Gare de Malines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mechelen
Image illustrative de l’article Gare de Malines
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays Belgique
Commune Malines
Adresse Koning Albertplein
2800 Malines
Coordonnées géographiques 51° 01′ 03″ nord, 4° 29′ 01″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCB
Exploitant SNCB
Services InterCity (IC)
Suburbain (S)
Omnibus (L)
Heure de pointe (P)
Caractéristiques
Ligne(s) 27, Bruxelles-Nord à Anvers-Central
25, Bruxelles-Nord – Anvers (Y Luchtbal)
53, Schellebelle à Louvain
Voies 11
Quais 6 (dont 5 centraux)
Altitude 13 m
Historique
Mise en service 5 mai 1835
Correspondances
Bus voir Intermodalité
Géolocalisation sur la carte : Belgique
(Voir situation sur carte : Belgique)
Mechelen
Géolocalisation sur la carte : Province d'Anvers
(Voir situation sur carte : Province d'Anvers)
Mechelen

La gare de Malines (en néerlandais : station Mechelen) est une gare ferroviaire belge des lignes : 25, de Bruxelles-Nord – Anvers (Y Luchtbal), 27 de Bruxelles-Nord à Anvers-Central et 53 de Schellebelle à Louvain. Elle est située à proximité du centre de la ville de Malines, dans la province d'Anvers en Région flamande.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 13 m d'altitude, la gare de bifurcation de Malines est située au point kilométrique[1] : PK 20,424 de la ligne 25, de Bruxelles-Nord – Anvers (Y Luchtbal), entre les gares de Weerde et de Malines-Nekkerspoel ; PK 20,606 de la ligne 27, de Bruxelles-Nord à Anvers-Central, entre les gares de Weerde et de Malines-Nekkerspoel ; PK 40,122 de la ligne 53, de Schellebelle à Louvain, entre les gares de Kapelle-op-den-Bos et de Muizen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fut inaugurée la première ligne de chemin de fer de Belgique, entre Bruxelles et Malines. Entre 1833 et 1843, c'est autour de Malines que fut réalisé un réseau en étoile reliant entre elles la plupart des grandes villes belges ainsi que Valenciennes et Aix-la-Chapelle. Ce réseau de chemin de fer est le premier réseau de la sorte en Europe continentale.

Progressivement, Malines perdra son rôle central dans le réseau des Chemins de fer de l'État belge (future SNCB). L'atelier central de Malines, également appelé arsenal de Malines, qui borde la gare, joue cependant depuis les origines du chemin de fer un rôle primordial dans la réparation et la modernisation du matériel roulant.

Entre 1886 et 1888, un nouveau bâtiment est édifié en remplacement de l'ancien. Il comporte une marquise enjambant les cinq voies principales et une seconde verrière surplombant la salle des pas perdus et les guichets[2]. La marquise a été réalisée en premier, alors que l'ancien bâtiment existait encore[3].

L’électrification de la ligne Bruxelles - Anvers en 1935 vit également la construction de quatre ponts Vierendeel sur la Dyle et le canal de Louvain ; ces ponts, classés au patrimoine, sont devenus un des symboles de la ville.

Sous l'occupation, a gare de Malines se trouve près de la Caserne Dossin, d'où pendant la Shoah, à partir de juillet 1942, les Juifs en Belgique sont déportés vers Auschwitz.

En 1944, un raid aérien mené par les alliés contre l'atelier central et les usines de la ville provoqua peu de dégâts aux installations ciblées mais fit des ravages dans la ville et de nombreuses victimes civiles.

Entre 1959 et 1960, l'ancienne gare fut démolie au profit d'un bâtiment de style fonctionnel avec quelques éléments décoratifs proches des bâtiments de l'Expo 58[4]. Les quais furent également modernisés.

Aux alentours de 2020, la gare de 1959 doit être démolie au profit d'une nouvelle structure, plus moderne. Depuis 2014, la gare et ses alentours sont déjà en travaux avec la création du contournement ferroviaire et routier de Malines : une paire de voies directes surplombant une route créée en parallèle aux voies de la gare.

La borne miliaire[modifier | modifier le code]

Le mijlpaal sur un nouveau piédestal, sur le rond-point de la gare.

Ce monument, appelé mijlpaal en néerlandais, est une colonne en pierre érigée à l'occasion de l’inauguration de la ligne et de la circulation du premier train en Belgique. Progressivement déplacé de son piédestal devant la gare, il est à nouveau installé sur le rond-point de la gare dans les années 2010[Quand ?].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare[5] SNCB, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets, ouvert tous les jours. Elle est notamment équipée d'automates pour l'achat de titres de transport, de consignes à bagages automatiques et d'un système d'annonces vocales et digitales automatiques des trains[réf. nécessaire]. Des aménagements, équipements et services sont à la disposition des personnes à la mobilité réduite. Un buffet est installé en gare.

Un passage souterrain permet la traversée des voies et le passage d'un quai à l'autre.

Desserte[modifier | modifier le code]

Malines est desservie par des trains InterCity (IC), Suburbain (S), Omnibus (L) et d'Heure de pointe (P) de la SNCB, qui effectuent des missions sur les lignes 25 (Bruxelles - Malines - Anvers), 26 (Malines - Etterbeek - Hal), 53 (Malines - Gand), 53a (Louvain - Malines) et 54 (Malines - Saint-Nicolas)[6] (voir brochure SNCB en lien externe).

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Des parkings, payants ou gratuits, y sont aménagés pour les vélos ou pour les véhicules[5]. Des bus De Lijn desservent la gare[5], qui est dotée d'une gare routière.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

L'accessibilité du bâtiment actuel est mauvaise : l'unique couloir sous voies donne ne accès à la plupart des quais que par le biais d'escaliers. Il n'y a pas d'ascenseurs et seuls les deux derniers quais (voies 7 à 10) sont munis d'escalators.

Le nouveau bâtiment devrait combler ces lacunes.

Galerie d’images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Infrabel, document de référence du réseau 09/12/2011, annexe E.01, Distances entre gares et nœuds, pp. 6, 8 et 19/40 (3,63 Mo) (consulté le 8 juillet 2012).
  2. « Les gares belges d'autrefois. La gare de Mechelen II. Guy Demeulder. », sur www.garesbelges.be (consulté le 12 mai 2019)
  3. D'après une photographie illustrant une notice historique érigée sur la place de la gare.
  4. « Les gares belges d'autrefois. La gare de Mechelen III. Guy Demeulder. », sur www.garesbelges.be (consulté le 12 mai 2019)
  5. a b et c Site SNCB Mobility : Malines lire (consulté le 8 juillet 2012).
  6. Site SNCB Mobility : Fiche horaire (brochures de ligne) lire (consulté le 8 juillet 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Gand-Saint-Pierre Londerzeel IC Muizen Louvain
Terminus Terminus S Muizen Hal
Terminus Terminus S Weerde Hal
ou Enghien
ou Grammont