations Orientales- INALCO PARIS - LANGUES O’, 2005.,‎ , Chapitre 11, page 89.
  6. Titre V de la loi no 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité
  7. Décret no 2002-974 du 9 juillet 2002 fixant la date et les conditions dans lesquelles sera exécuté le recensement général de la population de Mayotte en 2002, publié au JORF du .
  8. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  9. pour les années 1978, 1985, 1991, 1997, 2002, 2007, 2012 et 2017
  10. « Mayotte : les langues en 2007 », sur insee.fr, Insee (consulté le )
  11. « France, le trésor des régionsKani-Kéli », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le )