Georges Schehadé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Schehadé
Georges Schehadé vers 1987.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Georges Schehadé, né le 2 novembre 1905 à Alexandrie et mort le 17 janvier 1989 à Paris, est un poète et auteur dramatique libanais de langue française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille libanaise aristocrate, ses parents le destinent à faire des études commerciales mais il préfère se tourner vers le droit. Sa licence obtenue, il devient rédacteur au Ministère de la Justice puis assistant de Gabriel Bounoure.

Schehadé est l’auteur d’une importante œuvre théâtrale proche des conceptions du nouveau théâtre, dont il est l’un des chefs de file avec notamment Beckett, Ionesco ou Arthur Adamov. La plupart de ses pièces ont été créées par Jean-Louis Barrault et la plus célèbre d’entre elles, Histoire de Vasco (1956), a été traduite en 25 langues, jouée un peu partout dans le monde pendant les années 1950 et 1960 – elle a même été l’objet d’une adaptation opératique : The Story of Vasco (1974) par le compositeur anglais Gordon Crosse sur un livret de Ted Hughes. Même chose qui s’applique sur une autre œuvre de Schehadé, L’Émigré de Brisbane (entrée au répertoire de la Comédie-Française en 1967).

Schehadé est également l’auteur de plusieurs recueils poétiques (Rodogune Sinne, L’Écolier Sultan, Poésies I à VI, Poésies VII (posthume).

Tôt reconnue, son œuvre a été saluée et défendue par les plus grands (Paul Éluard, André Breton, Saint-John Perse, René Char, Jean-Louis Barrault, Octavio Paz, Philippe Jaccottet, Salah Stétié...).

En 1986, il se voit décerner par l’Académie française le Grand Prix de la Francophonie, créé l’année même.

Fuyant la guerre civile (1975-1990) qui menace le Liban, Georges Schehadé quitte Beyrouth en 1978 et s'installe à Paris où il meurt en 1989. Sa tombe se trouve au cimetière du Montparnasse.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres poétiques
  • Étincelles, Éditions de la Pensée latine, 1928
  • Poésies, Guy Lévis Mano, 1938
  • Rodogune Sinne, G.L.M., 1947
  • Poésies II, G.L.M., 1948
  • Poésies III, G.L.M., 1949
  • L’Écolier Sultan, G.L.M., 1950
  • Si tu rencontres un ramier, L'Arche, 1951
  • Les Poésies, Gallimard, 1952
  • Les Poésies, Poésie/Gallimard, Paris, 1969
  • Le Nageur d’un seul amour, Gallimard, 1985
  • Poésies VII, Dar An-Nahar, 1998
  • Les Poésies, édition augmentée de Le Nageur d'un seul amour, Poésie/Gallimard, 2001
Œuvres dramatiques
  • Monsieur Bob’le, Gallimard, 1951
  • La Soirée des proverbes, Gallimard, 1954
  • Histoire de Vasco, Gallimard, 1956
  • Goha, scénario, 1958
  • Les Violettes, Gallimard, 1960 (avec des chansons de Joseph Kosma)
  • Le Voyage, Gallimard, 1961
  • L’Émigré de Brisbane, Gallimard, 1965
  • L’Habit fait le prince, Gallimard, 1973
  • Chagrin d'amour, Dar An-Nahar, 1999 (lever de rideau écrit en 1938)
Autres

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Richard, Onze études sur la poésie moderne, Le Seuil, 1964.
  • Salah Stétié, Les porteurs de feu, Gallimard, 1972.
  • Jacqueline Michel, « Le Pays sans nom », Dhôtel, Supervielle, Schehadé, Lettres Modernes Minard, 1989.
  • Anne Debeaux, L’Ange de Schehadé, La Nouvelle Revue française, no 435, Gallimard, 1989
  • Philippe Jaccottet, Grâce rendue à la grâce (Georges Schehadé), La Nouvelle Revue Française, no 456, Gallimard, 1991.
  • Gabriel Bounoure, Marelles sur le parvis, Plon, 1958 ; réédition partielle, Éditions Fata Morgana, 1995.
  • Danielle Baglione, Albert Dichy, Georges Schehadé. Poète des deux rives. 1905-1989, Éditions de l'IMEC, 1999.
  • Jad Hatem, Phénoménologie de la création poétique, Paris, L’Harmattan, 2008
  • Markus Hediger, Les Après-midi de Georges Schehadé, in : Rencontre II, Éditions de l'Aire, 2009.
  • Maha Badr, Georges Schehadé ou la poésie du réel, L’Harmattan, 2010.
  • Emmanuel Rubio, Les Poésies de Georges Schehadé, Bienne-Gollion/Paris, ACEL-Infolio éditions, collection Le cippe, 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]