Genêt à balais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Genêt.

Cytisus scoparius

Le Genêt à balais (Cytisus scoparius) est une espèce d'arbuste à feuillage caduc de la famille des Fabaceae originaire du nord-ouest de l'Europe.

On l'a longtemps utilisé en le laissant sécher pour en faire des balais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jadis, Cytisus scoparius était considéré comme une plante magique associée à la magie noire.
Selon Prosper Mérimée, « si les sorcières ne pouvaient pas monter sur un balai de bouleau, il n'y avait rien de plus facile que de monter sur un balai de genêt et aller au bout du monde ».

Description[modifier | modifier le code]

Genêt à balais

Le Genêt à balais atteint une hauteur de 1 à 3 m, rarement 4 m. Les branches principales ont un diamètre pouvant atteindre de 5 à 10 cm. C'est un arbuste très ramifié à port colonnaire, aux tiges vertes anguleuses, aux petites feuilles caduques, simples et lancéolées ou composées et trifoliolées, mesurant de 5 à 15 mm de long.

Au printemps, il se couvre entièrement d'une multitude de fleurs jaunes , de 15 à 20 mm de largeur et de 20 à 30 mm de longueur, qui laissent rapidement voir les étamines. La fleur de structure complexe et dépourvue de nectar est pollinisée par les bourdons[1]. Elle est fermée jusqu'à ce qu'elle soit visitée par l'insecte puis reste ensuite ouverte.

À la fin de l'été, ses gousses oblongues, de 2 à 3 cm de long, 8 mm de large et 2 à 3 mm d'épaisseur, deviennent noires, éclatent avec un bruit sec et répandent leurs graines autour de la plante mère.

Toxicité[modifier | modifier le code]

La plante renferme des amines (tyramine, dopamine), des flavonoïdes (génitoside, spiracoside et scoparoside, entre autres) et des alcaloïdes. Parmi les alcaloïdes (une vingtaine en tout) on citera la spartéine, majoritaire dans les rameaux, et la lupanine majoritaire dans les graines, mais aussi l'ammodendrine et l'hydroxylupanine.

Traditionnellement on utilisait la fleur comme diurétique et pour le traitement des troubles circulatoires (la présence de flavonoïdes explique cet usage). Les rameaux sont récoltés pour en extraire la spartéine pour les besoins de l'industrie pharmaceutique. Cet alcaloïde possède différentes propriétés pharmacologiques : il a un effet régulateur sur les battements cardiaques (en fait, il soustrait le cœur à l'influence du système nerveux végétatif), il est donc indiqué pour le traitement de l'éréthisme cardiaque. Par son activité ocytocique (il augmente les contractions de l'utérus) il peut servir, sous forme injectable, à déclencher un accouchement (il est potentiellement abortif… donc contre indiqué en cas de grossesse).

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • Cytisus scoparius var. andreanus (Puiss.) Dippel
  • Cytisus scoparius var. scoparius (L.)

Cultivars[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreux cultivars aux fleurs de différentes couleurs.

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

Il est originaire du nord-ouest de l'Europe, mais a été largement introduit sur d'autres continents. Il est maintenant considéré comme une plante envahissante en Inde, dans la Californie, le nord-ouest des États-Unis, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud, le Canada et certaines régions du Pacifique [2].

On le rencontre en plaine sur sols siliceux dans les terrains incultes, les zones déboisées parfois en compagnie de la bruyère. C'est le plus rustique des genêts, tolérant des froids jusqu'à -25 °C.

La prolifération du genêt à balais après la récolte du bois empêche la régénération naturelle en privant de lumière les jeunes semis. En Oregon, on estime qu'il est responsable de 47 millions de dollars de perte de production de bois chaque année[3]. Certaines tentatives ont été faites pour mettre au point une lutte biologique dans les zones touchées à partir d'insectes prédateurs de l'espèce : le ou la psylle Arytainilla spartiophylla, le coléoptère Bruchidius villosus, le papillon Leucoptera spartifoliella, la mite Acería genistae et plus récemment la chrysomèle Gonioctena olivacea et le papillon Agonopterix assimilella. Cependant, ces insectes ont le défaut de s'attaquer également à d'autres plantes.

Utilisation[modifier | modifier le code]

L'écorce était utilisée pour le tannage et pour la fabrication de cordes.

La fabrication de balais (d'où il tire son nom) a été importante dans tout l'ouest de la France. Il était également utilisé en remplacement du chaume dans certaines montagnes, pour couvrir les toits. On peut encore trouver quelques maisons de ce type en haute Ardèche et en Lozère.

Il permettrait aux moutons de s'immuniser contre les morsures de vipère : la spartéine présente dans cette plante rendrait le venin de vipère inoffensif[4].

Comme toutes les Fabaceae, ses racines ont des nodosités qui permettent d'enrichir le sol par fixation biologique de l'azote.

Utiliser en Agriculture Naturelle (Fukuoka) et en Permaculture comme espèce invasive pour régénérer le sol comme fixateur d'Azote.[5]

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Genista scoparius (Lam.).
  • Sarothamnus scoparius (L.) Wimmer ex Koch
  • Spartium scoparium (L.)

Autres noms communs : Cytise à balai, Genettier, Grand genêt, Juniesse, Sarothamne, Spartier à balais, Sparte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Does size matter? Bumblebee behaviour and the pollination of Cytisus scoparius L.
  2. Srinivasan M., Kalita R., Gurung I., Bhattacharjee S., Antony p., Krishnan S., Gleeson S. [2011]. Seedling germination success and survival of the invasive shrub Scotch broom (Cytisus scoparius) in response to fire and expérimental clipping in the montane grasslands of the Nilgiris, south India. Acta Oecologica 38 : 41-48 (8 p., 6 fig., 58 réf.)
  3. ODA Plant Division, Noxious Weed Control.
  4. Michel Ragot, Produire du lait biologique : Conversion et témoignages, vol. 1, Educagri éditions,‎ 2011, 351 p. (ISBN 978-2-84444-852-1, lire en ligne), p. 193
  5. « Permaculture online course by Larry Korn »

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]