Kevin Mahogany

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Kevin Mahogany
Image dans Infobox.
Kevin Mahogany en 2007.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Autres informations
A travaillé pour
Instrument
Labels
Genres artistiques
Site web

Kevin Bryant Mahogany, né le [1] à Kansas City (Missouri, États-Unis) et mort le dans la même ville[2], est un chanteur américain de jazz, devenu célèbre dans les années 1990. Il est particulièrement connu pour sa manière de pratiquer le scat et son style a été comparé aux chanteurs de jazz Billy Eckstine, Joe Williams[3] et Johnny Hartman[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Mahogany commence à étudier le piano dès son enfance et se met plus tard à la clarinette et au saxophone baryton, se produisant avec des groupes de jazz et enseignant la musique alors qu'il est encore au lycée[5].

« Quand j'étais enfant, la musique était tout aussi importante que l'anglais et les mathématiques dans notre foyer » dit-il. « En fait, les leçons de piano faisaient partie des cours de l'école primaire pour toute la famille[6]».

Mahogany fréquente ensuite la Baker University, où il se produit avec des ensembles instrumentaux et vocaux et forme un groupe de jazz vocal. En 1981, il obtient son BFA en musique et en théâtre anglais. Après avoir obtenu son diplôme, Mahogany retourne à Kansas City où, dans les années 1980, il attire un public local en se produisant avec ses groupes, The Apollos et Mahogany.

En 1995, il apparaît pour la première fois sur un CD de Frank Mantooth[7]. Son premier album en tant qu'artiste solo est Double Rainbow, sorti en 1993. Il est suivi en 1996 par Kevin Mahogany, qui suscite une attention positive dans les médias, incitant Newsweek à l'appeler « le chanteur de jazz le plus remarquable de sa génération[7] ».

Selon lui, ses influences ont tout particulièrement été Lambert, Hendricks & Ross, Al Jarreau et Eddie Jefferson[7]. En tant que professeur de jazz, il a enseigné au Berklee College of Music à Boston et à l'Université de Miami[8].

Mahogany apparaît ėgalement dans le film de Robert Altman Kansas City (1996), jouant un personnage inspiré du chanteur de cette même ville, Big Joe Turner[9].

Décès[modifier | modifier le code]

Mahogany est décédé le 17 décembre 2017, à l'âge de 59 ans, des suites d'un diabète[5],[10],[11].

Discographie[modifier | modifier le code]

Leader[modifier | modifier le code]

Avec Enja Records:

  • Double Rainbow (1993)
  • Songs and Moments (1994)
  • You Got What It Takes (1995)
  • Pussy Cat Dues (2000)

Avec Warner Bros.:

  • Kevin Mahogany (1996)
  • Another Time Another Place (1997)
  • My Romance (1998)
  • Portrait of Kevin Mahogany (2000)

Avec Telarc:

  • Pride and Joy (2002)

Avec Jazz Empress

  • Warming Up Kansas City (2003)

Sous son propre label, Mahogany Music:

  • Big Band (2004)
  • To Johnny Hartman (2004)

Sideman[modifier | modifier le code]

Avec Enja:

Avec Telarc:

  • Roseanna Vitro, Passion Dance (1996)
  • Ray Brown, Some of My Best Friends Are...Singers (1998)
  • Monty Alexander, My America (2002)

Avec divers labels:

  • T. S. Monk, Monk on Monk (N2K Encoded, 1991)
  • Frank Mantooth, Sophisticated Lady (Sea Breeze, 1995)
  • Marlena Shaw, Dangerous (Concord Jazz, 1996)
  • Cheryl Bentyne, Moonlight Serenade (King, 2003)
  • Tony Lakatos, The Coltrane Hartman Fantasy Vol. 1 (Skip, 2010)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Kevin Mahogany biography », Richard De La Font Agency
  2. « Hommage à Kevin Mahogany », sur France Musique, (consulté le )
  3. Scott Yanow, « Kevin Mahogany Biography », sur AllMusic (consulté le )
  4. Dan Emerson, « Mahogany's tribute does justice to Kansas City jazz », St. Paul Pioneer Press,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Giovanni Russonello, « Kevin Mahogany, Masterly Jazz Singer, Is Dead at 59 », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  6. « Visiting Guest Artist - Kevin Mahogany », sur Minnesota State University, Mankato (consulté le )
  7. a b et c « Kevin Mahogany Biography », sur Kevinmahogany.com (consulté le )
  8. Jim Newsom, « Kevin Mahogany: An Independent Voice », sur Port Folio Weekly,
  9. Bill Kohlhaase, « Sensitive Side Is One of Many Mahogany Modes », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. C. J. Janovy, « Kevin Mahogany, Internationally Known Jazz Vocalist From Kansas City, Dies At 59 », sur KCUR-FM,
  11. Timothy Finn, « Kansas City jazz singer Kevin Mahogany has died », The Kansas City Star,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]