Georges Jeanclos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Jeanclos
Jeanclos 1988 - Saint-Ayoul - Provins.jpg

Signature de Georges Jeanclos sur le portail de l’église Saint-Ayoul de Provins, 1988.

Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
signature de Georges Jeanclos

signature

Georges Jeanclos, pseudonyme de Georges Jeankelowitsch, né le à Paris et mort le à Paris, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un apprentissage à Cusset dans l'Allier, chez le sculpteur Robert Mermet en 1947, Jeanclos intègre l'École nationale supérieure des beaux-arts de 1952 à 1958, et apprendra la mort de son frère aîné Gérard en 1956 tué pendant la guerre d'Algérie. Il obtient le Grand prix de Rome en 1959, et réside pendant quatre ans à la Villa Médicis dirigée par Balthus. En 1960, il épouse en premières noces Jacqueline Gateau avec laquelle il a trois enfants : Marc, Elisa et Emmanuel. Il rentre à Paris en 1964 et obtient un poste de professeur à l'École supérieure des beaux-arts du Mans de 1965 à 1966. Il est ensuite nommé, professeur à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Il fait connaissance de Mathilde Ferrer, qui deviendra sa seconde épouse.

Fortement imprégné du traumatisme du génocide juif, et plus généralement de tout le poids des souffrances et détresses humaines, de la spiritualité chrétienne (bien que Jeanclos soit issu d'une famille juive), et de toute l'épaisseur de la tendresse interindividuelle (une de ses œuvres s'appelle « Éloge des caresses ») son œuvre dégage pourtant une étrange sérénité. Dans son aspect, son art est fortement influencé par des antiques statues de terre étrusques, la plupart de ses œuvres étant faites de terre grise.

Son travail est précieux et fragile, ce que l'artiste présente lui-même comme une influence du bouddhisme Zen.

Ses personnages, aux visages lisses, aux crânes chauves, sont vêtus de draperies, linceuls, ou haillons. Certains font fortement penser aux momies précolombiennes. Dans les années 1970, il réalise en argile la série des Dormeurs qu'il propose à la manufacture de Sèvres pour les réaliser en biscuits de porcelaine. C'est quelque temps plus tard, en 1982, qu'il fonde l'atelier de recherches et de créations de Sèvres. Il expose de temps à autre à la galerie Loeb à Paris.

La mort de son père en 1976 le mène à réaliser les Urnes Kaddish (prières du fils pour son père mort)

C'est à partir de 1983 que Jeanclos ajoute à sa signature le nom de jeune fille de sa mère, « Mossé », qui disparaît cinq ans plus tard, année où il reçoit la commande de la réfection du tympan du portail de l'église Saint-Ayoul à Provins. Il entreprend un voyage au Japon en 1984 qui lui inspire Hiroshima et Kamakuras.

Parmi ses œuvres les plus célèbres, on dinstingue en 1986 le portail de l'église Saint-Ayoul de Provins[1], orné de sculptures en bronze, et en 1987 la grande porte en bronze du ministère des Finances de Bercy.

Jeanclos meurt le dimanche 30 mars 1997 d'un cancer. Son atelier était situé dans le quartier de la Bastille à Paris.

Œuvres[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1960-1961, galerie Jardin des Arts, Rome
  • 1964, galerie 9, Paris
  • 1979, biennale de Budapest
Posthumes

Prix, récompenses[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

Le critique d'art français Pierre Morel écrit : « Une fois qu'on l'a rencontrée, l'œuvre de Georges Jeanclos ne peut plus s'oublier... Les mots qui viennent à l'esprit sont douceur - tendresse - silence - pitié. »

Le critique d'art chinois Xing Xiaosheng dit de sa série des Dormeurs : « Les Dormeurs, qu'ils nous montrent un personnage seul ou un couple, ne sont pas une image de la mort, ni de scène de la vie des morts, mais des vivants enfouis dans leurs rêves, dans l'attente de s'éveiller dans le sommeil, pour aller à la rencontre de nouveaux horizons, une nouvelle vie. »

Musées, monuments[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En collaboration avec l'architecte Jacques Moulin.

Liens externes[modifier | modifier le code]