Henri Dupuy de Lôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dupuy et Dupuy de Lôme.
Henri Dupuy de Lôme
Henri Dupuy de Lôme.
Henri Dupuy de Lôme.
Fonctions
Sénateur inamovible
Député du Morbihan au Corps législatif
Législature IVe
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Ploemeur (Morbihan, France)
Date de décès
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Conjoint Claire Laurence Dorothée Aubert
Enfants Laurence Claire
Cyprien Georges Henri Laurent
Marie Aglaë Henriette
Diplômé de l'École polytechnique
Profession Ingénieur du génie maritime

Stanislas-Charles-Henri-Laurent Dupuy de Lôme né au château de Soye à Plœmeur, près de Lorient, Morbihan le et mort à Paris le , est un ingénieur militaire du génie maritime et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Claude Henri Dupuy de Lôme, capitaine de frégate (1781-1854) et de Laurence Jeanne Julienne Esnoul Deschâteles (1786-1854), petite nièce du philosophe Julien Offray de La Mettrie et fille d'un important armateur de la puissante Compagnie des Indes du port de L'Orient. Il est également l'oncle de Enrique Dupuy de Lôme, ambassadeur d'Espagne aux États-Unis à la fin du XIXe siècle, dont la publication d'une lettre adressée par ce dernier aux autorités espagnoles diffamant le président McKinley contribua au déclenchement en 1898 de la guerre hispano-américaine[1].

Il épouse le 1er septembre 1846 à Toulon (83), Claire Laurence Dorothée Aubert (1821-1901), dont il aura trois enfants : Laurence Claire (1847-1943), Cyprien Georges Henri Laurent (1850-?) et Marie Aglaë Henriette (1859-1944).

À sa sortie de l'École polytechnique, il rejoint le corps militaire des ingénieurs du génie maritime. Il se rend en Angleterre pour étudier les derniers perfectionnements des constructions navales. Il publie en 1844 un plaidoyer en faveur de la construction métallique, Mémoire sur la construction des bâtiments en fer [2].

Le Napoléon, premier navire de ligne à vapeur au monde.

Il est l'auteur de nombreuses inventions dans le domaine de la construction navale, on lui doit notamment:

Son esprit inventif ne s’est pas limité au seul domaine maritime :

  • Lorsque l'on songea à monter des canons de marine sur wagons, c'est Dupuy de Lôme qui en dessina les plans : le premier train blindé était né.
  • Gravure montrant l'envol de l'aérostat dirigeable de Henri Dupuy de Lôme depuis le cirque des artilleurs de Vincennes le 2 février 1872.
    Durant la guerre de 1870, le gouvernement de la Défense nationale lui confie, la mise au point d'un aérostat dirigeable mu par une hélice et par l'effort de huit marins, se relayant par équipe de 4 toutes les demi-heures, dans la nacelle. Gaston Tissandier relate et surtout relativise l'évènement en le comparant à celui d'Henri Giffard dans L'Illustration de cette même année. Néanmoins le vol d'essai est un succès. Les données et paramètres de la construction de l'aérostat, puis ceux du vol d'essai, vont être extraits et faire l'objet d'une parution scientifique. * [3] Les frères Tissandier, Albert et Gaston, mettront au point un dirigeable à moteur électrique. Mais c'est le Dirigeable La France qui va accomplir la première mondiale en 1884, d'un vol en circuit fermé, avec Arthur Krebs et Charles Renard.

Dupuy de Lôme est appelé en 1857 à la direction des constructions navales et du matériel au ministère de la Marine. En 1861, il est nommé conseiller d'État hors section et est chargé de défendre devant les Chambres le budget de la marine. Il est élu membre de l'Académie des sciences en 1866. Il est député du Morbihan de 1869 à 1870 et sénateur inamovible de 1877 à 1885.

Le 10 juin 1869, Dupuy de Lôme prend sa retraite de la fonction publique et, appelé par son ami Armand Behic, il entre au Conseil d'Administration des Messageries Impériales comme Vice-Président. Durant 16 ans, il prend la direction de deux importantes compagnies; Les Messageries maritimes et les Forges et Chantiers de la Méditerranée. Il rend d'éminents services tant à la Marine Marchande qu'à la Marine de Guerre, par le biais des chantiers navals de La Ciotat (13) et La Seyne-sur-mer(83).

Dupuy de Lôme meurt à Paris, le 1er février 1885. Ses obsèques n’eurent lieu à Toulon que le 29 novembre 1885. Plus de 2000 personnes y assistaient, dont tous les officiers du Génie Maritime.: "Derrière le cercueil, un ouvrier portait sur un coussin de velours noir les nombreuses décorations du défunt." M. Legrand, Directeur des Constructions Navales, prononça un discours dans lequel il retraça les grandes étapes de la vie de l'illustre ingénieur.

Deux statues sont érigées en son honneur, l'une à Lorient (fondue pendant la seconde guerre mondiale), l'autre à La Ciotat. Cette dernière a été envoyée à Lorient au début des années 1960. Une plaque commémorative orne également un pilier d'entrée de sa maison natale à Ploemeur. Depuis 2016, en commémoration de son bicentenaire un buste fabriqué avec la technologie d'impression 3D est présent au domaine de Soye à Ploemeur.

La difficulté d'innover[modifier | modifier le code]

« Quand on a en tête des innovations aussi considérables, il faut attendre l'occasion favorable de les faire réussir; autrement on se brise, sans profit pour personne, contre l'étonnement des gens que rien n'a préparés à vous entendre ». Dupuy de Lôme.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Plaque de Grand-officier de l'Ordre impérial de la Légion d'honneur, Direction du Matériel.

Dupuy de Lôme obtient la Grande Médaille d'Honneur de l'Exposition Universelle de Paris pour avoir « construit les premiers vaisseaux à hélice à grande vitesse ».

Légion d’honneur : • Chevalier en 1845 • Commandeur le 15 août 1858 • Grand Officier le 31 décembre 1863.

Il reçois de nombreuses distinctions de pays Etranger :

Grand-Officier de l’Ordre de François-Joseph d’ Autriche, Grand-Officier de l’Ordre des Saints Maurice et Lazare, Chevalier de l’Osmanié et du Medjidié[4].

Hommages[modifier | modifier le code]

Plaque au 374 de la rue Saint-Honoré à Paris

En 1898 un comité Dupuy de Lôme est créé en vue d’ériger une statue à Lorient. « Nulle part, dit l'amiral Ménard, il ne pouvait être mieux placé que dans la ville natale de celui qu’il célèbre, près du collège qui a vu commencer sa brillante carrière ». Elle sera placée sur la place d'arme faceà l'état major de la marine.

Le sculpteur Pierre Ogé fut chargé du dessin et de l’exécution de la maquette. Il représente Dupuy de Lôme en pied, haut de 3 m, en grande tenue d’ingénieur, sur un socle de granit de 4 m. de haut. Le bronze est dynamique, la tête puissante, « les yeux bienveillants et chercheurs ». Sur la face avant du socle, un génie de bronze, les ailes déployées, se tient sur l’éperon d’un cuirassé ; sur le côté droit est représenté le Napoléon, sur la face gauche, un ballon dirigeable. L’inauguration de ce monument fit l'objet d’une cérémonie grandiose qui associa la Marine française et la population de Lorient, port de guerre dans un hommage enthousiaste au savant disparu. Elle sera fondue durant la 2nde Guerre mondiale[4].

Buste de Dupuy de Lome inauguré au domaine de Soye à Ploemeur, le 15 octobre 2016 jour de son bicentenaire.

Les chantiers de la méditerranées (Cie des Messageries maritimes) fera exécuter une copie en 1905 alors érigée dans la cour d'honneur de la direction du site (ancien couvent des bernardines, à l'actuel emplacement de l'Hôtel de Ville de La Ciotat). Déboulonnée dans les années 1960 lors de la modernisation et du réaménagement du chantier, elle est alors transférée a Lorient (date inconnue) et est replacée sur un piédestal face à la direction du port.

De nos jours cette statue , étant dans le périmètre des chantiers DCNS, elle n'est plus visible par le public.

Un buste reproduit en impression 3D par les laboratoires de l'Université de Bretagne sud (IRDL Plateau composiTIC) a été inauguré sans sa propriété natale au château de Soye à ploemeur, le 15 octobre 2016, jour du bicentenaire de sa naissance.

Une plaque commémorative existe également à l'entrée du château de Soye à Ploemeur et sur l'immeuble ou il résidait à Paris, au n°374 rue Saint-Honoré.

De nombreuses villes ont nommé des rue en son honneur (Brest, Lorient, Ploemeur, La Ciotat, Toulon, Paris, Indret, Lille...).

Les principaux Lycées de Brest et Lorient portent également le nom de Dupuy de Lôme.

Anecdote littéraire[modifier | modifier le code]

Henri, fit ses études au collège de Lorient, on le montre souvent très bon élément, en réalité, « son indépendance et la vivacité de son caractère le poussèrent parfois à quelques sottises. Le séquestre et les colles du dimanche ne lui furent pas inconnus ; et

bien que son intelligence rêvât ou travaillât constamment, la servitude de s’astreindre à toute obligation, lui était pénible. […]

pour preuve ce quatrain qui nous reste dans ses essais poétiques :

Paresse des humains, douce et puissante reine,

Heureux ceux qui, soumis à ta paisible Loi,

Laissent couler leurs jours sans se donner la peine

De se révolter contre toi ![4]

Selon certains Henri Dupuy de Lôme et Gustave Zédé auraient conseillés Jules Verne en 1869, pour le sous-marin le Nautilus de Vingt mille lieues sous les mers[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Spencer Tucker, The Encyclopedia of the Spanish-American and Philippine-American Wars: A Political, Social, and Military History, vol.1, ABC-CLIO, , 993 p., p. 187
  2. Mémoire sur la construction des bâtiments en fer, adressé à M. le ministre de la Marine et des colonies, par M. Dupuy de Lôme (1844)disponible sur Gallica
  3. Stanislas Charles Henri Laurent Dupuy de Lôme Henri Dupuy de Lôme, Note sur l'aérostat à hélice, construit pour le compte de l'État, sur les plans et sous la direction de M. Dupuy De Lôme, Gauthier-Villars, 1872
  4. a, b et c Mickael SENDRA, Mémoires de Soye, de chateaux en baraques, Ploemeur, Mémoire de Soye,
  5. Site sur le bateau sous-marin "Gymnote"

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Le Lan, « Dupuy de Lôme : ingénieur et homme politique », Les cahiers du Pays de Ploemeur, no 21,‎ , p. 18-25 (ISSN 1157-2574)
  • Henri Dupuy de Lôme: Note sur l'aérostat à hélice construit pour le compte de l'État, sur les plans et sous la direction de M. Dupuy de Lôme. Paris : Typographie de Firmin Didot frères, fils et Cie, 1872. (Lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]