Gustave Thuret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gustave Adolphe Thuret)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thuret.
Gustave Thuret
General view - Villa Thuret - DSC04765.JPG
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Gustave Adolphe ThuretVoir et modifier les données sur Wikidata
Abréviation en botanique
Thur.Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Famille
Famille Thuret (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Isaac Thuret (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaine
Propriétaire de
Membre de

Gustave Adolphe Thuret, né le à Paris et mort le à Nice, était un diplomate et botaniste français.

Buste de Gustave Thuret - Jardin de la Villa Thuret à Antibes
Pinus pinea - Villa Thuret à Antibes

Biographie[modifier | modifier le code]

Il venait d'une vieille famille huguenote, qui avait cherché quelque temps refuge aux Pays-Bas après la révocation de l'Édit de Nantes. Son père, Isaac Thuret (1771-1852), armateur, banquier et diplomate, consul général de Hollande, propriétaire de l'hôtel Baudard de Saint-James et des châteaux de Passy-sur-Seine, de Rentilly et de Lévis.

La mère de Thuret, Henrietta van der Paadevoort, avait été élevée en Angleterre si bien que l'anglais a été la première langue qu'il ait apprise, et il semble qu'il ait gardé de fortes sympathies pour la Grande-Bretagne tout au long de sa vie. Dans sa jeunesse, il a étudié le droit ; au cours de ses loisirs, il était un ardent musicien, et c'est au travers de son ami sur le plan musical, Alexandre de Villers, qu'il a reçu, vers 1837, sa première initiation en botanique. Débutant comme simple collectionneur, il ne tarda pas à être influencé par Joseph Decaisne (1809-1882), de qui il devint le disciple. C'est Decaisne qui fut le premier à l'encourager à entreprendre ces études algologiques qui allaient devenir sa principale œuvre.

On lui doit la première observation de fécondation sur le Fucus. Il fonda le jardin botanique de la villa Thuret à Antibes en 1857 où travailla Charles Naudin et qui est aujourd’hui un centre de l'INRA.

Références[modifier | modifier le code]

(en) « Gustave Thuret », dans Encyclopædia Britannica, 1911 [détail de l’édition] [lire en ligne] [ (en) Lire en ligne sur Wikisource]

Thur. est l’abréviation botanique standard de Gustave Thuret.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Chisholm 1911.