Haider Ackermann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ackermann.

Haider Ackermann, né à Santa Fe de Bogota, en Colombie, le 29 mars 1971, est un créateur français de Prêt-à-porter. En septembre 2016, il prend la direction artistique de la maison Berluti.

Biographie[modifier | modifier le code]

Adopté à l'âge de 9 mois par une famille française alsacienne dont le père est cartographe, Haider Ackermann passe son enfance dans plusieurs pays d'Afrique (Éthiopie, Tchad et Algérie)[1] et en France avant que la famille ne s'installe aux Pays-Bas[2].

Marqué à treize ans par la découverte du travail d'Yves Saint Laurent[2], il se rend en Belgique en 1994 pour suivre, durant trois ans, des cours de stylisme à l'Académie royale des beaux-arts d'Anvers[3]. Après cinq mois de stage chez John Galliano, il travaille comme assistant pour un de ses professeurs, le créateur belge Wim Neels. Les années suivantes, il travaille pour différentes marques, notamment Bernhard Willhelm, Patrick Van Ommeslaeghe avant de travailler comme styliste chez Mayerline.

En 2001, aidé de Raf Simons, il crée sa propre marque et présente sa première collection féminine à Paris en mars 2001 lors de la Semaine des défilés. La collection 2002 attire l'attention de la maison Ruffo, spécialiste du vêtement de cuir haut de gamme, qui l'engage pour diriger les collections printemps-été et automne-hiver 2003 pour Ruffo Research[4].

En 2005, il signe avec le groupe belge bvba 32 qui produit et diffuse des stylistes - où ses créations croisent celles de Ann Demeulemeester qui l'a souvent soutenu[5] - et installe son atelier à Paris[6]. Poursuivant sa carrière avec sa propre griffe féminine, il propose une unique collection pour hommes en 2010, dans une démarche créative destinée à souligner la collection pour femmes[7].

Reconnu par ses pairs[1], en 2011 il compte parmi les stylistes pressentis pour succéder à John Galliano chez Dior[8], après avoir décliné la proposition de succession de Martin Margiela et que Karl Lagerfeld[9] ait déclaré voir en lui la personne idéale pour lui succéder chez Chanel[10], certains commentateurs voyant en lui un « nouveau Yves Saint Laurent »[11].

En septembre 2016, il se voit confier par la maison Berluti la succession d'Alessandro Sartori[12] à la tête de la direction artistique[13].

Style[modifier | modifier le code]

Influencé par les différences culturelles, les créations de Haider Ackermann s'appuient sur les contrastes et mélangent les codes vestimentaires. Les coupes simples de ses créations sont souvent asymétriques et cousue de matières différentes, résolument modernes, dynamiques et urbaines, faisant appel aux ressources de la haute et basse culture, développant des vêtements de type streetwear proposant des silhouettes féminines sophistiquées et épurées. Ses créations sont portées par Tilda Swinton, Penelope Cruz, Victoria Beckham, Kanye West ou encore Janet Jackson.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Clara Dufour, « L'énigmatique Haider Ackermann », Madame Figaro, no 21199,‎ , p. 126 à 128 (ISSN 0246-5205, lire en ligne)
  2. a et b Katell Pouliquen, Haider Ackermann, entre épure et volupté, dans L'Express, 04 mars 2011, article en ligne
  3. Carine Bizet, « Haider Ackermann à toute allure », sur lefigaro.fr, Madame Figaro, (consulté le 9 décembre 2012)
  4. (en) Helen Wigham, « Haider Ackermann », sur Vogue, (consulté le 2 octobre 2016)
  5. Noël Palomo-Lovinski (trad. Lise-Éliane Pomier), Les plus grands créateurs de mode : de Coco Chanel à Jean Paul Gaultier, Paris, Eyrolles, , 192 p. (ISBN 978-2-212-55178-5), « Ann Demeulemeester », p. 78
  6. (en) Alice Rawsthorn, « Ladies’ Man », sur wmagazine.com, W, (consulté le 9 décembre 2012)
  7. (en) Lauren Millian, No More Menswear, sur Vogue.com, 02 décembre 2010, article en ligne
  8. Prêt-à-porter parisien : "secrétaires ambitieuses" chez Véronique Leroy, Haider Ackermann tout en promesses, AP/Nouvel Obs.com, 05 mars 2011, article en ligne
  9. Nadia Benleulmi, Haider Ackermann : Le nouveau prodige de la mode !, sur Plurieles.fr, 22 février 2011,en ligne
  10. (en) Lauren Millian, Karl's choice, sur Vogue.com, 19/11/2010, article en ligne
  11. Anne-Françoise Moyson, Haider Ackermann, Viktor & Rolf, Cacharel, Véronique Leroy, Sonia Rykiel et Jean Paul Gaultier, Paris défile, sur Le Vif Week-end, 06 mars 2011, article en ligne
  12. Frédéric Martin-Bernard, « Berluti choisit Haider Ackermann », Le Figaro Madame,‎ (lire en ligne)
  13. (en) Marc Bain, « A century-old Parisian shoe company is entrusting its legacy to a designer known for fancy sweats », sur Quartz, (consulté le 2 octobre 2016)
  14. (en) Ackermann Wins, sur Vogue.com, 30 novembre 2004, article en ligne

Source partielle[modifier | modifier le code]

  • Article Haider Ackermann du Flanders Fashion Institute, sur le site Contemporary fashion archive, article en ligne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]