Georges Hage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hage (homonymie).
Georges Hage
Fonctions
Député
Seizième circonscription du Nord
-
Député
Seizième circonscription du Nord
-
Député
Seizième circonscription du Nord
-
Député
Seizième circonscription du Nord
-
Député
Circonscription du Nord de 1986 à 1988 (d)
-
Conseiller municipal
Douai
-
Député
Quinzième circonscription du Nord
-
Député
Quinzième circonscription du Nord
-
Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais
-
Député
Quinzième circonscription du Nord
-
Conseiller général
Canton de Douai-Nord
-
Albert de Bosschère (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
DouaiVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Surnom
Le BolchoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique
Distinction
Douai - Cimetière de Douai, tombe de la famille Hage (03).JPG
La tombe de Georges Hage au cimetière de Douai, photographiée en novembre 2017.

Georges Hage est un homme politique français né le à Douai (Nord) et mort le (à 93 ans)[1],[2].

Député communiste du Nord de Douai de 1973 à 2007, dans la seizième circonscription du Nord, située dans le bassin minier. Vice-président de l'Assemblée nationale de 1988 à 1993 et de 1994 à 1995, candidat à la présidence de l'Assemblée en 1988 puis en 1993, il siège au sein du groupe parlementaire communiste.

Figure de l'opposition à la mutation du PCF, il est par ailleurs président d'honneur du Pôle de renaissance communiste en France à partir de 2006.

Très apprécié dans le Nord, à son décès le quotidien régional La Voix du Nord salue un homme « convivial, affable, pétillant, subtil, éloquent, fait de droiture et d'intégrité, fidèle à son idéal révolutionnaire, orateur de grand talent, plein d'esprit, fin politique, perfectionniste, humaniste, anticolonialiste, progressiste, cultivé, gourmand de la langue et de culture française ... »[3].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Fils de coiffeur, Georges Hage est professeur d'éducation physique à l'école normale supérieure d'éducation physique. Militant syndical du SNEP, il mène le mouvement social contre le plan Soissons en 1979.

Il adhère au parti communiste et dévient l'un des responsable de la fédération du Nord en 1968.

Conseiller général (1970 - 1982), conseiller municipal de Douai (1971 1995), il devient député PCF en 1973 en succédant au député communiste Arthur Ramette. Il sera réélu sans discontinuer jusqu'en 2007 où son suppléant Jean Jacques Candelier[4] lui succède.

Député, il est à l'origine d'une proposition de loi pour la reconnaissance du harcèlement moral au travail. Il se mobilise pour l'amélioration de l'habitat minier[5].

La tombe de Georges Hage.

Opposé à la mutation du PCF, il devient président d'honneur du PRCF, dont il fut l'un des fondateurs[6].

Georges Hage meurt le 21 janvier 2015 à l'âge de 93 ans. Il est enterré au cimetière de Douai dans la tombe de ses parents, Edmond Hage (1880-1942) et Louise Courtine (1886-1961).

Mandats électoraux[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Il est promu chevalier de la Légion d'honneur le 12 avril 2009[7]. Il déclare, en recevant ses insignes, « bolcho je suis, bolcho je reste. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/2015/01/22/deces-de-georges-hage-ancien-depute-communiste-du-nord-637399.html
  2. « Allocution de Charles Beauchamp lors des funérailles de Georges Hage », sur http://chbeauchamp.elunet.fr, (consulté le 1er avril 2015).
  3. La Voix du Nord, « L’ancien député communiste du Douaisis Georges Hage est décédé », (consulté le 18 janvier 2018)
  4. « L’ancien député du Nord, « Geo » Hage, s’en est allé », sur L'humanité,
  5. « L’ancien député communiste du Douaisis Georges Hage est décédé », http://www.lavoixdunord.fr/region/l-ancien-depute-communiste-du-douaisis-georges-hage-est-ia16b12100n2615529#,‎
  6. « Douai : un dernier hommage rouge vif a été rendu à Georges Hage », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  7. Décret de nomination.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :