Hohatzenheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hohatzenheim
L'église Saint-Pierre et Saint-Paul.
L'église Saint-Pierre et Saint-Paul.
Blason de Hohatzenheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Canton Bouxwiller
Intercommunalité C.C. du Pays de la Zorn
Statut Commune déléguée
Code postal 67170
Code commune 67207
Démographie
Population 207 hab. (2013)
Densité 104 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 00″ nord, 7° 36′ 56″ est
Altitude Min. 195 m – Max. 268 m
Superficie 2 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Wingersheim-les-Quatre-Bans
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 15.svg
Hohatzenheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 15.svg
Hohatzenheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Hohatzenheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Hohatzenheim

Hohatzenheim (prononcé [oatsenajm]) est une ancienne commune française devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle de Wingersheim-les-Quatre-Bans. Ce village de la plaine d'Alsace est situé à 17,8 km au nord-ouest de Strasbourg dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace. En 2013, la population légale est de 207 habitants. La structure intercommunale est la Communauté de communes du Pays de la Zorn.

Ses habitants sont appelés les Hohatzenheimois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hohatzenheim est située à 17,8 km au nord-ouest de Strasbourg, non loin de Hochfelden (5,7 km)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un petit château (eine Bürglin) des « von Waltenheim » s'élevait sur la colline à l'emplacement de l'actuel restaurant « Au Burgritter », en face de l'église romane. À la suite d'une guerre privée (eine Fehde) entre la ville de Strasbourg et les « von Waltenheim », le château fut détruit par les troupes strasbourgeoises en 1365. Cette année-là, les « von Waltenheim », proches de l'évêque Jean II de Lichtenberg, avaient ordonné à six de leurs valets de se rendre à Strasbourg afin d'y mettre le feu. L'un d'eux, après avoir été hébergé dans une auberge du quai Saint-Nicolas, réussit à incendier l'écurie[pas clair] mais fut reconnu et arrêté avec trois de ses compagnons. Condamnés à être brûlés, les valets incendiaires périrent sur le bûcher et, en représailles de leurs méfaits, le petit château de Hohatzenheim fut démantelé par les Strasbourgeois.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason d'Hohatzenheim

Les armes d'Hohatzenheim se blasonnent ainsi :
« Parti : au premier d'or à la bande de gueules, au second d'argent au lion de sable et à la bordure de gueules. »[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Jean-Marie Criqui[3]   Agent commercial
2001 mars 2008 Jean-Marie Criqui   Agent commercial
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 207 habitants, en diminution de -0,48 % par rapport à 2008 (Bas-Rhin : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
158 153 180 194 220 217 200 196 197
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
192 196 194 189 204 201 178 182 194
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
193 211 192 165 174 175 180 177 156
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2013
164 164 163 180 188 231 212 206 207
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Pietà (XVe siècle ?) de la Vierge douloureuse.
  • Stèle funéraire de Nicolas Blaess au cimetière. L'épitaphe recèle deux erreurs :
  • Dalle funéraire de Wilhelm II von Mittelhausen fixée à un mur extérieur de la sacristie. Wilhelm II résidait dans son château de plaine (une Wasserburg) de Mittelhausen. À son décès en 1472, il fut inhumé dans son église paroissiale de Hohatzenheim dont il était un bienfaiteur puisqu'il eut la privilège d'être enterré devant l'autel de saint Antoine (aujourd'hui emplacement de la Vierge douloureuse). L'épitaphe encore lisible de nos jours est rédigée ainsi :
Anno D MCCCCLXXII
Am XII Dez Ap(pril) starb der
eren Vest Wilhelm von
Mittelhausen dem God gnäd'
und barmherzig sey Am.

Traduction :

En l'an du Seigneur 1472,
le 12 du mois d'avril, mourut le
très honorable Wilhelm von
Mittelhausen. Que Dieu lui accorde grâce
et miséricorde. Ainsi soit-il.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Nicolas Blaes, Schultheiss de 1787 à 1792.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lion 1906, « Orthodromie », sur www.lion1906.com (consulté le 5 février 2016)
  2. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009)
  3. [PDF] [~~~http://www.bas-rhin.pref.gouv.fr/site/fichier.php\?idFichier=597&nomFichier=Liste_des_Maires_du_Bas_Rhin_au_1er_avril_2008.pdf Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.]
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :