Christian Metz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christian Metz
Christian Metz.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Sociologue, sémiologue, théoricien du cinéma, réalisateurVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Christian Metz, né à Béziers le et mort à Paris le [1], est un théoricien français de la sémiologie du cinéma.

Biographie[modifier | modifier le code]

Christian Metz est normalien (promotion 1951)[2].

Ses travaux constituent à la fois une contribution à la théorie française du cinéma et à la sémiotique visuelle.

Christian Metz a enseigné à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

En 1964 il publie l'article « Le cinéma, langue ou langage ? » dans la revue Communications et poursuit ses essais durant 25 ans avec : Essais sur la signification au cinéma (1968 et 1973), Langage et Cinéma (1971), les Essais sémiotiques (1977), Le Signifiant imaginaire (1977).

Christian Metz a fondé son projet sémiologique du cinéma sur le structuralisme linguistique puis sur la psychanalyse de Lacan. Il est reconnu entre autres pour sa grande syntagmatique.

Ses travaux ont été critiqués par Jean Mitry en 1987 dans son ouvrage La Sémiologie en question[3], et avec virulence par Jean-François Tarnowski dans la revue Positif[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Relevé des fichiers de l'Insee
  2. https://www.archicubes.ens.fr/lannuaire#annuaire_chercher?identite=Christian+Metz.
  3. Jean Mitry, La Sémiologie en question : Langage et cinéma, Paris, éd. du Cerf, coll. « 7e art », , 275 p. (ISBN 2-204-02630-1, présentation en ligne).
  4. Jean-François Tarnowski, Positif no 158 (04/1974) : De quelques problèmes de mise en scène (à propos de Frenzy d'Alfred Hitchcock) / Positif no 188 (12/1976): De quelques points de théorie du cinéma ]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Château et Martin Lefebvre, « Christian Metz et la phénoménologie », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, no 70,‎ , p. 82-119 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]