Jacques Bourgeois (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jacques Bourgeois
Illustration.
Portrait officiel, 2019.
Fonctions
Conseiller national
En fonction depuis le
Législature 48e (2007-2011)
49e (2011-2015)
50e (2015-2019)
51e (2019-2023)
Groupe politique libéral-radical (RL)
Commission CEATE et CdF
Député au Grand Conseil du canton de Fribourg
Législature 2002-2006
2007-2012
Biographie
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Pompaples (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique PLR
Profession ingénieur agronome
Résidence Avry-sur-Matran

Jacques Bourgeois, né le à Pompaples (originaire de Vullierens et Ballaigues), est une personnalité politique suisse membre du PLR. Directeur de l'Union suisse des paysans depuis 2002, il représente le canton de Fribourg au Conseil national depuis 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Bourgeois nait à Pompaples au pied du Jura. Il effectue un apprentissage agricole dans les années 1970[1]. Après un apprentissage de commerce, il obtient un dipôme d'ingénieur agronome HES en 1985[1]. Marié et père de deux enfants, il réside actuellement à Avry.

Carrière[modifier | modifier le code]

Bourgeois travaille à l'Union maraîchère suisse entre 1985 et 1998, avant de rejoindre l'Union suisse des paysans, dont il est directeur depuis 2002. Il annonce en novembre 2019 qu'il démissionne de cette présidence à la fin mars 2020[2].

Il siège au Grand Conseil du canton de Fribourg entre 2001 et 2007.

En 2007, il est élu au Conseil national, où il est siège dans la commission de l'environnement, de l'aménagement du territoire et de l'énergie (CEATE-N) depuis son élection, et depuis 2015 dans la commission des finances (CdF). Lors de sa réélection en 2019, il obtient le plus de voix issues du panachage[3].

En 2012, il décide se porter candidat pour remplacer Alain Berset, élu au Conseil fédéral, au Conseil des États, face à un autre Gruérien, le socialiste Christian Levrat[4]; lors de la campagne, il se déclare « PDC-compatible »[5]. Les Fribourgeois préfère le socialiste au radical[6].

En 2015, après avoir passé le premier tour[7], il décide ne pas se présenter au second tour de l'éléction au Conseil des États, face à Christian Levrat, sénateur sortant[8].

Il est aussi membre du conseil d'administration des Transports publics fribourgeois depuis septembre 2011[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Portrait, Curriculum vitae » (consulté le 18 juin 2020)
  2. ATS, « Le directeur de l'USP Jacques Bourgeois se retire », 24 heures,‎ (lire en ligne)
  3. (de) Rudolf Burger, « Jacques Bourgeois war der Populärste », Freiburger Nachrichten,‎ (lire en ligne)
  4. « Jacques Bourgeois entre dans le bal », La Gruyère,‎ (lire en ligne)
  5. Jérome Gachet, « Jacques Bourgeois: «Je suis PDC-compatible sur de nombreux dossiers» », La Gruyère,‎ (lire en ligne)
  6. Jérome Gachet, « Un Gruérien au Conseil des Etats », La Gruyère,‎ (lire en ligne)
  7. « Ballottage au Conseil des Etats », La Gruyère,‎ (lire en ligne)
  8. « Jacques Bourgeois (PLR) renonce au deuxième tour », La Gruyère,‎ (lire en ligne)
  9. (de) « Jacques Bourgeois », sur handelszeitung.ch (consulté le 18 juin 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]