Joseph Dufour (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Joseph Dufour et Cie)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joseph Dufour et Dufour.
Joseph Dufour
Naissance
Décès
(à 72 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Formation
Distinctions
Œuvres réputées
Papiers peints panoramiques

Joseph Dufour, né à Tramayes (Saône-et-Loire) le , et mort à Paris le , est un peintre et industriel français, renommé pour ses créations de papiers peints panoramiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Second enfant, après sa sœur Philiberte (née en 1751), Joseph Dufour est le premier garçon du charpentier Claude Dufour et de son épouse, Françoise Braillon, qui lui donne le jour le 13 décembre 1754. Il aura deux frères : Joseph en 1857, et Pierre en 1858, enfant posthume de Claude Dufour qui meurt le . Joseph Dufour grandira auprès de son oncle paternel qui exerce à Beaujeu le métier de boulanger. Il fera auprès de lui divers petit métier : livreur de pain, domestique, berger et employé de bureau chez des greffiers.

Joseph Dufour est un esprit vif, avide de savoir et désireux de s'instruire. Il poursuit des études de droit et se place chez un huissier nommé Dufour à Montigny[Lequel ?] et plus tard chez Monsieur Vacher, contrôleur des actes à Cluny. C'est à cette occasion qu'il fait la connaissance de Pratot, et c'est par cet homme qu'il rencontre M. d'Arcelin qui l'emmène avec lui à Lyon et le place à l'École royale gratuite de dessin de Lyon, où il réside en 1784 et habite place de la Charité[1]. En 1790, il travaille à la fabrique de papier peint de Jean Antoine Ferrouillat[2] et s'associe avec son patron en 1792, lequel a quelques difficultés financières. La manufacture sera dissoute en 1800.

En 1797, rue de la Paroisse à Mâcon, il fonde la Manufacture Joseph Dufour et Cie avec son frère Pierre Dufour et Jean-Baptiste Faivre. Le dessinateur Jean-Gabriel Charvet est embauché, mais trois plus tard, des difficultés se présentent et Pierre se retire de l'association.

Le , Joseph Dufour épouse Marie Joséphine Farge (née en 1781), fille d'un soyeux de Lyon. C'est la dot de la jeune femme qui va permettre le redressement financier de l'entreprise qui, par deux fois, sera au bord de la faillite, obligé de solliciter des délais de paiements qui seront à chaque fois accordés. Puis l'entreprise prend son envol, comptant jusqu'à 90 ouvriers en 1805.

Le papier peint panoramique Les Sauvages de la mer du Pacifique[3], peint par Jean-Gabriel Charvet, paraît chez Moiroux à Mâcon en 1804 dans une plaquette publicitaire de 48 pages, et sera la même année exposé au Louvre, obtenant un grand succès, puis deux ans plus tard en 1806 à l'Exposition des produits de l'industrie française, qui fera également l'admiration des visiteurs et des éloges au concepteur.

En 1805, la ville de Mâcon passe une commande pour la visite des souverains afin de décorer avec les papiers peints les salles de l'hôtel de ville.

Joseph Dufour s'installe dans le faubourg Saint-Antoine à Paris en 1807, dans des locaux qui servaient déjà à la fabrique de papier peints. En 1808, il s'attache les services du peintre graveur Xavier Mader (1789-1830), qui restera dans l'entreprise jusqu'en 1822. En 1808, il commence sa production de panoramiques avec Les Mois de l'année dessiné par Alexandre-Évariste Fragonard (1780-1850), puis Les Portiques d'Athénes de Mader. Son succès lui permet de faire l'acquisition de ses nouveaux locaux au no 10 rue Beauvau à Paris en 1814. En sortiront notamment : Les Monuments de Paris, La Galerie mythologique, Psyché et Cupidon, Paysage de Télèmaque, L'Île de Calypso, Les Incas, etc.

En 1821, sa fille Marie-Joséphine épouse Amable Leroy, qu'il associe à son entreprise. La Société prend alors le nom de Dufour et Leroy. Sortent encore des ateliers plusieurs papiers peints panoramiques dont : Paul et Virginie et Le Voyage d'Anténor en Grèce et en Asie.

Joseph Dufour s'éteint à son domicile du no 10 rue Beauvau à Paris. Il est inhumé à Paris au cimetière du Père-Lachaise (58e division)[4].

Sa manufacture lui survivra jusqu'en 1836 et ses planches revendues continueront d'être imprimées par d'autres établissements comme celui de Jules Desfosses.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

L'Arrivée de Pizarre chez les Incas, grand salon de la malouinière de la Ville Bague à Saint-Coulomb.
En Australie
Aux États-Unis
En France
Au Royaume-Uni
en Suisse
  • Mézières, château de Mézières, musée du papier peint

Expositions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Jacqué, Georgette Pastiaux-Thiriat, Joseph Dufour - Manufacturier du papier peint, PU Rennes, 2011[21], (ISBN 978-2-7535-1236-8)
  • André Jeannet et Jean-François Garmier, Joseph Dufour : 1757-1827, créateur de papiers peints : Mâcon, Musée municipal des Ursulines, 14 mai-13 juin 1982, [catalogue], Musée municipal des Ursulines, 1982[22]
  • Patricia Guinard, « Joseph Dufour, créateur du papier peint panoramique », inRevue des Sociétés généalogiques de Bourgogne, no 122, avril, mai, juin, 1998, p. 9–11
  • Art et artistes du papier peint en France. Répertoire alphabétique, Paris Courguff-Gradenigo et Arts décoratifs, 2007, 288.p.
  • Jean-Luc Burnot, Un enfant de Tramayes : Joseph Dufour, l'homme des papiers peints, article en deux parties paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire », n° 113 de mars 1998 (pp. 14-17) et n° 115 de septembre 1998 (pp. 7-9).
  • Les 7,8 et 9 mai 2009 eurent lieu à Tramayes et à Cluny des journées d'étude qui donnèrent lieu à des communications d'une vingtaine d'intervenants de diverses nationalités.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • la municipalité de Mâcon a donné son nom à une rue de la ville
  • Une salle communale de Tramayes porte son nom

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]