La Walck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Walck
Image illustrative de l'article La Walck
Blason de La Walck
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin
Arrondissement Haguenau-Wissembourg
Canton Reichshoffen
Intercommunalité C.A. de Haguenau
Code postal 67350
Code commune 67512
Démographie
Population 1 130 hab. (2013)
Densité 1 883 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 02″ nord, 7° 36′ 42″ est
Altitude Min. 163 m – Max. 208 m
Superficie 0,6 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Val-de-Moder
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 15.svg
La Walck

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 15.svg
La Walck

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Walck

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Walck

La Walck est une ancienne commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est, intégrée à la commune nouvelle de Val-de-Moder depuis le .

Cette ancienne commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est baignée par la Moder.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En alsacien : D'walick.

Histoire[modifier | modifier le code]

Par décret royal, la commune de La Walck est détachée de la commune de Bitschhoffen en 1847.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de La Walck

Les armes de La Walck se blasonnent ainsi :
« De gueules à Saint Laurent de carnation, vêtu d'or et d'argent, tenant de sa dextre un gril du supplice aussi d'or en bande le manche vers le bas et de sa senestre un livre fermé aussi d'argent en barre. »[1],[2].

Le martyre saint Laurent est représenté comme le protecteur de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1er janvier 1848 26 août 1865 Ignace Marx    
2 septembre 1865 24 mai 1867 Isidore Feltin    
10 juillet 1867 31 décembre 1873 Ignace Lemaitre    
2 janvier 1874 28 février 1875 Léonard Gerst    
17 mars 1875 16 juin 1902 Louis Schott    
17 juin 1902 29 mai 1917 Georges Wagner    
18 juin 1917 10 décembre 1919 Charles Kleinklaus    
11 décembre 1919 18 mai 1927 M. Denu    
19 mai 1927 29 juillet 1958 Charles Kleinklaus    
11 septembre 1958 21 mars 1977 Joseph Hartheiser    
21 mars 1977 17 mars 1989 Francis Danu    
17 mars 1989 17 mars 2001 Émile Schott    
mars 2001   Daniel De Bonn    
mars 2008 en cours Daniel De Bonn[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1851. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 1 130 habitants, en diminution de -2,75 % par rapport à 2008 (Bas-Rhin : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1851 1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890
805 690 680 626 694 738 712 680 636
1895 1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946
695 750 787 764 689 785 783 826 796
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010
812 896 979 1 005 1 003 965 1 012 1 130 1 147
2013 - - - - - - - -
1 130 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Au recensement de 1861, La Walck compte 3 sabotiers et 54 cordonniers. La plupart quittent le village la belle saison venue pour trouver de l'ouvrage et rentrent à l'arrivée de l'hiver[8]. Le 1er août 1907 à 8 heures du matin éclate la première grève des cordonniers, organisée par les adhérents au syndicat chrétien. Des piquets de grève contrôlent les rues, pour empêcher les travailleurs à domicile d'aller chercher la matière première ou de livrer leurs chaussures. Des grévistes pénètrent dans la cour du fabricant Heckel Michel, frappent contre les volets fermés et profèrent des menaces de mort : « De selle alli verrecke »[9]. Pendant plusieurs années, La Walck était réputée pour ses usines de chaussures. C'était un village industriel. Adolf Dassler, le fondateur d'Adidas, a implanté ses premières usines à La Walck. Encore aujourd'hui, le village abrite deux entreprises spécialisées dans la chaussure de sécurité, Lemaitre Sécurité et Heckel. Une diversification du tissu industriel est toutefois tentée avec la présence de l'ADEC, association de développement économique spécialisée dans les technologies de l'information et de la communication (TIC) et le développement durable installée à La Walck depuis 1993.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009)
  2. Bernard Schmitt, « Les armoiries du canton de Niederbronn-les-Bains », sur http://reichshoffen.free.fr (consulté le 28 mai 2009)
  3. [PDF] Liste des maires .
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  8. Migneret, Description du Bas-Rhin, 1867
  9. Archives départementales du Bas-Rhin, 383D276

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Ledogar, Rémy Bertrand et Bernard Klein, Le Val de Moder : Pfaffenhoffen, Uberach, La Walck, Nierdermodern, à travers les cartes postales anciennes, Pfaffenhoffen, 1988, 143 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :