John McAfee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
John McAfee
Image dans Infobox.
John McAfee en 2016.
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
John David McAfeeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom court
John McAfeeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Domicile
Formation
Roanoke College (en) (baccalauréat universitaire en lettres) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique

John McAfee, né le à Cinderford (Angleterre) et mort le à Sant Esteve Sesrovires (Espagne), est un informaticien américain.

En 1987, il écrit le premier logiciel antivirus commercial et fonde McAfee Associates pour vendre sa création.

Soupçonné de crimes, principalement liés au trafic de stupéfiants et à la possession d'armes à feu, il est arrêté plusieurs fois au cours des années 2010, notamment au Belize et aux États-Unis. Recherché par Interpol, il est arrêté en en Espagne pour des accusations de fraude fiscale portées par le département de la Justice des États-Unis.

Il est trouvé mort dans sa cellule de la prison de Barcelone, alors qu'il attendait une probable extradition vers les États-Unis. Les autorités évoquent un suicide.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

John David McAfee naît le à Cinderford en Angleterre[1] et grandit à Salem en Virginie[2].

Formation[modifier | modifier le code]

En 1967, il obtient un baccalauréat universitaire en mathématiques au Roanoke College (en), ainsi qu'un doctorat honorifique en 2008.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

John McAfee est d’abord employé à l’Institute for Space Studies de la NASA à New York, entre 1968 et 1970. Par la suite, il travaille pour Univac en tant que développeur de logiciel et plus tard pour Xerox comme développeur de système d'exploitation. En 1978, il rejoint Computer Sciences Corporation en tant que consultant en logiciel. Dans les années 1980, alors qu'il est employé chez Lockheed, il obtient la copie d'un virus nommé Brain et tente de créer un moyen de le détruire.

En 1987, John McAfee fonde McAfee Associates, une compagnie de logiciels antivirus[2]. En 1989, il démissionne de Lockheed et commence un travail à plein temps chez McAfee Associates depuis chez lui à Santa Clara (Californie). La compagnie s'implante dans l'État du Delaware (paradis fiscal) en 1992[2]. Il démissionne en 1994[3]. La société est vendue à Intel en 2010.

En , il réalise et diffuse une vidéo humoristique dans laquelle est expliqué comment désinstaller McAfee[4],[5]. Cette vidéo, particulièrement provocatrice où l'on voit John McAfee prendre de la drogue et être avec des prostituées, avait été visionnée par plus de 10 millions d'internautes[6]. En , il devient CEO de MGT Capital Investments, fonds d'investissement dans les nouvelles technologies.

Lassé par ses nombreuses excentricités, le président d'Intel (détenteur de l'antivirus McAfee), annonce en 2014 que le nom McAfee va être abandonné au profit de Intel Security[7]. John McAfee s'est dit réjoui de cette décision, considérant que son nom était associé au « pire logiciel du monde »[6].

John McAfee est également engagé politiquement. Proche du Parti libertarien, il échoue en 2016 puis en 2020 à être le candidat désigné par le parti pour l'élection présidentielle[8].

Début , selon le ministère américain de la Justice, il est inculpé pour fraude et complot de blanchiment d'argent en lien avec deux stratagèmes basés sur une crypto-monnaie[9]. Résidant en Espagne, il y est placé en détention provisoire depuis son arrestation en , dans l'attente de son extradition éventuelle.

Le , l'audience nationale espagnole, tribunal chargé de ce type d'affaires, annonce autoriser son extradition vers les États-Unis afin qu'il y soit jugé. Quelques heures après cette annonce, le quotidien espagnol El País annonce que John McAfee s'est suicidé dans sa cellule de la prison de Barcelone, à l'âge de 75 ans[10],[11],[12].

Poursuites judiciaires[modifier | modifier le code]

Le , sa propriété à Orange Walk Town, au Belize, a été prise d’assaut par un raid du GSU (Gang Suppression Unit (en)), une unité spéciale de la police bélizienne. Un communiqué de presse du GSU déclare qu'il a été arrêté pour trafic de drogues et possession d'armes. Il a été libéré quelques heures plus tard, sans poursuites. Le porte-parole de la police, Raphael Martinez, a confirmé que McAfee était simplement suspecté.

Le , la police bélizienne commence une enquête sur John McAfee comme personne impliquée dans le meurtre de l'expatrié américain Gregory Viant Faull, retrouvé mort par balles le dans sa maison à Ambergris Caye.

Il est arrêté par la police le et hospitalisé au Guatemala[13],[14]. Expulsé du pays, il arrive en Floride le [15].

En 2015, il est arrêté dans l'État du Tennessee pour conduite et possession d'une arme à feu sous l'emprise de stupéfiants[16].

En , après avoir déclaré qu'il ne payait pas ses impôts depuis huit ans, il quitte le territoire des États-Unis et menace le gouvernement américain de dévoiler des cas de corruption s'il est poursuivi[17].

Le , il est arrêté à l'aéroport international de Barcelone pour des accusations d'évasion fiscale. Dans un communiqué, le département de la Justice des États-Unis lui reproche de n'avoir produit aucune déclaration de revenus entre et [18]. Il est placé en détention provisoire en Espagne dans l'attente de son extradition vers les États-Unis[19]. Le 23 juin 2021 il est retrouvé mort dans sa cellule d'une prison de Barcelone, apparemment par suicide selon les autorités, à 75 ans[20].

Vie privée[modifier | modifier le code]

John McAfee a enseigné le yoga[21] et a publié de nombreux ouvrages dans ce domaine[22].

Il est marié à partir de 2013 avec Janice McAfee, une ancienne prostituée qu'il a rencontrée dans le quartier de South Beach à Miami[23],[24].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Computer Viruses, Worms, Data Diddlers, Killer Programs, and Other Threats to Your System : What They Are, how They Work, and how to Defend Your PC, Mac, Or Mainframe, St. Martin's Press, , 235 p. (ISBN 0312030649 et 9780312030643) (avec Colin Haynes)
  • (en) The Secret of the Yamas : A Spiritual Guide to Yoga, McAfee Publications, , 81 p. (ISBN 9780971156906 et 0971156905)
  • (en) The Fabric of Self : Meditations on Vanity and Love, Woodland Publications, , 157 p. (ISBN 9780971156920 et 0971156921)
  • (en) Into the Heart of Truth, Woodland Publications, , 190 p. (ISBN 9780971156913 et 0971156913)
  • (en) Beyond the Siddhis : Supernatural Powers and the Sutras of Patanjali, Woodland Publications, , 116 p. (ISBN 097115693X et 9780971156937)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « John McAfee obituary », The Times,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  2. a b et c (en) Cavendish, Marshall, Inventors and Inventions, Volume 4, Paul Bernabeo, , 1033 p. (ISBN 978-0-7614-7767-9 et 0-7614-7767-5, lire en ligne).
  3. Jules Darmanin, « John McAfee, pionnier sulfureux de l'antivirus, candidat à la présidentielle américaine », sur lefigaro.fr, .
  4. Maximilien de Léséleuc, « [Vidéo] John McAfee explique comment désinstaller… McAfee », sur tomsguide.fr via archive.org, .
  5. (en) « The McAfee guide to uninstalling McAfee Antivirus », sur John McAfee (consulté le ).
  6. a et b « John McAfee "éternellement reconnaissant" de voir disparaître McAfee », sur Numerama, (consulté le ).
  7. « Intel va se débarrasser de la trop sulfureuse marque « McAfee » », sur ZDNet France (consulté le ).
  8. « McAfee, sulfureux candidat à la Maison blanche depuis Cuba », sur letemps.ch, (consulté le ).
  9. (en) « Antivirus software pioneer McAfee charged by US with cryptocurrency fraud », sur The Economic Times, (consulté le ).
  10. (es) Rebeca Carranco, « El fundador del antivirus McAfee, John McAfee, se suicida en una prisión de Barcelona », sur El Pais, (consulté le ).
  11. Agence France-Presse, « Accusé de fraude fiscale aux États-Unis | Le créateur de l’antivirus McAfee s’est suicidé dans sa prison en Espagne », sur La Presse, (consulté le ).
  12. « John McAfee : qui est le créateur du premier antivirus commercial, retrouvé mort en prison », BBC News,‎ (lire en ligne)
  13. John McAfee arrêté au Guatemala, , Le Monde.
  14. Hospitalisation, sur Lefigaro.fr.
  15. « Expulsé par le Guatemala, John McAfee est arrivé aux États-Unis », 20 minutes, (consulté le ).
  16. (en) « John McAfee arrested on DUI, gun charges in Henderson County », sur wbbjtv.com (en), (consulté le ).
  17. (en) « Bitcoin Bull John McAfee Warns US Government : 'I Will Bury You' », sur CCN.com, (consulté le ).
  18. (en) « Anti-virus creator John McAfee arrested over tax evasion charges », sur bbc.com, (consulté le ).
  19. (en) Christian Taveira, « Le milliardaire John McAfee arrêté en Espagne », sur cnews.fr, (consulté le ).
  20. « John McAfee, pionnier de l’antivirus et accusé d’évasion fiscale, retrouvé mort dans une prison de Barcelone », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. (en) « Arkansas Yoga Center - John McAfee Workshop 2002 », sur Aryoga.com, (consulté le ).
  22. (en) « John McAfee: Books », sur Amazon.com (consulté le ).
  23. (en) Scott Thompson, « John and Janice McAfee aim fire at The Sun over ‘vicious’ article », sur finance.yahoo.com, (consulté le ).
  24. (en) « 'It was magical': Wife of eccentric cybersecurity millionaire John McAfee opens up about their first meeting - when he hired her as a prostitute while on the run from murder accusations », sur dailymail.co.uk, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :