Henri Terrasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henri Terrasse
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Œuvres principales
Histoire du Maroc, des origines à l’établissement du protectorat français (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Henri Terrasse, né le à Vrigny (Loiret) et mort le à Grenoble (Isère), est un archéologue et historien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Admis à l'École normale supérieure, il en sort agrégé de l'université en 1920. Peu de temps après, il s'installe au Maroc où il occupe dès 1923 le poste de directeur d'études d'archéologie et d'art musulman à l'Institut des hautes études marocaines. Ainsi il collabore avec Henri Basset à une série d'études sur les Sanctuaires et Forteresses almohades parue dans la revue Hesperis[1].

En 1933, Henri Terrasse soutient une thèse sur L'Art hispano-mauresque des origines au XIIIe siècle, puis en 1935, il est nommé chef de service des monuments historiques du Maroc, où il met toute sa compétence à la restauration et à la protection du patrimoine artistique marocain, et ce jusqu'à son départ du Maroc. En 1941, il est nommé directeur de l'Institut des hautes études marocaines, et, en 1945, il succède à Georges Marçais[1] dans la chaire d'archéologie musulmane à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines d'Alger. Il quitte définitivement le Maroc en 1957. Il prend la direction de la Casa de Velázquez à Madrid jusqu'à sa retraite, en 1965. Il s'éteint à Grenoble en octobre 1971. Son épouse née Jeanne Dumas est décédée le 24 novembre 1987 à 81 ans.

Principales publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Golvin 1972, p. 7.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]