Franck Amsallem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amsallem.
Franck Amsallem
Description de cette image, également commentée ci-après
Franck Amsallem, 2012
Informations générales
Naissance (58 ans)
Oran (Algérie)
Activité principale pianiste, chanteur, compositeur, arrangeur musical, directeur musical, professeur
Genre musical jazz
Instruments piano, chant
Années actives depuis 1976
Site officiel amsallem.com

Franck Amsallem (né en 1961 à Oran, alors en Algérie française), est un pianiste, arrangeur, compositeur et chanteur de jazz franco-américain.

Certaines compositions de Franck Amsallem font aujourd'hui partie du répertoire des standards de jazz, tels que Out a Day ou la ballade Dee, en atteste la présence de ces morceaux sur les fake books Real Book III et European Real Book.[source insuffisante]

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Ayant grandi à Nice, il prend des cours de piano dès son plus jeune âge[1], mais c'est au saxophone, instrument qu'il a étudié au conservatoire de Nice, qu'il se produit pour la première fois sur scène, à l'age de 14 ans. Il intègre rapidement le grand orchestre de la classe de jazz du conservatoire de Nice, et restera pour toujours marqué par les concerts de Count Basie, Charles Mingus et Thad Jones/Mel Lewis lors de la Grande Parade du Jazz. Il se consacre ensuite entièrement à la musique lorsque John Lewis lui propose de devenir son élève pour le tournage du documentaire John Lewis dans la série La Leçon de Musique[2] (1979).

Lors des jam-sessions du Nice Jazz Festival, il a l'occasion de jouer avec Jerry Bergonzi (en), Arnie Lawrence (en), Richie Cole et Michael Brecker, qui le motivent à aller étudier aux États-Unis.

Dès 1981 il part étudier au Berklee College of Music de Boston[3] avec de grands maîtres dont Herb Pomeroy (en), et Michael Gibbs. Il y obtient son diplôme en 1984 et reçoit deux fois le prix du meilleur pianiste de jazz. En 1986 à la Manhattan School of Music, il obtient un Master en composition de jazz avec Bob Brookmeyer. Il y étudie également le piano classique avec Phillip Kawin.

A New York il se produit avec Gerry Mulligan, Maria Schneider, Joe Chambers, Charles Lloyd, Blood, Sweat and Tears, et Harry Belafonte. Il enchaîne de nombreux enregistrements ou collaborations Rick Margitza, Gary Bartz, Jerry Bergonzi (en), Tim Ries (en), Kevin Mahogany, Danny Gatton, Philip Catherine, Joshua Redman, Roy Hargrove, Bobby Watson, Ravi Coltrane, Bob Belden, Sonny Fortune, Leon Parker, Judy Niemack (en), et en France avec Sara Lazarus, Stéphane Belmondo, Élisabeth Kontomanou, et Olivier Ker Ourio.

Années 1990[modifier | modifier le code]

Enregistré en 1990, son premier cd, Out A Day, avec Gary Peacock et Bill Stewart reçoit 4 étoiles (note maximale) dans le Penguin Guide to Jazz on CDS[4].

Sa composition Obstinated, composée pour le Mel Lewis Jazz Orchestra (devenu au milieu des années 1980 le Vanguard Jazz Orchestra (en)), est jouée en juin 1989 au Village Vanguard. Il compose ensuite pour l'Orchestre national de jazz d'Antoine Hervé, (ONJ 1989), le Prism Saxophone Quartet (The Farewell, 1992 ; The Chunnell, 1995), le Fulcrum Point Ensemble (Chicago) (Place du Temps, 1999). Il écrit la pièce symphonique Nuits pour le Henry Mancini Institute à Los Angeles en 1993.

Années 2000[modifier | modifier le code]

Franck Amsallem s'est ré-installé en France en 2001.

En 2009, il se produit au festival Jazz à Vienne dans un programme à six pianos composé par Martial Solal, Petit exercice pour cent doigts, en compagnie de Benjamin Moussay, Pierre de Bethmann, Franck Avitabile et Manuel Rocheman[5].

Son album Amsallem Sings (2009) est le premier où on peut l'entendre chanter, sur des chansons extraites du Great American Songbook.

Années 2010[modifier | modifier le code]

En 2011, il est invité à diriger le WDR Big Band Köln (de) pour lequel il a également composé, et écrit des arrangements.

Il repart en 2011 pour une longue tournée de 21 concerts dans six pays en Amérique du Sud[pas clair].

Un deuxième album vocal, en trio cette fois, intitulé Franck Amsallem Sings Vol.II est publié en 2014.

En 2018 il participe à l'aventure en piano solo At Barloyd's.

Son album Gotham Goodbye sort en septembre 2019. Délaissant les standards qu'il jouait sur ses précédents albums, il enregistre dix compositions originales au sein d'un quartet de jeunes musiciens (Irving Acao au saxophone ténor, Viktor Nyberg à la contrebasse, Gautier Garrigue à la batterie)[6]. Une semaine après sa sortie, l'album est CHOC Jazz Magazine[7] et Sélection FIP[réf. souhaitée].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Dans les années 90, il a enseigné au 92nd Street Y (en) à New York[Quand ?]. Il donne de nombreuses masterclasses partout dans le monde.

Discographie[modifier | modifier le code]

Un astérisque (*) indique l'année de publication.

Sous son nom[modifier | modifier le code]

Année d'enregistrement Titre Label Personnel/Notes
1990 Out a Day OMD Trio, avec Gary Peacock (basse), Bill Stewart (batterie)
1993* Regards Freelance Quartet, avec Tim Ries (sax), Scott Colley (basse), Bill Stewart (batterie)
1996* Is That So Sunnyside Trio, avec Tim Ries (sax), Leon Parker (batterie, percussions)
1997* Another Time Challenge/A Trio, avec Gary Peacock (basse), Bill Stewart (batterie) réédition de Out a Day
1998* Years Gone By Challenge/A Quartet, avec Tim Ries (sax), Riccardo Del Fra (basse), Daniel Humair (batterie)
2000* On Second Thought Naïve Quartet avec Tim Ries (alto sax, soprano sax), Johannes Weidenmuller (basse), Marc Miralta (batterie)
2003 Summer Times Sunnyside Trio, avec Johannes Weidenmuller (basse), Joe Chambers (batterie)
2005 A Week in Paris Nocturne Duo au sextet, with Rick Margitza (sax), Stéphane Belmondo (trompette), Darryl Hall (basse), Élisabeth Kontomanou (voix), Dré Pallemaerts (batterie)
2009* Amsallem Sings Fram Solo piano et voix
2014* Franck Amsallem Sings Vol. II Fram Trio avec Sylvain Romano (basse) et Karl Jannuska (batterie)
2018* At Barloyd's jazz&people Solo piano
2019* Gotham Goodbye jazz&people Quartet avec Irving Acao (sax), Viktor Nyberg (basse), Gautier Garrigue (batterie)

Comme accompagnateur[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Toujours, Michel Perez, avec Ron Carter et Billy Drummond (Lazer/Instant Présent 1009)
  • 1991 : Sous Verre, J.L. Almosnino - Nagette Haider, avec Jay Anderson et Adam Nussbaum (Lazer/Instant Présent 1008)
  • 1992 : New York Stories, avec Danny Gatton, Bobby Watson, Joshua Redman et Roy Hargrove (Blue Note Records)
  • 1995 : Imaginary Time, avec Randy BreckerBen MonderScott Colley et Joey Baron (Moo/Tokuma)
  • 1996 : Blue note Then and Now, avec Jack Walrath, Bobby Watson, Judy Silvano, Tony Reedus et Jeff Andrews (Blue Note Records)
  • 2000 : Prism Quartet, avec Tim Ries (en), Michael Whitcombe, Matt Levy, et Taimur Sullivan (Innova Recordings)
  • 2006 : Stones World, Tim Ries, avec Bernard Fowler, Fred Favarel, Thomas Bramerie et Charlie Watts (Sunnyside)
  • 2007 : Le Flirt de Satie, Gerard Kleijn, avec Paul Berner et Joost Kesselar
  • 2009 : New Life, avec David Prez, Johannes Weidenmuller, et Bill Stewart (ParisJazzUnderground)
  • 2012 : Hands Down, Linus Olsson, avec Jean-Marc Jafet et Nicolas Viccaro.
  • 2014 : Keys, Mélanie Dahan, avec Thomas Bramerie et Lukmil Perez (Backstage)
  • 2017 : Le Meilleur moment du Monde, Jean-Marc Jafet, avec Linus Olsson, Stéphane Guillaume et Alain Asplanato.

Compositions[modifier | modifier le code]

  • 1992 : The Farewell, pour quatuor de saxophones, commande du Prism Saxophone Quartet ;
  • 1993 : Nuits, pour orchestre à cordes, percussion et quartet de jazz, avec Biréli Lagrène en soliste, commande du festival Tendances.
  • 1995 : The Chunnell, pour quatuor de saxophones, commande du Prism Saxophone Quartet ;
  • 1999 : Place du Temps, pour octuor, commande de l'ensemble Fulcrum Point (Chicago) ;
  • 2005 : A Vintage Blues, pour grand orchestre de jazz, commande du Vintage Jazz Orchestra (Paris) ;
  • 2011 : Programme original pour le grand orchestre de Jazz du WDR
  • 2013 : Brooding, pour piano, commande du Klavier Ruhr Festival pour Tamara Stefanovich ;

Prix[modifier | modifier le code]

  • 1981-1983 : Boursier du ministère des affaires étrangères pour étudier au Berklee College of Music
  • 1983-1984 : Boursier du ministère de la culture pour étudier au Berklee College of Music
  • 1986-1987 : Boursier de la Manhattan School of Music
  • 1989 : Fondation de la vocation award
  • 1989 : Bourse du National Endowment for the Arts
  • 1990 : ASCAP Récompense dans la série jeune compositeur.
  • 2010 : FACE Award (French American Cultural Exchange)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Penguin Guide To Jazz on CD, Richard Morton et Brian Cook, Penguin, 1998, p. 38 (ISBN 0-1405-1521-6).
  2. La leçon de musique, série documentaire de Claude Ventura, TF1-INA, 1980.
  3. (en) Take Five With Franck Amsallem, allaboutjazz.com, 28-01-2010 [1], consulté le 08-09-2010
  4. Richard Cook et Brian Morton, The Penguin guide to jazz on CD, Penguin (ISBN 0-14-051521-6), p. 38.
  5. Dominique Largeron, « Jazz à Vienne 2009 [3] », sur citizenjazz.com, (consulté le 30 août 2019).
  6. Alex Dutilh, « Franck Amsallem, un jour de soleil à New York », Open Jazz, sur francemusique.fr, .
  7. Jazz Magazine , octobre 2019.

Erreur de référence : La balise <ref> définie dans <references> n’a pas d’attribut de nom.

Source[modifier | modifier le code]

  • Richard Cook & Brian Morton : The Penguin Guide to Jazz Recordings , 8th Edition, London, Penguin, 2006 (ISBN 0-14-102327-9)
  • John Swenson : The Rolling Stones Jazz Record Guide, 1999.

Liens externes[modifier | modifier le code]