Martial Solal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Martial Solal
Martial Solal est assis à son piano, l'air concentré, les yeux sur une partition que l'on devine posée sur le pupitre du piano. On devine derrière lui des musiciens de son orchestre, le Newdecaband.
Martial Solal en 2006, en concert à la maison de la Radio avec son Newdecaband.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (94 ans)
AlgerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Membre de
Martial Solal Trio (d)
Martial Solal Quartette (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Instrument
Label
Pausa Records (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genres artistiques
Distinctions
Liste détaillée
Prix Paul Acket
Prix Django-Reinhardt ()
Grand prix du disque ()
Prix Boris Vian (d) ()
Prix Jazzpar ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Discographie

Martial Solal est un pianiste de jazz, compositeur, arrangeur et chef d'orchestre français, né à Alger (Algérie française) le .

Sa carrière débute dans les années 1950, au cours desquelles il enregistre notamment avec Django Reinhardt et Sidney Bechet. Au Club Saint-Germain, il accompagne les plus grands musiciens américains de l'époque : Don Byas, Clifford Brown, Dizzy Gillespie, Stan Getz ou encore Sonny Rollins. Il enregistre plus d'une centaine de disques en solo, en trio ou avec différents big bands, ainsi qu'en duo — formule qu'il affectionne particulièrement —, avec entre autres Lee Konitz, Michel Portal, Didier Lockwood, John Lewis ou David Liebman.

Solal ne se limite pas à la scène de jazz : il écrit de nombreuses œuvres symphoniques jouées notamment par le nouvel orchestre philharmonique, l'orchestre national de France ou l'orchestre de Poitou-Charentes. Il compose également plusieurs musiques de films, notamment pour Jean-Luc Godard (À bout de souffle) ou pour Jean-Pierre Melville (Léon Morin, prêtre).

Le style de Martial Solal, virtuose, original, inventif et plein d'humour, s'appuie notamment sur un talent exceptionnel d'improvisation servi par une technique irréprochable qu'il entretient par un travail systématique tout au long de sa carrière. Bien que n'ayant eu qu'un seul véritable élève en la personne de Manuel Rocheman, il influence de nombreux musiciens tels que Jean-Michel Pilc, Baptiste Trotignon, Franck Avitabile, François Raulin ou encore Stéphan Oliva. Le prestigieux concours de piano jazz Martial Solal, organisé de 1988 à 2010, est nommé en son honneur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Vue du port d'Alger dans les années 1930. On voit la Méditerranée, quelques bateaux, des façades de bâtiments assez imposants, des arcades. Le reste de la ville se dévoile en hauteur en arrière-plan. La photo est en noir et blanc.
Alger, où est né Martial Solal, dans les années 1930.

Martial Solal naît le à Alger, alors en Algérie française, dans une famille juive algérienne non pratiquante[B 1]. Son père, algérois de naissance, est un modeste expert-comptable, sa mère est originaire de Ténès[B 2]. Il apprend les rudiments du piano auprès de sa mère, une chanteuse d'opéra amatrice, puis avec Madame Gharbi qui lui donne des cours de piano classique à partir de ses six ans[B 3]. Son talent d'improvisateur se dévoile dès ses dix ans, lors d'une audition, quand il modifie l'ordre des séquences d'une Rhapsodie de Liszt, sans hésitation et sans que personne s'en rende compte[1].

À l'adolescence, il découvre le jazz et la liberté qu'il permet, aux côtés de Lucky Starway, saxophoniste multi-instrumentiste, chef d'un orchestre local à Alger. Starway lui fait découvrir Louis Armstrong, Fats Waller, Teddy Wilson ou encore Benny Goodman[2]. Solal prend des cours avec lui pendant deux ou trois ans, durant lesquels il fait la « pompe » : une basse à la main gauche, un accord à la main droite[B 4]. Lucky Starway l'engage finalement dans son orchestre[B 5],[3].

À partir de 1942, les lois sur le statut des Juifs du régime de Vichy, entrées en vigueur dans les colonies françaises, interdisent à Martial Solal, enfant d'un père juif, l'entrée à l'école[4],[5]. Il se consacre donc à la musique. Le débarquement allié en 1942 lui évite d'être déporté[B 6]. Durant la Seconde Guerre mondiale, alors qu'il effectue son service militaire au Maroc, il joue dans les mess des soldats américains[6].

Débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Départ à Paris[modifier | modifier le code]

Solal devient musicien professionnel dès 1945, ce qui ne l'empêche pas de devoir faire des petits boulots à côté[5].

Les opportunités étant limitées à Alger pour un pianiste de jazz, il s'installe à Paris au début de l'année 1950, à 22 ans[B 7], sans connaître personne[5]. Après quelques semaines, il joue dans plusieurs orchestres de jazz, comme ceux de Noël Chiboust ou d'Aimé Barelli, contraints, pour des raisons économiques à jouer tango, java, paso doble ou valses[B 8].

Le Club Saint-Germain[modifier | modifier le code]

Martial Solal fréquente le Club Saint-Germain, alors le plus important en matière de jazz, et commence à y jouer en 1952. Il y est le « pianiste maison » pendant une dizaine d'années, alternant parfois avec le Blue Note, l'autre grand club de jazz[B 9]. Au Club Saint-Germain, avec le batteur Kenny Clarke et le bassiste Pierre Michelot, il accompagne les musiciens américains de passage, tels que Don Byas, Lucky Thompson, Clifford Brown, Dizzy Gillespie, Stan Getz ou Sonny Rollins[7],[B 10]. Il y croise également André Previn, ainsi qu'Erroll Garner ou John Lewis[B 11]. En , il accompagne l'orchestre Barelli dans une tournée dans toute la France et l'Afrique du Nord[B 12]. Il crée un quartet avec Roger Guérin à la trompette, Paul Rovère à la contrebasse et Daniel Humair à la batterie, et se produit également en piano solo, dans un style inspiré par Art Tatum[3].

Premiers enregistrements[modifier | modifier le code]

Pour sa première session d'enregistrement, il participe à la dernière de Django Reinhardt, le [3],[8]. Il enregistre un peu plus tard ses premiers albums en trio. À partir de 1955, il accompagne le saxophoniste Lucky Thompson, avec qui il grave plusieurs disques et apparait à la télévision[A 1],[9]. Il joue également avec Chet Baker[10].

Il commence à enregistrer avec Sidney Bechet en 1956. Alors que le saxophoniste fait partie des « anciens » rejetés par la nouvelle génération, rompue aux innovations du bebop, Solal considère qu'on peut mélanger les styles sans problème[B 13]. Leur premier enregistrement, avec Kenny Clarke, un autre « moderne », s'est fait en quelques heures, avec seulement des premières prises[B 13]. La même année, Solal enregistre deux disques en compagnie de Billy Byers, Jazz on the Left Bank et Réunion à Paris[11]. Il commence également à enregistrer en solo, pratique qui le suivra tout le long de sa carrière[2].

Easy listening[modifier | modifier le code]

Malgré une notoriété naissante, les ventes et concerts ne suffisent pas à assurer une subsistance correcte à Martial Solal. Inspiré par Hubert Rostaing, qui signait des disques d'« easy listening » sous le nom d'Earl Cadillac[B 14], Solal signe quelques disques alimentaires en 1956 sous le nom de « Jo Jaguar », jouant des airs à la mode (des chansons de Gilbert Bécaud, de Jo Privat ou d'Édith Piaf comme L'Homme à la moto)[A 2],[12]. D'après Solal, « j'ai fait [quelques disques sous ce nom], mais avec une telle mauvaise volonté, je dois dire, que ça n'a pas réussi. On a vendu très peu de disques[B 15]. »

Entre 1959 et 1963, il accompagne avec son orchestre des chanteurs français comme Line Renaud[13], Jean Poiret[14] ou encore Dick Rivers[15]. En 1961, Solal compose la musique du tube Twist à Saint-Tropez[4].

Un musicien qui s'affirme[modifier | modifier le code]

Premier Big band[modifier | modifier le code]

En 1956, Martial Solal crée son premier big band[2], salué par le compositeur — et ami de Martial Solal — André Hodeir[B 16]. Dans son écriture, le piano alterne souvent avec l'orchestre, la section de saxophones est bien balancée, le jeu des trompettes est musclé[16]. En 1957 et 1958, Solal enregistre d'autres titres avec son big band, alors que son écriture s'est complexifiée, avec un son plus massif et un registre plus étendu. Les changements de rythme et tempo, qui deviennent alors sa signature, se généralisent[16].

Suite en ré bémol pour quartette de jazz[modifier | modifier le code]

En 1958[B 16], Solal entame la composition de l'ambitieuse Suite en ré bémol pour quartette de jazz, d'une durée de 30 minutes environ[A 1]. Elle est jouée au Club Saint-Germain, avec Roger Guérin à la trompette, Paul Rovère à la contrebasse et Daniel Humair à la batterie. La pièce est mémorisée et jouée séquence après séquence[17], Solal étant le seul à avoir un petit brouillon de la musique[B 17]. Le pianiste a l'ambition de dépasser les trente-deux mesures des standards habituellement joués par ce genre de petite formation, et cherche à inventer une forme plus ambitieuse, avec différentes mélodies et des changements de tempo, ce qui était inusité dans le jazz à l'époque[A 1].

Compositeur de musique de film[modifier | modifier le code]

En 1959, Martial Solal compose sa première musique de film pour Deux hommes dans Manhattan de Jean-Pierre Melville, ami et admirateur du pianiste depuis sa Suite en ré bémol[18]. Le compositeur principal, Christian Chevallier, malade, ne pouvait écrire la dernière séquence de 7 minutes. Solal écrit donc un petit ostinato au piano d'une dizaine de notes, et une mélodie très courte jouée par Roger Guérin[19]. Pour Solal, « le plus difficile a été de jouer le même riff pendant sept minutes sans aucun effet, sans aucune variation de tempo ou de dynamique. Une véritable épreuve. Melville a apprécié le suspense créé[A 3]. »

Sur cette photo en noir et blanc, Cocteau est assis à la batterie, Solal est debout derrière lui
Jean Cocteau et Martial Solal

Recommandé par Melville, Martial Solal compose la musique d'À bout de souffle (1960) de Jean-Luc Godard, qui laisse carte blanche au musicien[18]. Interprétée par un big band et un orchestre à cordes[3], la musique est principalement d'inspiration jazz, même si le thème de la romance, joué par les cordes, s'en détache largement[18] ; c'est d'ailleurs la première fois que Solal compose pour cordes[20]. Le succès du film, et donc de sa bande originale, a assuré au musicien de confortables droits, « comme si j'avais gagné au loto[B 18] », lui permettant d'acheter sa maison de Chatou[3].

Solal suppose que Godard n'était pas particulièrement fan de la musique, puisqu'il ne lui a plus rien commandé. Cela n'a pas empêché Solal de continuer à composer pour le cinéma[18], pour Le Testament d'Orphée (1960) de Jean Cocteau, pour Léon Morin, prêtre de Melville — une musique qui sort du jazz, « mi-religieuse, mi-symphonique[B 19] » pour cordes — ou pour Échappement libre (1963) de Jean Becker. Il interprète également la musique composée par Jean Ledrut pour Le Procès (1962) d'Orson Welles[21].

L'aventure américaine[modifier | modifier le code]

Sa renommée commence à grandir aux États-Unis, terre de naissance du jazz : Oscar Peterson, de passage en France en , passe l'écouter au Club Saint-Germain[5]. Le producteur américain George Wein l'invite à jouer pendant deux semaines à l'Hickory House, un club de la 53e rue à New York, avant de le présenter en vedette au festival de Newport 1963. Pour Martial Solal, c'est un choc : aucun musicien de jazz français n'avait été invité aux États-Unis depuis Django Reinhardt[A 4]. Comme il est invité sans son trio, Joe Morgen, l'envoyé de Wein, lui présente le contrebassiste Teddy Kotick et le batteur Paul Motian, qui jouaient avec Bill Evans ; l'entente entre les trois musiciens est rapide[A 5]. Le succès est au rendez-vous et l'engagement à l'Hickory House est prolongé de trois semaines ; Time lui consacre d'ailleurs deux colonnes[22]. Le concert de Solal à Newport est publié (At Newport '63) après quelques « retakes » enregistrées en studio le . L'album est salué par la presse américaine, ainsi que par Duke Ellington ou Dizzy Gillespie[22].

Le célèbre producteur Joe Glaser le prend sous son aile, et en une semaine, Solal a tout ce qu'il lui faut pour s'installer à New York : une carte de sécurité sociale et une carte de cabaret, autorisant à jouer dans les clubs[5]. Il lui propose un engagement au London House de Chicago, repère de tous les grands pianistes[5]. Mais Solal, de retour en France, ne retourne pas aux États-Unis. Divorcé avec un jeune enfant, sa situation familiale est trop compliquée pour cette prometteuse carrière américaine[23],[5]. En 1964, il retourne tout de même jouer sur la côte ouest des États-Unis, notamment à San Francisco, où il rencontre Thelonious Monk[B 20].

Cette absence de la scène américaine pendant plusieurs années explique en partie le fait que Solal reste encore relativement méconnu outre-Atlantique[22],[24],[25].

En trio[modifier | modifier le code]

Avec Guy Pedersen et Daniel Humair[modifier | modifier le code]

En 1960 au Club Saint-Germain, Martial Solal crée son trio avec Guy Pedersen à la contrebasse et Daniel Humair à la batterie[B 21]. Solal écrit de nombreux morceaux pour cette formation au cours de ses cinq ans d'existence[B 21]. En , le trio loue la salle Gaveau — qui programme plutôt de la musique classique — et s'occupe de toute la préparation du concert, de l'impression des billets au collage des affiches, en passant par la publicité[B 21]. Si la salle n'est pas remplie, c'est une première. Les musiciens imitent alors le Modern Jazz Quartet et jouent en smoking (Solal compose d'ailleurs à l'époque le morceau Nos smokings)[B 22]. Le concert donne lieu à un disque : Jazz à Gaveau[26]. En 1962 paraît Suite pour une frise à l'occasion de l'inauguration d'une frise en aluchromie de Raf Cleeremans à Bruxelles[27], pour lequel Solal compose des thèmes aux structures inhabituelles[B 22].

Le départ de Solal aux États-Unis sans ses musiciens a distendu les liens au cœur de son trio, qui donne quand même un second concert à la salle Gaveau le (Concert à Gaveau vol. 2)[26]. Leur dernier album date de 1964 (Martial Solal (Bonsoir)), et le trio se dissout quand Pedersen et Humair rejoignent les Swingle Singers[B 22].

Avec Bibi Rovère et Charles Bellonzi[modifier | modifier le code]

En 1965, Martial Solal crée un nouveau trio avec Bibi Rovère à la contrebasse et Charles Bellonzi à la batterie. Leur premier album, En liberté, sort en 1965. Il est suivi de En direct du Blue Note (1966), Électrode : Martial Solal joue Michel Magne (1968), Fafasifa (1968) sur lequel Solal joue notamment du clavecin[28], et On Home Ground (1969).

Sans tambour ni trompette[modifier | modifier le code]

En 1970 paraît Sans tambour ni trompette, que Martial Solal considère comme son album le plus novateur. Alors que Charles Bellonzi, batteur du trio habituel du pianiste, n'est pas disponible pour le festival de Budapest, le contrebassiste Jean-François Jenny-Clark se joint au duo Martial Solal/Gilbert Rovère. Ce trio inhabituel à deux contrebasses (Rovère aux doigts, Jenny-Clark à l'archet) s'est produit pendant deux ans avant d'enregistrer ce disque sur lequel se trouvent quatre compositions de Martial Solal, écrites spécialement pour ce trio[29],[A 6].

En solo[modifier | modifier le code]

Martial Solal publie plusieurs albums en piano solo au cours des années 1970 : Martial Solal Himself (1974) ; Plays Ellington, prix « In Honorem » de l'Académie du jazz avec mention[30] (1975) ; Nothing But Piano (1976) et The Solosolal (1979). En 1983 sort Bluesine chez Soul Note. En 1990, il improvise devant le film muet de Marcel L'Herbier Feu Mathias Pascal, exercice qu'il pratique régulièrement[31]. L'album est publié par Gorgone Productions.

Des collaborations diverses[modifier | modifier le code]

Avec Lee Konitz[modifier | modifier le code]

Lee Konitz, vêtu d'un pantalon clair et d'un pull sombre, est assis sur le tabouret d'un piano. Tournant le dos au clavier, il joue de son saxophone alto. La photo est en noir et blanc.
Martial Solal a beaucoup joué avec le saxophoniste Lee Konitz, photographié ici en 1985.

À partir de 1974, Solal fait des centaines de concerts en duo avec le saxophoniste Lee Konitz[B 23], dont un certain nombre sont enregistrés et publiés : European Episode et Impressive Rome (1968 et 1969), Duplicity (1978), The Portland Sessions (1979), Live at the Berlin Jazz Days 1980, Star Eyes, Hamburg 1983 (1998). Martial Solal explique les rapports dans le duo : « Lee Konitz et moi-même [avons] des univers différents, mais je les estime complémentaires. […] Il a un don mélodique extraordinaire. Moi, de mon côté, je le soutiens par une espèce de background fait d'excitation, de stimulation, qui peut le faire sortir justement de ses gonds. Et lui a tendance à retenir mes excès[B 23] ».

Avec Niels-Henning Ørsted Pedersen[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1970, Solal joue en duo en Allemagne avec le contrebassiste danois Niels-Henning Ørsted Pedersen. Ils enregistrent un album publié en 1976 par le label allemand MPS, Movability[32]. Les musiciens enregistrent deux autres albums ensemble : Suite for Trio (avec Daniel Humair, 1978), album sur lequel figure l'ambitieuse Suite éponyme, qui a demandé aux musiciens deux jours de répétition[33],[34] et Four Keys (avec Lee Konitz et John Scofield, 1979).

Avec d'autres musiciens[modifier | modifier le code]

En 1974 paraît Locomotion avec Henri Texier et Bernard Lubat, un disque étonnant et plein d'humour sur lequel Solal joue du piano et du piano électrique dans un style groovy, qui se rapproche du jazz-rock. C'est un regroupement de petites pièces destinées à illustrer des retransmissions de séquences sportives à la télévision[35]. L'album a été réédité en 2019 par Underdog Records à l'occasion du Disquaire Day[36].

En 1980, l'album Happy Reunion, en duo avec Stéphane Grappelli, reçoit le Prix Boris-Vian du meilleur enregistrement français[37]. En 1988 parait 9/11 p.m. Town Hall, avec Michel Portal, Daniel Humair, Joachim Kühn, Marc Ducret et Jean-François Jenny-Clark.

De nouveaux big bands[modifier | modifier le code]

Au début des années 1980, Solal constitue un nouveau big band de seize musiciens, dont Éric Le Lann, pour lequel il écrit un nouveau répertoire. Cet orchestre se produit dans toute l'Europe, y compris tous les pays de l'Est. Il enregistre deux disques, un en 1981, un autre en 1983-84, avec des pièces ambitieuses, dont une qui occupe toute une face d'un 33 tours[B 24]. Il écrit des arrangements de chansons de Piaf et de Trenet pour Éric Le Lann, qui figurent sur l'album Éric Le Lann joue Piaf et Trenet (1990)[38].

Martial Solal sur scène, souriant debout à côté de son piano en 1998. Il porte une chemise et une veste. On devine les têtes du public au premier plan. La photo est en noir et blanc.
Martial Solal en 1988 par Erling Mandelmann.

Au début des années 1990, Martial Solal crée le Dodécaband, un « medium band » de douze musiciens qui reprend la structure traditionnelle des big bands : trois saxophones, trois trompettes, trois trombones et une section rythmique[B 25]. Le groupe donne peu de concerts, et n'est pas enregistré[B 25]. À l'invitation du festival Banlieues Bleues en 1994, il travaille sur des morceaux de Duke Ellington, ce dont témoigne le disque Martial Solal Dodecaband Plays Ellington (2000). Avec un nouveau big band qu'il appelle le Newdecaband, Solal publie Exposition sans tableau (2006), constitué de compositions originales. Dans ce groupe figure la chanteuse de jazz Claudia Solal, fille du pianiste, qui est utilisée comme un instrument de l'orchestre[39].

Homme de radio[modifier | modifier le code]

Au début des années 1990, Martial Solal produit une émission hebdomadaire sur France Musique. Il invite près d'une centaine de pianistes à y participer, seuls, en duo ou en trio dont Manuel Rocheman, Jean-Michel Pilc, Robert Kaddouch, Baptiste Trotignon, Franck Avitabile ou encore Franck Amsallem[40]. Martial Solal improvise pour France Musique, album sorti en 1994, reprend quelques-unes des improvisations jouées par le pianiste en solo au cours de ces émissions.

Retour aux États-Unis[modifier | modifier le code]

En 1995, Martial Solal enregistre Triangle avec une rythmique américaine : Marc Johnson (contrebasse) et Peter Erskine (batterie)[41], trio avec lequel le pianiste part en tournée. En 1997, à la suite de l'album Just Friends, il se produit en Europe et au Canada avec un trio composé de Gary Peacock et Paul Motian, batteur que Solal connaît depuis At Newport '63. Le pianiste retrouve encore une fois le batteur Paul Motian sur Balade du 10 mars (1999).

L'entrée du Village Vanguard, au lever du soleil. On voit l'auvent rouge du club qui avance sur la rue, sur lequel « Village Vanguard » est écrit, ainsi que le néon qui indique le nom du club. Le club est éteint et fermé, la rue est vide, le soleil commence à peine à se lever. On voit au loin des phares de voiture.
L'entrée du Village Vanguard, où Martial Solal a joué plusieurs fois.

Au début des années 2000, Paul Motian encourage le Village Vanguard à inviter Martial Solal, afin de l'imposer sur la scène new-yorkaise. La résidence est prévue pour septembre, une semaine après les attentats du 11 septembre 2001[5]. Solal monte sur scène quand même, en compagnie de François Moutin et Bill Stewart, dans une salle quasiment vide les deux premiers jours. The New York Times écrit un article sur la présence de Solal, et le club fait salle comble[5]. L'album NY-1: Live at the Village Vanguard est le témoignage de ces concerts.

En 2002 et 2003, Solal continue de jouer aux États-Unis, à San Francisco, Los Angeles et New York[5]. Mais peu friand de voyages, il annule à la dernière minute le concert prévu au Kennedy Center à Washington en 2005[5]. En , il enregistre Live at the Village Vanguard, premier enregistrement en piano solo au Village Vanguard[42].

Compositeur de musique classique[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, Martial Solal rencontre le compositeur Marius Constant, et commence à s'intéresser à la musique contemporaine, qui semble pour lui offrir des possibilités inédites pour le jazz[B 26]. En 1977, Solal et Constant coécrivent Stress, pour trio de jazz et quintette de cuivre[B 27]. Les deux musiciens enregistrent Stress, psyché, complexes en 1981[43].

En 1989 est créé à Cologne le Concerto pour trombone, piano, contrebasse et orchestre, par Albert Mangelsdorff, Martial Solal, Jean-François Jenny-Clark et l’Orchestre franco-allemand des jeunes[44], pour la radio publique Westdeutscher Rundfunk Köln[45]. La même année, Solal crée son concerto Échanges au Théâtre de l'Agora d'Évry avec la Camerata de France, dirigée par Daniel Tosi[46]. Le est créé le Concerto « Coexistence » pour piano et orchestre, pour la Fête de la musique à la salle Olivier-Messiaen de Radio France, avec le Dodecaband, Martial Solal au piano et l'Orchestre national de France dirigé par Didier Benetti[44]. Le concert est diffusé en direct sur France Musique, mais l'enregistrement est perdu[44].

En 2009, le festival Jazz à Vienne lui offre une carte blanche. Il joue un programme à six pianos qu'il a composé, Petit exercice pour cent doigts, en compagnie de Benjamin Moussay, Pierre de Bethmann, Franck Avitabile, Franck Amsallem et Manuel Rocheman. Il joue ensuite à deux pianos avec Hank Jones, accompagné par François et Louis Moutin. La soirée se termine par un concert associant les cordes de l'Opéra de Lyon dirigé par Jean-Charles Richard, les cuivres du New Decaband et le saxophoniste Rick Margitza[47].

En 2015, sort Works for Piano and Two Pianos. On y trouve plusieurs compositions de Solal interprétées par Éric Ferrand-N'Kaoua : Voyage en Anatolie (Journey to Anatolia), les neuf Jazz Preludes et les Onze Études. Martial Solal rejoint Éric Ferrand-N'Kaoua pour interpréter la Ballade pour deux pianos[48].

Le Concerto pour saxophone, écrit en 2014, est créé par Jean-Charles Richard au mois d' à Vernon, dans le cadre du festival de musique de chambre de Giverny[26],[44]. Pour ce concert, la pièce est arrangée pour un petit effectif de douze instruments à cordes[45]. Le festival propose aussi Voyage en Anatolie et le concerto Échanges joués par Éric Ferrand N’Kaoua[46].

Le à la Maison de la Radio, l'Orchestre national de France dirigé par Jesko Sirvend joue plusieurs concertos écrits par Solal : le Concerto pour trombone, piano, contrebasse et orchestre avec Denis Leloup (trombone ténor), Hervé Sellin (piano) et Jean-Paul Céléa (contrebasse amplifiée) ; le Concerto pour saxophone et orchestre avec Jean-Charles Richard (saxophones baryton et soprano) et François Merville (batterie) ; le Concerto « Coexistence » pour piano et orchestre, avec Éric Ferrand-N’Kaoua (piano) et François Merville (batterie)[44]. Jean-Charles Richard est le seul musicien à improviser, toutes les autres parties solistes étant écrites[44]. Le programme, à la suite des contraintes dues à la période et au Covid-19, a été réduit de quatre à trois concertos[49],[50] : le Concerto « Icosium » pour trompette, piano et orchestre, avec Claude Egéa et Manuel Rocheman est annulé[51]. Solal, qui souffrait de se sentir rejeté par le monde de la musique dite classique, est ravi et « libéré » par ce concert[50].

Retrait progressif de la scène[modifier | modifier le code]

Martial Solal et le saxophoniste Wolfgang Bleibel, tous les deux souriants, assis côte à côte sur des marches d'escalier en 2013. Solal est à droite sur l'image, en chemise bleue, le bras droit sur l'épaule de Bleibel, en chemise bleue également.
Martial Solal et le saxophoniste Wolfgang Bleibel en 2013.

Bien qu'il ait déclaré vouloir ralentir son activité vu son grand âge (il a eu 90 ans en 2017)[52] et à la suite de problèmes d'anévrismes[53], Martial Solal continue à se produire épisodiquement sur scène, notamment en duo avec Bernard Lubat (2014), Jean-Michel Pilc (2016)[54] ou David Liebman (Masters in Bordeaux, 2017, et Masters in Paris, 2020).

En sort My One and Only Love, un album live solo enregistré en Allemagne. Histoires improvisées (paroles et musiques) (JMS/Pias) paraît le , alors que Solal avait déjà annoncé sa retraite[55]. Pour cet album, Jean-Marie Salhani, le producteur de JMS, lui a proposé de piocher au hasard parmi 52 petits papiers le sujet d'une improvisation au piano : des membres de sa famille (son épouse Anna, son fils Éric, sa fille Claudia Solal), des musiciens (Count Basie, Duke Ellington, Charlie Parker, Django Reinhardt[56]), des paysages ou des films. Il introduit chaque improvisation par une petite explication[57]. La critique salue cet album : « le temps ne fait rien à l’affaire : Martial Solal (91 printemps), surprend, dépayse, amuse[58]. »

Le , il donne son premier concert en solo à la Salle Gaveau[59], où il s'était déjà produit en et avec Guy Pedersen et Daniel Humair (Jazz à Gaveau et Concert à Gaveau vol. 2)[26]. Une sélection des morceaux joués ce soir-là est publié sur le disque Coming Yesterday : Live at Salle Gaveau 2019, sort en 2021 chez Challenge records[60]. Dans les notes de pochette de l'album, Solal confirme qu'il ne fera plus de concert[61],[62].

Style[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

La maîtrise hors pair de l'instrument que montre Martial Solal s'accompagne d'un talent d'improvisateur inépuisable. Il est un des rares musiciens de jazz européen à avoir eu une réelle influence aux États-Unis[2]. Duke Ellington lui-même a dit de Solal qu’il possédait « en abondance les éléments essentiels à un musicien : sensibilité, fraîcheur, créativité et une technique extraordinaire[1]. » Il est « à juste titre réputé pour son approche brillante, singulière et intellectuelle du jazz[63]. »

Le style de Martial Solal est marqué par des ruptures rythmiques et mélodiques, une grande liberté rythmique, harmonique et tonale et une grande virtuosité. Il est très imaginatif, déconstruisant les mélodies, présentant une idée sous tous ses angles, dans une approche presque cinématographique[64] « avec gros plans, travellings, contre-champs, panoramiques, contre-plongées… autour d’un thème central[65] ». On peut également penser aux cartoons — Solal improvise d'ailleurs régulièrement un Hommage à Tex Avery[66] — : « le pianiste fait penser au principe de Gerald Scarfe : chercher jusqu'où on peut déformer un personnage (dans le cas de Solal, un morceau) tout en le laissant reconnaissable[67] ».

Selon Claude Carrière, Martial Solal est un des rares musiciens dont les doigts jouent exactement ce que le cerveau demande[68]. Pour sa fille Claudia, « [Martial Solal] a une rapidité d'anticipation fascinante. C'est comme s'il avait en main un tas de dominos qu'il place dans l'ordre qu'il veut. Et ça marche. Le puzzle ressemble toujours à quelque chose[69]. »

Martial Solal admet lui-même qu'« on ne rentre pas dans [s]a musique aussi facilement », elle demande du temps, voire plusieurs écoutes. Il se justifie en expliquant que ses doigts jouant plusieurs pupitres d'une orchestration, le résultat est forcément dense[69]. Il ajoute : « J'ai toujours refusé la manifestation gratuitement ostensible du feeling. Je camoufle ma pudeur derrière l'intelligence du jeu et le refus de la banalité[23]. » Avec le temps, il explique vouloir « élaguer » et être autant dans l'épure que dans la volubilité[59].

Approche des standards[modifier | modifier le code]

Il joue régulièrement des standards, qu'il aborde sans aucun plan préétabli[70] : « quand Martial Solal joue un morceau qu'il a déjà joué de nombreuses fois […], il n'a pas de version plus ou moins préparée sur laquelle se baser. Il improvise à partir de rien, cherchant à se renouveler sans cesse[70]. » Il triture ces morceaux dans tous les sens, ajoutant quelques accords ou procédant à de totales et vastes réharmonisations[71], cachant la mélodie, n'en jouant que des fragments avant de la révéler[72]. Sa virtuosité lui permet d'alimenter son imagination sans limites et d'oser toutes les prises de risque[2]. Pour autant, même s'il prend de larges libertés, il reste proche de la structure et de la mélodie des morceaux qu'il joue[64].

Le contrebassiste François Moutin, compagnon de route de Solal depuis 1989, explique que la plupart du temps, le pianiste n'annonce pas à ses musiciens ce qu'il va jouer : « en général on comprend assez vite ce qu'il joue, mais parfois il change d'avis : il peut rester sur le même morceau mais changer de tonalité, il peut ajouter une section, une pédale ou un interlude, parfois même il change de morceau en plein milieu[5] ». En piano solo, il rend la structure élastique : il peut s'attarder sur une section ou un accord, changer le tempo, mais en restant toujours proche de la mélodie du morceau afin de donner de la cohérence à l'ensemble[64].

Free jazz[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1960, Martial Solal critique le free jazz, qui représente pour lui un « travers qui consiste à jouer un peu trop, n'importe quoi, n'importe quand, n'importe où ». Pour lui, il est important de « respecter certaines normes qui font que la liberté a une valeur. La liberté n'a de valeur que par rapport à quelque chose d'établi, si la liberté est totale et absolue ce n'est plus de la liberté[73]. » Il est très sceptique vis-à-vis de cette idée un peu narcissique de « table rase du passé[10] », qui a conduit des musiciens médiocres à se croire jazzman[B 28]. Il compose d'ailleurs un morceau qu'il intitule ironiquement Jazz frit en 1965[74].

Il précise en 2018 apprécier l'« apport dans le domaine de la quête de liberté » du free jazz, en rappelant que les « meilleurs d'entre [ces musiciens] sont restés, soit en revenant à la régularité du tempo, soit en additionnant leur apport aux acquis du passé[10] ». Il utilise d'ailleurs beaucoup lui-même les principes de liberté pris par rapport au tempo et à l'harmonie[B 29].

Humour[modifier | modifier le code]

L'humour en général est très présent chez Solal[75], ce qui lui permet de ne jamais se prendre trop au sérieux et d'éviter le piège de la virtuosité gratuite[2]. Il est friand de citations, issues de thèmes jazz ou classique : il cite par exemple la Fantaisie-Impromptu de Chopin dans l'introduction de sa version de Que reste-t-il de nos amours (Jazz 'n (e)motion, 1998). Les titres de ses compositions sont régulièrement des calembours : L'allée Thiers et le poteau laid, Solalitude, Impromptulm, Grandeur et Cadence, Averty c'est moi, Leloir m'est cher (allusion au photographe Jean-Pierre Leloir[B 30]), ou encore Oléo qui devient Ah ! Léa[76],[77]. On peut également citer Ah non !, morceau qui reprend à la main gauche le premier exercice du Pianiste virtuose de Hanon, joué en si, en laissant la main droite improviser librement[48],[78].

Influences[modifier | modifier le code]

Vu de profil, le pianiste Art Tatum est en train de jouer du piano. Sa main droite effleure les touches, son cors est légèrement en arrière, la tête légèrement inclinée vers le clavier. La photo est en noir et blanc.
Le pianiste Art Tatum, influence de Martial Solal, photographié par William P. Gottlieb entre 1946 et 1948.

Même s'il a choisi dès ses débuts de se créer un style personnel et unique, le jeu de Martial Solal est influencé par des pianistes de stride tels que Willie « The Lion » Smith ou Fats Waller, ainsi que par des pianistes comme Art Tatum, Teddy Wilson ou par des musiciens bebop comme Charlie Parker[26]. Il reconnaît aussi l'influence de Thelonious Monk, plus dans la conception musicale que dans son jeu de piano, ainsi que celle de Duke Ellington[10]. Pour Stefano Bollani, c'est « le seul pianiste au monde qui n'a pas subi l'influence de Bill Evans[79]. »

Technique[modifier | modifier le code]

Martial Solal n'a cessé de perfectionner sa technique tout au long de sa vie — il est d'ailleurs assez critique envers les pianistes qui arrêtent de s'exercer avec l'âge[79]. Dès les années 1950, il veut être l'égal des pianistes qui jouent Beethoven ou Debussy[B 31]. Il a travaillé 4 ou 5 heures par jour entre ses 50 et 70 ans, et considère 45 minutes quotidiennes comme un minimum. À la fin des années 1970[B 32], il rencontre à un dîner le pianiste Pierre Sancan — on a dit que Solal avait travaillé avec Sacan, ce que Solal dément[B 33] — et l'entend parler de son approche du piano et notamment de l'utilisation du poids du corps pour travailler le son et « appuyer sur les touches[10] ». Ces quelques phrases déclenchent chez lui un processus de réflexion qui l'amènera à repenser sa technique et à la travailler énormément[75]. Il considère qu'il n'a vraiment su jouer du piano que dans les années 1995, après la série d'émissions sur France Musique[B 34].

Il a deux pianos dans sa maison de Chatou : d'abord un vieux piano droit avec un toucher léger, sur lequel il travaille depuis des années, mais qui le prépare mal aux pianos à toucher lourd présents sur scène. Il a donc acheté un grand piano Kawai, réglé avec un toucher très dur, ce qui lui permet d'être à l'aise sur toute sorte de piano[80].

Il ne joue quasiment pas de jazz chez lui, pour garder la fraîcheur de son inspiration pour les concerts[79], préférant se limiter au « sport, [aux] exercices musculaires »[26] comme des gammes ou des arpèges[10]. Il joue notamment des études de Rachmaninov, Chopin ou Schumann[68]. Il lui arrive fréquemment de lire des romans en pratiquant les exercices les plus répétitifs[5].

Pédagogie[modifier | modifier le code]

Le pianiste Manuel Rocheman, vêtu d'une chemise blanche et d'un jean, est assis près du bord de scène. Il se repose sur son bras droit, son autre bras entourant sa jambe gauche relevée. L'arrière plan est entièrement sombre.
Le pianiste Manuel Rocheman, élève de Martial Solal, en 2011.

Martial Solal n'a eu qu'un seul véritable élève, Manuel Rocheman, qu'il qualifie de « brillantissime pianiste »[A 7]. Il se montre néanmoins très généreux envers les jeunes musiciens (au moins une centaine[B 35]) qui viennent le voir, les écoutant et leur donnant des conseils[5]. Il a ainsi influencé de très nombreux musiciens tels que Manuel Rocheman, Jean-Michel Pilc, Baptiste Trotignon, Franck Avitabile[2],[54], François Raulin, Stéphan Oliva[81] ou encore Pierre de Bethmann, plus particulièrement dans son approche de l'orchestre[82].

Il a participé à créer le Concours de piano jazz Martial Solal, organisé de 1988 à 2010, qui aide à la révélation de nouveaux talents[5],[83]. Parmi les lauréats figurent Antonio Faraò, Baptiste Trotignon, Paul Lay, Tigran Hamasyan ou encore Thomas Enhco.

Martial Solal a publié en 1986 JazzSolal, « une introduction complète aux styles du jazz pour piano solo » en trois volumes (Facile, Intermédiaire, Plus difficile). En 1997 parait sa Méthode d'improvisation, dont le but est de « familiariser les candidats improvisateurs avec les règles de l'improvisation […], en leur proposant un travail progressif étayé par un grand nombre d'exemples destinés à développer leur oreille, leur sens rythmique, mélodique et harmonique ainsi que leur imagination[84]. »

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

  • 1955 : Prix Django-Reinhardt[87]
  • 1957 : Grand Prix du disque de l'Académie Charles-Cros pour son disque en big band[16]
  • 1976 : Prix « In Honorem » de l'Académie du jazz avec mention pour Martial Solal Plays Duke Ellington[30]
  • 1980 : Prix de la SACEM, catégorie « Jazz »[88]
  • 1980 : Prix Boris-Vian du meilleur enregistrement français pour Happy Reunion avec Stéphane Grappelli[37]
  • 1981 : Grand Prix du meilleur disque de jazz moderne pour Martial Solal Big Band[89]
  • 1985 : Oscar du disque pour la compilation Live, 1959-1985[90]
  • 1993 : Grand Prix national de musique (attribué une fois par an à un musicien tous styles de musiques confondues[91])
  • 1994 : Prix Boris-Vian du meilleur enregistrement français pour Improvise pour France Musique[92]
  • 1999 : Prix Jazzpar[71]
  • 2007 : Prix in Honorem catégorie « Jazz », décerné par l'Académie Charles-Cros pour les 80 ans de Martial Solal, et à l'occasion de la sortie de Newdecaband - Exposition sans tableau et Solitude[93]
  • 2007 : Prix Eurodjango, Trophées européens du jazz[94]
  • 2018 : Prix spécial décerné par l'Académie du jazz à son président d'honneur Martial Solal « pour l’ensemble de son œuvre, son inventivité persistante et une espièglerie incopiable dans la prise de risque, des traits originaux que l’âge ne flétrit pas : il semblait donc naturel de baptiser cette distinction « Prix du Jeune Talent », compliment qu’il faut ici prendre à la lettre ! »[95]

Nominations[modifier | modifier le code]

Compositions[modifier | modifier le code]

Autodidacte[B 36], Martial Solal est également un compositeur prolifique, entré à la SACEM dès ses 18 ans[100]. Il a intégré l'idée, développée par André Hodeir, selon laquelle le jazz ne doit pas être uniquement improvisé pour rester dans l'histoire[101]. Il a ainsi composé pour son big band dès les années 1950, et écrit de nombreuses musiques de film (À bout de souffle, Le Procès, Les Acteurs)[78]. Ses liens avec Marius Constant ou André Hodeir lui ont permis d'écrire des pièces en dehors du monde du jazz[78].

Solal a longtemps souffert de se sentir rejeté par le monde de la musique dite classique[50] : « le temps a passé, et pourtant je dois dire que ça ne m’a jamais quitté, cette “honte” d’être musicien de jazz[100] ». Les titres de ses morceaux font d'ailleurs écho à sa volonté d'associer le monde du jazz et celui de la musique dite classique : Échanges pour piano et cordes, Alternances, Coexistence, Cohabitation[78].

Musique écrite[modifier | modifier le code]

Martial Solal a composé pour Élisabeth Chojnacka, Marcel Azzola, Les Percussions de Strasbourg, Pierre Charial[76], l'Ensemble Concert Arban et bien d'autres. Parmi ses compositions les plus importantes, peuvent être citées :

  • Suite en ré bémol pour quartette de jazz (1959)
  • Stress pour trio de jazz, piano, quintette de cuivres et percussion, pièce composée par Martial Solal et Marius Constant (1977)
  • Fantaisie pour deux orchestres (1984)
  • Concerto pour claviers et orchestre « Nuit étoilée » (1987/1988)
  • Seul contre tous pour basson seul, pièce composée pour et créée par Alexandre Ouzounoff (1982)

Il a également composé une dizaine de concertos, dont trois pour piano et un triple concerto pour trombone, piano et contrebasse[78] ; ainsi qu'une cinquantaine de pièces pour divers orchestres et ensembles[102].

Une partie de ses compositions pour piano seul ont été enregistrées par Éric Ferrand-N'Kaoua sur Works for Piano and Two Pianos.

Musiques de films[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Martial Solal a enregistré plus d'une centaine de disques, en solo, en duo, en trio ou avec des formations plus étendues, dont certains n'ont jamais été réédités. Parmi ceux-ci, on peut citer[107] :

En solo[modifier | modifier le code]

En duo[modifier | modifier le code]

En trio[modifier | modifier le code]

Avec big band[modifier | modifier le code]

Autres formations[modifier | modifier le code]

Ouvrages musicaux[modifier | modifier le code]

Œuvres publiées[modifier | modifier le code]

  • Martial Solal, Fantaisie pour quintette, Mâcon, Éditions musicales Robert Martin, coll. « Jean-Baptiste Arban », .
  • Martial Solal, Seul contre tous : pour basson solo, éditions Salabert, .
  • Martial Solal, Une Pièce pour quatre : pour quatuor de saxophones, Mâcon, Éditions musicales Robert Martin, .
  • Martial Solal, Ballade pour quintette : pour quintette de saxophones avec section rythmique ad libitum, Mâcon, Éditions musicales Robert Martin, .
  • Martial Solal, Jazz Preludes, Boosey & Hawkes, .
  • Martial Solal, Onze études, éditions Salabert, , 44 p..
  • Martial Solal, Ballade pour deux pianos, éditions Salabert, , 22 p..
  • Martial Solal, 65 morceaux choisis, Éditions musicales Jean-Marie Salhani, , 116 p. (ISBN 978-2911567049) : cet ouvrage est une compilation de thèmes composés et arrangés par Solal pour piano solo[108].

Ouvrages pédagogiques[modifier | modifier le code]

  • (en) Martial Solal, JazzSolal : A Complete Introduction to Jazz Styles for Solo Piano, Boosey & Hawkes, . Trois volumes : Facile, Intermédiaire, Plus difficile.
  • Martial Solal, Méthode d'improvisation : avec Disque compact, éditions Salabert, .

Hommages musicaux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Martial Solal (avec Franck Médioni), Ma vie sur un tabouret : autobiographie, 2008.
  1. a b et c Solal, 2008, p. 67.
  2. Solal, 2008, p. 133-136.
  3. Solal, 2008, p. 68.
  4. Solal, 2008, p. 74.
  5. Solal, 2008, p. 79.
  6. Solal, 2008, p. 138.
  7. Solal, 2008, p. 155.
  • Xavier Prévost (int.), Martial Solal : compositeur de l'instant, 2005.
  1. Prévost 2005, p. 12.
  2. Prévost 2005, p. 13.
  3. Prévost 2005, p. 15.
  4. Prévost 2005, p. 18.
  5. Prévost 2005, p. 19.
  6. Prévost 2005, p. 20.
  7. Prévost 2005, p. 24.
  8. Prévost 2005, p. 28.
  9. Prévost 2005, p. 29.
  10. Prévost 2005, p. 40.
  11. Prévost 2005, p. 42.
  12. Prévost 2005, p. 39.
  13. a et b Prévost 2005, p. 49.
  14. Prévost 2005, p. 34.
  15. Prévost 2005, p. 35.
  16. a et b Prévost 2005, p. 53.
  17. Prévost 2005, p. 54.
  18. Prévost 2005, p. 57.
  19. Prévost 2005, p. 58.
  20. Prévost 2005, p. 64.
  21. a b et c Prévost 2005, p. 60.
  22. a b et c Prévost 2005, p. 61.
  23. a et b Prévost 2005, p. 77.
  24. Prévost 2005, p. 83.
  25. a et b Prévost 2005, p. 90.
  26. Prévost 2005, p. 70.
  27. Prévost 2005, p. 71.
  28. Prévost 2005, p. 105.
  29. Prévost 2005, p. 107.
  30. Prévost 2005, p. 143.
  31. Prévost 2005, p. 46.
  32. Prévost 2005, p. 74.
  33. Prévost 2005, p. 47.
  34. Prévost 2005, p. 76.
  35. Prévost 2005, p. 160.
  36. Prévost 2005, p. 124.
  • Autres références :
  1. a et b « Biographie de Martial Solal » [PDF], sur karavane.pro (consulté le ).
  2. a b c d e f et g Vincent Bessières, « Biographie de Martial Solal », sur cite-musique.fr (consulté le ).
  3. a b c d et e Fordham, 2010.
  4. a et b « Martial Solal ouvre son carnet de notes », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. a b c d e f g h i j k l m n et o Porter, 2019.
  6. Guillaume Lagrée, « Un après-midi chez Monsieur Solal », Citizen Jazz,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. « Club Saint-Germain, Django, Don Byas, Kenny Clarke 1950-54 », sur patlotch.com (consulté le ).
  8. « Livret de l'Intrégrale Django Reinhardt vol. 20 », sur fremeaux.com (consulté le ).
  9. Voir la (en) « discographie de Lucky Thompson », sur attictoys.com (consulté le ).
  10. a b c d e et f Benizeau et Bergerot, 2018.
  11. Michel Laplace, « Billy Byers and Martial Solal, Jazz on the Left Bank + Réunion à Paris », Jazz Hot,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « du sandwich à la choucroute à Jo Jaguar », sur patlotch.com (consulté le ).
  13. (en) Jeremy / Seize Ans / Un Jour Je Reverrai Paris / Tilt sur Discogs.
  14. (en) La Vache à Mille Francs sur Discogs.
  15. (en) On a juste l'âge sur Discogs.
  16. a b et c Laplace, 2019.
  17. Michel Laplace, « Nécrologie de Roger Guérin », Jazz Hot, no 650,‎ hiver 2009-2010 (lire en ligne, consulté le ).
  18. a b c et d Guillaume Lagrée, « La musique d’À bout de souffle », Citizen Jazz,‎ (lire en ligne).
  19. Mouëllic 2001.
  20. (en) Alain Drouot, Breathless (À Bout de Souffle) sur AllMusic (consulté le 28 septembre 2020).
  21. Francis Marmande, « Martial Solal, sans tambours mais avec un trompette », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  22. a b et c (en) Francis Davis, « MUSIC; A French Original In Jazz's Wider World », The New York Times,‎ , p. 28.
  23. a et b Bruno Pfeiffer, « Martial : A force d'humour (interview) », Les Dernières nouvelles du jazz,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. (en) Steve Loewy, Martial Solal Dodecaband Plays Ellington sur AllMusic (consulté le 14 septembre 2020)..
  25. (en) Steve Futterman, « The Wizard from Algiers », The Village Voice,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. a b c d e et f Yanbekian, 2019.
  27. (en) Suite pour une frise sur Discogs.
  28. « Martial Solal – Fafasifa », sur popsike.com, (consulté le ).
  29. Guillaume Lagrée, « Au soleil de Martial Solal », sur lejarsjasejazz.over-blog.com, .
  30. a et b « Palmarès 1976 », sur academiedujazz.com (consulté le ).
  31. « Feu Mathias Pascal de Marcel L'Herbier, accompagné par Martial Solal : L'exercice du "tapeur à gages" », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant).
  32. Lucien Malson, « Solal-Pedersen : Movability », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant).
  33. L. M., « Jazz Martial Solal : Suite for Trio », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant).
  34. Guillaume Lagrée, « Martial Solal : un pianiste de la lumière », Putsch,‎ (lire en ligne).
  35. Charles de Saint-André, « Locomotion », Citizen Jazz,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. Ersin Leibowitch, Anne Chépeau et Yann Bertrand, « La playlist franceinfo. Martial Solal, Céu et Khruangbin » [audio], sur France Info, (consulté le ).
  37. a et b « Palmarès 1980 », Académie du jazz (consulté le ).
  38. Citizen Jazz, « Interview de Martial Solal », sur pianoweb.fr, (consulté le ).
  39. Marie Buscatto, « Chanteuse de jazz n'est point métier d'homme : L'accord imparfait entre voix et instrument », Revue française de sociologie, vol. 44,‎ (lire en ligne).
  40. « Biographie de Martial Solal », France Musique, (consulté le ).
  41. Jazz Magazine no 591, avril 2008.
  42. Vincent Cotro, Jazz Magazine, 10 décembre 2008.
  43. Lucien Malson, « Marius Constant triomphal », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant).
  44. a b c d e et f Xavier Prévost, « Solal symphonique : un concert mémorable ! », Jazz Magazine,‎ 13 septemrbe 2020 (lire en ligne).
  45. a et b Xavier Prévost, « Solal symphonique : trois escales en répétition », Jazz Magazine,‎ (lire en ligne).
  46. a et b Xavier Prévost, « Vernon : carte blanche à Martial Solal compositeur », Jazz Magazine,‎ (lire en ligne).
  47. Dominique Largeron, « Jazz à Vienne 2009 », Citizen Jazz,‎ (lire en ligne).
  48. a et b Ludovic Florin, « Martial Solal - Works for Piano and Two Pianos », Jazz Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. Francis Marmande, « Jazz : l’œuvre écrite de Martial Solal à la Maison de la radio », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant).
  50. a b et c Franck Bergerot, « L’Orchestre national de France sous un Solal radieux », Jazz Magazine,‎ (lire en ligne).
  51. Jean-Luc Caradec, « Martial Solal, compositeur. Avec l’Orchestre National de France, Manuel Rocheman, Jean-Charles Richard, Denis Leloup… », La Terrasse,‎ (lire en ligne).
  52. Christophe Loubes, « Jazz & Wine : Solal est unique », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  53. APF, « Le jazzman Martial Solal rattrapé par le démon du jeu », RTBF, .
  54. a et b Xavier Prévost, « Martial Solal / Jean-Michel Pilc : deux pianos, deux soirs et quatre sets », Jazz Magazine,‎ (lire en ligne).
  55. Alex Dutilh, « L'actualité du jazz : Martial Solal, l'autobiographie improvisée » [audio], Open jazz, France Musique, .
  56. Guillaume Lagrée, « Martial Solal " Histoires improvisées " », sur lejarsjasejazz.over-blog.com, (consulté le ).
  57. Matthieu Jouan, « Martial Solal, Histoires improvisées (paroles et musiques) », sur citizenjazz.com, (consulté le ).
  58. Jean-Louis Lemarchand, « Martial Solal, Histoires improvisées (paroles et musique) », sur lesdnj.over-blog.com, (consulté le ).
  59. a et b Louis-Julien Nicolaou, « Martial Solal, éternel pro de l’impro », Télérama,‎ (lire en ligne).
  60. Guillaume Lagrée, « Martial Solal " Coming Yesterday ". Live at Salle Gaveau 2019 », sur lejarsjasejazz.over-blog.com, (consulté le ).
  61. Claude Loxhay, « Martial Solal - Coming Yesterday (cl) », sur jazzhalo.be (consulté le ).
  62. (en) Martial Solal, « Coming Yesterday - Live at Salle Gaveau 2019 », sur challengerecords.com (consulté le ).
  63. Jean-Pierre Thiollet, 88 notes pour piano solo, Magland, Neva éditions, , 368 p. (ISBN 978-2-3505-5192-0, présentation en ligne), p. 357.
  64. a b et c Dourlhès 2020.
  65. Bob Hatteau, « Critique d'Exposition sans tableau », sur citizenjazz.com, (consulté le ).
  66. Franck Bergerot, « Sons d’Hiver, Solal, Lubat et les grands corps noirs », Jazz Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  67. (en) Michael J. West, « Martial Solal: My One and Only Love: Live at Theater Gütersloh (Intuition) », JazzTimes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  68. a et b (en) Frank Browning, « At Home In Paris With Pianist Martial Solal » [audio], All Things Considered, NPR, (consulté le ).
  69. a et b Débora Muller, « Martial Solal, sacré improvisateur », RFI, (consulté le ).
  70. a et b (en) Kevin Whitehead, « Martial Solal Keeps His Mind And Fingers Nimble On 'My One And Only Love' » [audio], Fresh Air, NPR, (consulté le ).
  71. a et b (en) « Jazzpar Prize Winners », sur jazzpar.dk (consulté le ).
  72. Giddins, 2001.
  73. « Martial Solal et le free jazz » [vidéo], Jazz portait, INA, (consulté le ).
  74. Solal 2019, p. 21.
  75. a et b Dictionnaire, 1994.
  76. a et b « Martial Solal », sur Larousse (consulté le ).
  77. Thierry P. Benizeau et Franck Bergerot, « 1, 2, 3... Solal » [PDF], sur Jazz Magazine no 702, (consulté le ).
  78. a b c d et e Éric Ferrand-N'Kaoua, L'Imagination à l'œuvre, notes de pochette de l'album Works For Piano And Two Pianos, 2015.
  79. a b et c (en) Ted Panken, « On Martial Solal’s 85th Birthday, a Downbeat Feature and Public Blindfold Test at Orvieto in 2009 », sur tedpanken.wordpress.com, (consulté le ).
  80. « Jazz Bonus : Martial Solal - My One and Only Love », France Musique, (consulté le ).
  81. a et b Sophie Chambon, « François Raulin Stephan Oliva Correspondances », Les Dernières nouvelles du jazz,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  82. Alex Dutilh, « Pierre de Bethmann, le Medium Ensemble au maximum », Open Jazz, sur France Musique, (consulté le ).
  83. « Concours de piano jazz Martial Solal », sur civp.com (consulté le ).
  84. Martial Solal, préface de la Méthode d'improvisation, Éditions Salabert, 1997.
  85. « Légion d'honneur », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  86. « Décret du 10 novembre 1998 portant promotion et nomination », sur legifrance.gouv.fr, (consulté le ).
  87. « Palmarès 1955 », Académie du jazz (consulté le ).
  88. « Les Prix de la SACEM et de la S.A.C.D. », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  89. « Palmarès 1981 », Académie du jazz (consulté le ).
  90. « Palmarès 1985 », Académie du jazz (consulté le ).
  91. Nicole Videmann, « Martial Solal, libr’explorateur du piano », sur latins-de-jazz.com, (consulté le ).
  92. « Palmarès 1994 », Académie du jazz (consulté le ).
  93. « Palmarès 2007 » [PDF], sur charlescros.org, (consulté le ).
  94. Evelyne Christophe, « Martial Solal, grand vainqueur des Eurodjango 2007 ! », ResMusica,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  95. « Palmarès 2018 », Académie du jazz (consulté le ).
  96. « Palmarès 1962 », Académie du jazz (consulté le ).
  97. « Palmarès 1966 », Académie du jazz (consulté le ).
  98. a et b (en) « Martial Solal », Grammy Awards (consulté le ).
  99. « Palmarès 2017 », Académie du jazz (consulté le ).
  100. a et b Matthieu Jouan, « Martial Solal, l'homme de bonne composition », sur Citizen Jazz, (consulté le ).
  101. Guillaume Lagrée, « Martial Solal: works for piano and two pianos by Eric Ferrand N'Kaoua », sur lejarsjasejazz.over-blog.com, (consulté le ).
  102. « Interview musicale de Martial Solal », Citizen Jazz,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  103. (en) Svenska flickor i Paris sur l’Internet Movie Database.
  104. (en) Le bougnat sur l’Internet Movie Database.
  105. (en) Timber - ØK i Canada sur l’Internet Movie Database.
  106. « Cocteau et compagnie », sur cineteve.com (consulté le ).
  107. « Martial Solal (1927) », sur gbjazz.free.fr (consulté le ).
  108. « Martial Solal – 65 morceaux choisis – Piano », sur paul-beuscher.com (consulté le ).
  109. (en) Mark Corroto, « Jean-Michel Pilc: What Is This Thing Called? », All About Jazz,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Jazz Hot[modifier | modifier le code]
  • André Clergeat, « Silhouette du hot club : Martial Solal », Jazz Hot, no 56,‎ .
  • Bobby Jaspar, « Martial Solal », Jazz Hot, no 105,‎ .
  • Michel Laplace, « Martial Solal, And His Orchestra 1956-1962 », Jazz Hot,‎ (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
Jazz Magazine[modifier | modifier le code]
  • Lucien Malson, « Martial Solal ou les vertus de la solitude », Jazz Magazine, no 58,‎ .
  • Alain Gerber, « Mystère Solal », Jazz Magazine, no 155,‎ .
  • Xavier Prévost, « Martial Solal… La tentation contemporaine », Jazz Magazine, no 320,‎ .
  • Thierry P Benizeau et Franck Bergerot, « Martial Solal « Des choses très inattendues » », Jazz Magazine,‎ (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
Presse généraliste[modifier | modifier le code]
Autres revues[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Martial Solal, réalisé par Jean-Paul Fargier, écrit par Gérald Arnaud, 1998.
  • Jazz Never Ends, documentaire sur Martial Solal réalisé par Michel Follin, produit par Agat Films, et diffusé sur Arte à plusieurs reprises, 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices et ressources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Audio et concerts[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 4 décembre 2020 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 4 décembre 2020 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.