Louis Dantin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dantin.
Louis Dantin
Description de cette image, également commentée ci-après

Louis Dantin à Boston vers 1930

Nom de naissance Eugène Seers
Naissance
Beauharnois (Canada)
Décès (à 79 ans)
Boston (États-Unis)
Activité principale
poète, romancier et critique littéraire
Auteur
Langue d’écriture française

Louis Dantin, de son vrai nom Eugène Seers, né le à Beauharnois (Québec, Canada), décédé le à Boston (Massachusetts, États-Unis), est un critique, poète et romancier québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Beauharnois le 28 novembre 1865, il ne fréquente pas l'école primaire. À l'âge de dix ans, il commence son cours classique au Collège de Montréal, en entrant directement en classe de syntaxe. Élève brillant, il rafle tous les prix. Ayant dû interrompre sa classe de belles-lettres en 1878, sans doute pour raisons de santé, il la reprend l'année suivante. En 1881, il entre au Séminaire de philosophie. En 1882-1883, il ne fréquente pas le séminaire : selon une hypothèse vraisemblable, il est retenu à la maison pour des raisons de santé[1]. Ayant annoncé à son père son intention de devenir prêtre, ce dernier est déçu à l'idée que son fils ne devienne pas avocat et décide de lui faire terminer son année de Philosophie chez les Sulpiciens à Issy-les-Moulineaux. Eugène quitte la maison paternelle pour l'Europe, dès le mois de juin 1883, afin de voyager en France et en Italie avant la rentrée scolaire. Lors d'une retraite en Belgique, chez les Pères du Très-Saint-Sacrement, il a une expérience mystique qui le décide à entrer dans cet ordre religieux, ce qu'il fait le 25 juillet 1883. Il part alors pour Rome, où il fait trois ans d'étude de philosophie à l'Université Grégorienne. Il est ordonné sous-diacre en 1887 et reçoit son ordination sacerdotale le 22 décembre 1888, en l'église Saint-Sulpice à Paris[2]. En 1889, il est à Bruxelles, où il s'occupe des novices. Il publie son premier conte, « Le froment de Bethléem ».

Le 17 octobre 1890, il est nommé supérieur de la maison de Bruxelles. À l'été 1893, il devient supérieur de la maison de Paris et assistant général de la communauté. Il collabore à la revue de la communauté, Le très Saint-Sacrement, avec des informations sur les activités de la communauté.

À la suite d'une crise religieuse, aggravée par sa relation amoureuse avec une jeune fille de Bruxelles, Charlotte Beaufaux, il veut quitter la communauté, mais accepte finalement d'y rester par égard pour ses parents. Il rentre à Montréal le 31 octobre 1894. Tout en continuant à vivre dans la communauté, il se tient à l'écart et travaille à l'imprimerie de la congrégation[3].

Le 25 février 1903, il quitte les ordres et part pour les États-Unis. Il est accompagné de Clotilde Lacroix[4] dont il aura un fils en février 1904, Joseph-Déodat[5]. Il s'installe à Cambridge (Massachusetts). Il travaille comme typographe chez Caustic et Claffin durant une dizaine d'années puis devient correcteur d'épreuves à l'imprimerie de l'Université Harvard[6], où il travaillera jusqu'en février 1938[7].

Il ne fera que trois brefs retours au Québec: le 9 août 1909, lors d'une tentative avortée de réconciliation avec son père; le 30 août 1930, pour une fête organisée en son honneur par Alfred Desrochers à Sherbrooke, à laquelle participaient une vingtaine d'écrivains[8], et le 18 juillet 1931 également à Sherbrooke, où il donne une conférence intitulée « La langue française, notre instrument d'expression littéraire »[9]. En dépit de diverses offres de ses amis cherchant à lui procurer un poste de consul ou un travail similaire à Québec ou à Ottawa, Dantin choisit de rester à Cambridge[n 1]. Il revient sur la question lors de sa mise forcée à la retraite, en 1938. À des amis qui le pressaient de revenir vivre au Québec, il répond : « j'aime mieux vivre sous le régime large, humain, progressif de Roosevelt, que sous la férule moyenâgeuse de Duplessis! Quel attrait (sauf celui d'amitiés précieuses) peut-on concevoir à un Québec voué aux plus tyranniques et aux plus sottes intolérances, occupé à barrer d'obstacles toutes les avenues d'un meilleur avenir[10]? »

Atteint en 1943 d'un début de cécité, il finit par perdre complètement la vue. En 1944, il est opéré d'un cancer et entre dans une maison pour convalescents non loin de chez lui[11]. Il meurt le 17 janvier 1945 et est enterré à Brighton (Massachusetts).

Activité littéraire[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

Évolution[modifier | modifier le code]

Dantin publie épisodiquement des poèmes, une cinquantaine en tout, jusqu'à la fin de sa vie. En janvier 1898, il fonde, édite et met en page Le Petit Messager du Très Saint-Sacrement dans lequel il publie, à partir du mois d'avril, ses premiers poèmes sous le pseudonyme de Serge Usène (anagramme d'Eugène Seers). Ces premiers poèmes sont d'inspiration nettement religieuse : « Le pélican », « Deus absconditus », « Paysage », « Le nénuphar », « Les étoiles », « Ima summis », « Soleil d'hiver », « Mysterium fidei », « Le voile », « L'hostie du maléfice ». Sous sa direction, le tirage du Petit Messager sera de 3 000 exemplaires en 1898 pour monter graduellement à 20 000 en 1902[12].

Durant cette période, il est en contact fréquent avec Émile Nelligan, dont il commente les ébauches[n 2]. Ayant écrit un poème en compétition avec lui, « Les Déicides », il avoue avoir trouvé sa propre version tellement inférieure à celle de Nelligan qu'il l'a détruite[13].

De plus en plus intéressé par la littérature, il assiste à des séances publiques[n 3] de l'École littéraire de Montréal, notamment celle de 1899 où Émile Nelligan lit son poème « La romance du vin », qu'il considère comme le chef-d'œuvre du jeune poète.

En 1900, on note un tournant dans son inspiration. Il abandonne le sujet religieux pour se centrer sur son espace intérieur ou des événements de sa vie personnelle. En juin de cette année, il se joint aux collaborateurs du journal Les Débats et adopte le pseudonyme Louis Dantin. Le directeur du journal, Louvigny de Montigny, a raconté sa première rencontre avec Dantin :

« Nous étions si étonnés d’être importunés, au beau milieu d’une discussion entre collaborateurs, par l’arrivée de cet ecclésiastique que nous n’avions jamais vu, que notre première réaction fut de l’éconduire au plus tôt. Ce n’est que lorsqu’il m’eut fait part de son désir de collaborer à mon journal sous un pseudonyme que je m’engageais à garder secret que je l’invitai à s’asseoir. Et je n’eus qu’à me féliciter de cette remarquable recrue pour notre journal[14]. »

Il publie dans ce journal le poème « Âme-Univers » (10 juin 1900), qui décrit le chaos psychologique dans lequel il se trouve plongé à ce moment de sa vie. Ce poème est suivi de « Sympathie astrale » (1er juillet 1900) dans lequel il évoque un amour perdu. « Optimisme »paraît en (septembre 1900. Il y publie aussi des poèmes à contenu politique, tel « Retour de chasse. La guerre des Boers » (12 août 1900) et « Les Trente deniers » (30 septembre 1900)[15].

En août 1900, il publie Franges d'autel, un recueil comprenant les poèmes publiés dans Le Petit Messager ainsi que des poèmes d'Émile Nelligan (« Les communiantes », « La réponse du crucifix », « Communion pascale », « Les déicides » et « Petit vitrail »), Lucien Rénier, Arthur de Bussières, Albert Ferland, J.-B. Lagacé, Amédée Gélinas, Louis Fréchette et Louis Dantin (« Processions »), son nouveau pseudonyme. Dans cet ouvrage, d'une typographie soignée et qui est illustré dans le style art nouveau par Lagacé, « Poésie et sacré sont amalgamés : la démarche est consciente, systématique, sensationnaliste[16]. »

Par la suite, son changement d'inspiration poétique devient encore plus net et Dantin désigne volontiers ses poèmes comme des chansons. Celles-ci racontent un événement de sa vie ou un aspect de son évolution : Chanson javanaise (1930) est publié de façon anonyme et raconte un épisode douloureux de sa vie affective. La triste histoire de Li-Hung Fong (1930) est un long poème narratif relatant un amour contrarié par la xénophobie ambiante dans la ville de Beauharnois. Dantin l'a joint au recueil La Vie en rêve sous la rubrique des contes de Noël. Il publie également sans nom d'auteur Chanson citadine (1931). En 1932, Chanson intellectuelle dresse le bilan de son évolution. En 1938, il publie La Complainte du chômeur.

Ses derniers poèmes ne seront publiés qu'après sa mort, tant le traitement de l'érotisme y était contraire aux normes de l'époque, tels les poèmes « À une belle masseuse », « Stance païenne », « Litanie - symbole », publiés dans Poèmes d'Outre-Tombe (1962) et, plus encore, « Chanson - nature », publié dans Un Manuscrit retrouvé à Kor-El-Fantin (1963).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Comme le note un critique à propos de l'œuvre poétique : « Dantin aura été un poète tout à fait quelconque au temps de sa prêtrise, mais il deviendra un poète intéressant après avoir quitté la religion. [...] Sa veine deviendra populiste et les apocopes et aphérèses donneront à ses chansons une sorte de rythme de rap, remplaçant les sonnets forcés et les processions d’alexandrins[17]. ». Cette poésie en forme de chanson « exploite divers niveaux de langue, a les marques de l'oralité, a quelque chose de prosaïque tout en étant mélodieuse, naïvement scandée[18] ». Elle est dans la ligne de Jean Richepin, Jehan Rictus et Jean Narrache[19].

En intellectuel, Dantin ne se laisse pas aller de façon libre à son inspiration mais contrôle rigoureusement sa matière :

« Chaque pièce est composée, construite; il y a un plan, une ordonnance, qui règle la distribution des pensées et le rythme général. En second lieu, et c'est une des plus frappantes qualités de ces poèmes, une fois le sujet choisi et sa manière, le ton, le mètre, le rythme, les images, les mots, tout sera exactement ajusté à ce sujet et à cette manière, formant une œuvre profondément cohérente et une sous tous ses aspects[20]. »

Contes et roman[modifier | modifier le code]

Son premier conte s'intitule « Le Froment de Bethléem » (1889). Par la suite, il publie « Pauline » (22 juillet 1900)[21], « Rose-Anne – Nouvelle cacounaise » (19 août 1900)[22], « La locomotive » (novembre 1900), « Noël intime », (décembre 1900). Après une longue période sans écrire, il revient au conte avec « Tu tousses ? » (1921), « Le Noël de Caroline » (1921), « Sympathies » (1922), « Le risque » (1922), « La messe de Florent Létourneau. Conte de Noël » (1926), « Printemps. Nouvelle » (1927), « Cistus. Conte de Noël » (1928), « La comète. Conte de Noël » (1929), « Réri. Conte de Noël » (1931), « L’invitée. Conte de Noël » (1932), « Fantôme de Pâques. Conte » (1938), « L’aventure de Léon Millaud. Conte de Noël » (1938), « Le bonhomme Noël se rachète. Conte de Noël » (1939).

À partir de 1936, il commence à écrire un roman, Les enfances de Fanny, qui raconte l'histoire d'une femme noire, Fanny Lewis, et sa rencontre avec son double fictif, Donat Sylvain (anagramme de Louis Dantin). Leur histoire d'amour ne durera pas longtemps, car cette femme rencontrée en octobre 1922, mourra de cancer moins de deux ans plus tard. Dantin explique ainsi son projet : « J'ai entrepris une sorte de roman, Les enfances de Fanny, où j'étudie des âmes que j'ai observées, mais qui sans doute n'intéressent que moi[23]. » Il y travaillera jusque dans les dernières années de sa vie mais se refuse à le publier : « Ce livre ne verra jamais le jour ; il causerait un scandale. [...] Fanny, c'est une tranche de ma vie; c'est le souvenir d'une époque où j'étais complètement désemparé, où je quêtais de l'affection comme un pauvre demande du pain. J'ai bravé alors les conventions du monde, et aujourd'hui je ne rougis pas de cet attachement : un sentiment humain appartient à l'humanité. Fanny, c'est une dette de reconnaissance. En la payant, j'ai achevé de me dépouiller et de mettre mon cœur à nu[24]. »

Critique littéraire[modifier | modifier le code]

Page couverture intérieure du recueil Émile Nelligan et son œuvre

Évolution[modifier | modifier le code]

Entre 1901 et 1902, tout en restant à l'intérieur de sa communauté, il travaille à un article critique en sept tranches sur la poésie de Nelligan, article qui sera publié dans Les Débats entre le 17 août et le 28 septembre 1902. Cette étude, légèrement remaniée, servira de préface à Émile Nelligan et son œuvre (1903), ouvrage qui contient les poèmes d'Émile Nelligan. Il dispose pour ce faire des manuscrits de Nelligan que lui a confiés la mère du poète --interné depuis le mois d'août 1899. Dantin fait un tri dans cet amas de cahiers et en fait la révision linguistique. Il sollicite l'avis de Louvigny de Montigny et d'Olivar Asselin sur le choix des poèmes.

En 1902, il aide Louvigny de Montigny à réviser la pièce Boules de neige, qui gagnera le prix du théâtre des Nouveautés l'année suivante[25].

En 1903, il travaille à l'édition du livre Émile Nelligan et son œuvre, mais ne peut aller plus loin que la page 70, car il quitte Montréal le 25 février. Charles Gill terminera le travail d'édition et le recueil sera finalement publié aux éditions Beauchemin en 1904.

Il restera silencieux durant les premières années de cet exil volontaire. Il n'écrit pas une ligne au cours des cinq années qui suivent, mais se tient au courant de l'activité littéraire montréalaise grâce à son abonnement au journal La Presse.

En 1909, il reprend contact avec le milieu littéraire montréalais par une première lettre adressée à Germain Beaulieu. Son attention a en effet été attirée par l'annonce de la création d'une nouvelle revue, Le Terroir, dans laquelle paraissent quelques poèmes de Nelligan. Ce sera le début d'une correspondance avec Beaulieu qui durera toute sa vie.

Jules Fournier retient plusieurs de ses poèmes dans son Anthologie des Poètes (1920); il évoque la magistrale préface de l'œuvre de Nelligan et présente ainsi son auteur : « Nom imaginaire d'une personnalité qui veut rester mystérieuse... ses aventures ont été surtout intellectuelles et n'ont guère eu d'autres témoins que son âme et sa conscience... Il avait pour les lettres une vocation bien déterminée qu'il n'a pu poursuivre... ».

De 1920 à 1942, il publie des essais critiques, notamment dans la Revue moderne de Madeleine et dans L'Avenir du Nord. Durant cette période, il est le critique littéraire le plus influent du Québec après Camille Roy. Dantin fait découvrir des poètes comme Alfred Desrochers et Paul Morin. De 1938 à 1944, il publie dans le journal Le Jour près de 160 articles sur le livre américain[26].

Principes critiques[modifier | modifier le code]

Dans ses essais critiques, Dantin défend l'idée de l'existence d'une littérature canadienne-française contre ceux qui la nient, notamment Jules Fournier. Toutefois, « il ne se faisait pas d'illusions sur la valeur de cette littérature, mais il estimait que la nier serait la desservir dangereusement[27]. » Il prend position contre ceux qui prônent une littérature étroitement régionaliste dans son inspiration : « Pour lui, la littérature régionaliste n'était qu'une province de la littérature et il rappelle que la littérature « avant d'être l'expression d'une race est l'expression de l'âme humaine »[28]. » Il combat également ceux qui, comme Harry Bernard et Albert Pelletier, veulent intégrer du vocabulaire spécifiquement canadien dans leurs œuvres : « En principe, j'estime que cet argot, sauf des cas très rares, ne mérite pas qu'on l'imprime : c'est bien assez de l'entendre chaque jour sans avoir à le lire[29]! » En revanche, il admirait l'usage adroit et justifié des régionalismes dans les œuvres de Louis Hémon, Ringuet et Léo-Paul Desrosiers[30].

Dantin aborde la critique avec une grande réceptivité d'esprit : « Non seulement il faut juger les œuvres avec une largeur sympathique; il faut les replacer dans leur milieu, dans leur époque, et les juger aux normes de leur temps[31]. » La première question à poser à une œuvre est de découvrir ce que l'auteur a voulu faire, et, à partir de là, examiner et évaluer le résultat. Comme le note un spécialiste de son œuvre critique :

« Pour lui, tout sujet, pourvu qu'il ait quelque intérêt et une certaine originalité, pouvait devenir la matière d'une œuvre littéraire. La qualité fondamentale qu'il réclame, c'est la vérité, cette vérité qui porte des noms divers selon les genres : justesse, impartialité, vraisemblance, exactitude, authenticité, sincérité[32]. »

Loin de chercher à se faire valoir lui-même à travers ses critiques, il cherchait à faire valoir l'œuvre, tout en suggérant à l'auteur des moyens de s'améliorer.

Correspondance[modifier | modifier le code]

Dantin entretient une importante correspondance avec de jeunes écrivains qui le consultent et dont il commente très honnêtement les textes. Il ne se contente pas de critiquer, mais fournit aussi des pistes pour l'amélioration des poèmes et textes divers qui lui sont soumis. Il donne ainsi des conseils à Germain Beaulieu, Alphone Beauregard, Robert Choquette, Rosaire Dion, Alfred DesRochers. Il conseille aussi, mais dans une moindre mesure, Éva Sénécal, Simone Routier, Jean Bruchési, Georges Bugnet, Marie Retté, Jovette Bernier, Alice Lemieux, Berthe Guertin, Jeanne Grisé et Amédée Girouard[33]. Yves Garon a qualifié ces échanges par correspondance de « critique intime » parce qu'ils restent dans la sphère privée par opposition à la critique publiée dans les journaux et revues. Cette correspondance est considérable, comme on le voit par la liste suivante :

Il écrit aussi à sa sœur Berthe Laurendeau et surtout à son fils Adéodat, à partir de 1924, quand celui-ci est allé vivre à Washington. Une partie de cette correspondance a été publiée par Gabriel Nadeau sous le titre Les sentiments d'un père affectueux (1963).

Positions politiques[modifier | modifier le code]

Lettre de Louis Dantin à Germain Beaulieu du 6 avril 1920.

Dantin a pris position contre les injustices sociales et « ses sympathies sont du côté des pauvres et des intellectuels, de ceux qui sont sincères et ont le sens critique[34] ». Dans une lettre de 1920 à Germain Beaulieu, il dénonce le pouvoir aux États-Unis qui « déporte les radicaux comme aurait pu le faire une Russie quelconque et refuse à des socialistes dûment élus par le peuple le droit de siéger dans ses Congrès ». Dans les années 1930, il admire « le régime large, humain, progressif de Roosevelt » (voir ci-dessus). Dans ses articles de critique littéraire, il donne libre cours à ses opinions progressistes, se disant d'accord avec la doctrine socialiste visant au « maximum de bien-être pour le plus grand nombre, atteint par la coopération étroite de tous[35] »

En 1938, il publie la « Complainte du chômeur », poème de quelque 170 vers de forme libre, dans lequel il se range au côté de tous les ouvriers qui ont perdu leur emploi[36]. L'année suivante, il essaie d'obtenir de son ami le sénateur Jules-Edouard Prévost des renseignements sur la situation des chômeurs au Canada.

Il est pour l'égalité raciale, s'intéresse au jazz et va l'écouter dans les bars de Boston dès ses débuts. Il ne craint pas, dans les années 1920, de fréquenter une femme noire alors que les relations interraciales étaient très mal vues à cette époque. Il écrira Chanson javanaise et le roman Fanny en hommage à cette femme.

En 1933, il s'inquiète de la montée du fascisme en Allemagne nazie et appuie le sénateur Raoul Dandurand qui s'était élevé contre les actions d'un groupe canadien favorable au nazisme : « la lettre du sénateur Dandurand aux Jeune-Canada expose et dénonce admirablement l'étroitesse du geste de ces fanatiques en herbe, au sujet des événements d'Allemagne, et pose la « question juive» sur le seul terrain où des hommes conscients de la fraternité humaine, et des chrétiens, puissent la placer[37]. »

Pseudonymes[modifier | modifier le code]

Dantin a utilisé divers pseudonymes, dans une volonté constante de franciser son nom. Lorsqu'il devient secrétaire de sa congrégation à Paris en 1887 et rédacteur de la revue Le Très Saint-Sacrement, il signe ses articles sous le nom de Eugène Voyant, traduction de son patronyme Seers.

À Montréal, il signe ses poèmes religieux de la période 1898-1899 sous le nom de Serge Usène (anagramme d'Eugène Seers). Ce n'est qu'en 1900, lorsqu'il s'engage résolument dans la littérature profane, qu'il adopte le pseudonyme Louis Dantin. Désormais, il utilisera ce nom tout le reste de sa vie pour signer la presque totalité de ses textes publiés. Les seules exceptions sont Lucien Danet[38] et Louis Danet[39], utilisés chacun une seule fois. Il n'a pas signé les longs poèmes Chanson javanaise – Journal d’un Canadien errant (1930), Chanson citadine (1931) et Chanson intellectuelle (1932), qu'il a fait publier à faible tirage pour distribuer à ses amis. Plus tard, il imaginera le pseudonyme Saint-Linoud (anagramme de Louis Dantin) pour signer le poème Chanson-Nature qui n'a pas été publié de son vivant et qui était encore considéré comme très osé lors de sa publication en 1963.

Il est à noter que l'usage de pseudonymes était une pratique courante dans les milieux littéraires de l'époque, où écrivains et journalistes l’utilisaient pour éviter la censure[40]. Germain Beaulieu en a utilisé 20, E.-Z. Massicotte 29 et Mgr Olivier Maurault 74[41]. Quant à Olivar Asselin, « il s'amusait à se dissimuler successivement en Brutus, Cambronne, Jules Vernier, King-Fou-Tcheou, Charles Dupré, Narcisse Meunier, Oncle Anthime, Julien Saint-Michel, Louis de Varennes, Xaintrailles, etc.[42]. »

Controverse[modifier | modifier le code]

Dans Le naufragé du Vaisseau d'or (2013), Yvette Francoli développe l'hypothèse selon laquelle Louis Dantin serait le véritable auteur de l'œuvre achevée d'Émile Nelligan. Cette hypothèse avait déjà été avancée par Claude-Henri Grignon en 1938 dans les Pamphlets de Valdombre (no 4, mars 1938, p. 174). Lorsqu'il est mis au courant par Germain Beaulieu, Dantin rejette cette supposition comme une « fielleuse canaillerie » et, après avoir relu tout l'œuvre de Nelligan, affirme avoir fait, en tant qu'éditeur des poèmes, tout au plus une douzaine de retouches pour l'ensemble du volume « n’affectant jamais à la fois plus d’un mot ou un vers, et, sauf trois ou quatre peut-être, ne concernant que des erreurs ou des gaucheries grammaticales[43] ». Il ajoute :

« Ainsi, Nelligan signait mes poèmes, étant fou et croyant qu’ils étaient de lui : Croyez-vous vraiment, cher ami, qu’il soit utile de relever une « insanité » pareille! J’ai tenu dans mes mains les cahiers originaux de Nelligan, écrits avant qu’il m’eût jamais connu — ces cahiers doivent être encore en possession de sa famille et formeraient la preuve surabondante qu’il en est bien l’auteur[44]. »

En fait, dès la Préface au recueil de poèmes de Nelligan, Dantin se montrait critique envers le jeune poète, en considérant son œuvre poétique comme « une ébauche de génie » et en soulignant ce qu'il voyait comme des défauts. Ainsi que le fait remarquer François Hébert, « [l]’agacement de Dantin devant les excès et naïvetés de son protégé [...] n’a peut-être pas été assez souligné[45].» Leur inspiration est très différente aussi : « Avons-nous pris la peine de lire ses poèmes composés en même temps que ceux de Nelligan ? Ce sont surtout des sonnets de facture moins symboliste que platement allégorique et prenant pour thème l’Eucharistie[46]. » En outre, « Sa poésie ne flatte pas l'oreille comme celle d'un Nelligan ou d'un Verlaine, loin s'en faut[18]. »

Dans un long article paru en 2016, Hayward et Vandendorpe passent au crible les arguments de Francoli et déconstruisent son « fragile échafaudage », tout en soulignant les différences d'inspiration et de technique poétique entre les deux poètes[47].

Archives[modifier | modifier le code]

Divers écrits ont été publiés à titre posthume en 1951, 1963 et 2002.

Sa première biographie, Louis Dantin : Sa vie et son œuvre (1948), est due au docteur Gabriel Nadeau. Les échanges de ce dernier avec Dantin ont commencé en 1933[48] et se sont poursuivis jusqu'à la fin. Il a été le légataire de son importante correspondance, tandis que Rosaire Dion-Lévesque a reçu son œuvre littéraire posthume, notamment le roman semi-autobiographique Les enfances de Fanny.

Le fonds d'archives de Louis Dantin est conservé au centre d'archives de la BAnQ[49]. Toutefois, les documents les plus importants, notamment sa correspondance, se trouvent dans le Fonds Gabriel Nadeau[50].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poèmes, contes, essais, roman[modifier | modifier le code]

  • 1900 : Franges d'autel. Poésies de Serge Usène, Émile Nelligan, Lucien Renier, Arthur de Bussières, Albert Ferland, J.-B. Lagacé, Amédée Gélinas, Louis Dantin, etc. (En ligne)
  • 1928 : Poètes de l'Amérique française, Montréal : Louis Carrier & cie les Éditions du Mercure
  • 1930 : La Vie en rêve, Montréal : Librairie d'Action canadienne-française, Récits et nouvelles En ligne
  • 1930 : Chanson javanaise, éditeur : Samarang Java
  • 1930 : Le Mouvement littéraire dans les Cantons de l'Est
  • 1931 / 1935: Gloses critiques, Montréal : Éditions A. Lévesque, 1931-1935. (Tome 1 et Tome 2)
  • 1932 : Le Coffret de Crusoé, éditeur : Montréal : Éditions Albert Lévesque. Librairie d'Action canadienne-française ltée. (En ligne)
  • 1932 : Chanson intellectuelle, éditeur : Québec
  • 1936 : Contes de Noël, Montréal : Éditions Albert Lévesque En ligne
  • 1936 : L'Invitée, Conte de Noël, Montréal : ACF En ligne
  • 1937 : Je me souviens, Montréal : Beauchemin
  • 1951 : Les Enfances de Fanny, Montréal : les Éditions Chanteclerc. (En ligne)
  • 1962 : Poèmes d'outre-tombe, éditeur : Trois-Rivières : Éditions du Bien public (En ligne)
  • 1963 : Un Manuscrit retrouvé à Kor-El-Fantin (Chanson-Nature de Saint-Linoud), Eleuthéropolis, Trois-Rivières : les Presses idéales, « Les Cahiers de Louis Dantin ».
  • 2000 : L'Abîme hospitalier, Trois-Rivières : Écrits des Forges - (ISBN 2-89046-591-8)
  • 2002 : Essais critiques, Montréal : Presses de l'Université de Montréal, Bibliothèque du nouveau monde , 2 volumes (ISBN 2-7606-1805-6 et 2-7606-1846-3)

Préfaces[modifier | modifier le code]

  • 1903 - 1904 : Préface de Émile Nelligan et son œuvre, Montréal, Beauchemin (En ligne)
  • 1929 : Préface à l'ouvrage d'Alice Jovette-Bernier, Tout n'est pas dit, Montréal : Éditions Édouard Garand
  • 1935 : Préface à l'ouvrage de Jean Charbonneau L'École littéraire de Montréal : ses origines, ses animateurs, ses influences, Montréal : Éditions Albert Lévesque

Correspondance[modifier | modifier le code]

  • 2014 Pierre Hébert, Patricia Godbout et Richard Giguère, La correspondance entre Louis Dantin et Alfred DesRochers : Une émulation littéraire (1928-1939), Montréal, Fides,
  • 1963 : Les Sentiments d'un père affectueux. Lettres de Louis Dantin à son fils, Trois-Rivières : les Éditions du Bien public

Rééditions[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Contes et nouvelles («Printemps», «Rose-Anne», «Sympathies», «Le risque», «La locomotive», «Tu tousses?», «Cistus», «La messe de Florent Létourneau», «La comète», «Le Noël de Caroline», «L’invitée»). La Bibliothèque électronique du Québec. 256 p. (En ligne).
  • 2003 : La triste histoire de Li-Hung Fong et autres poèmes, Montréal : Les Herbes rouges (ISBN 2-89419-221-5). Contient aussi « Chanson - nature », « Stance païenne », « La complainte du chômeur », « Chanson intellectuelle », « Chanson javanaise », « Noël intime », « L'Hostie du maléfice », « Le nénuphar » et « Optimisme ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ces démarches ont lieu en 1929, quand son emploi à Harvard lui rapportait 42 $ par semaine. (Nadeau 1948, p. 200).
  2. Dantin est resté très attaché au poète, pour lequel il avait éprouvé une amitié profonde : « La folie de Nelligan frappa Dantin comme un deuil personnel (Nadeau 1948, p. 237) ». Dans les derniers mois de sa vie, alors qu'il est cloué au lit par le cancer, des images du passé surgissent comme des hallucinations : « À deux ou trois reprises, il a revu Nelligan, le cher Nelligan. Il était là, près de lui; il aurait pu le toucher (Nadeau 1948, p. 248) »
  3. Dantin n'était pas membre de cette École, mais assistait aux séances publiques. C'est ainsi qu'il se lie d'amitié avec Germain Beaulieu. Voir Nadeau 1948, p. 238.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Garon 1968, p. 14
  2. Garon 1968, p. 15
  3. P. Hébert 2014, p. 20-21
  4. Ainsi que la fille de Clotilde, Mary-Eugénie Lamarre, qui serait née en 1902. P. Hébert 2014, p. 25
  5. P. Hébert 2014, p. 26 et Hayward 2013, p. 19
  6. Nadeau 1948, p. 249.
  7. Nadeau 1948, p. 208.
  8. Correspondance I, p. 270.
  9. Correspondance I, p. 358.
  10. Nadeau 1948, p. 209
  11. Garon 1968, p. 17.
  12. Francoli 2013, p. 139
  13. Hayward-Vandendorpe 2016, p. 311.
  14. Lacourcière 1966, p. 46.
  15. Ces textes publiés dans Les Débats sont en ligne
  16. F. Hébert 2007, p. 47.
  17. Hébert 2007, p. 65-66
  18. a et b Hébert 2003, p. 13
  19. Hébert 2003, p. 14
  20. Garon 1968, p. 13.
  21. Les Débats, p. 5.
  22. Les Débats, p. 2.
  23. Nadeau 1948, p. 205.
  24. Nadeau 1948, p. 234 et 191.
  25. Nadeau 1972, p. 2135
  26. Garon 1962, p. 17.
  27. Garon 1968, p. 8.
  28. Garon 1968, p. 9.
  29. Un homme et son péché par Claude-Henri Grignon, L'Avenir du Nord, 17 mai 1935. Repris dans Gloses critiques, p. 134.
  30. Garon 1968, p. 10.
  31. Garon 1968, p. 22..
  32. Garon 1968, p. 11.
  33. Garon 1962, p. 27-28.
  34. Hébert 2007, p. 64.
  35. Gloses critiques, p. 63
  36. Le Jour, 16 avril 1938. Repris dans Poèmes d'Outre-tombe, p. 50-55.
  37. Essais critiques, II, p. 647.
  38. « Bienvenue à La Semaine », 24 juillet 1909, p. 3.
  39. « Pour des cheveux », La Revue moderne, vol. 9, no 12, 15 octobre 1928, p. 12. Ce long poème érotique est repris dans Le coffret de Crusoé, p. 132-136, où il est signé Louis Dantin.
  40. Hébert 1997
  41. Vinet 1974
  42. Pelletier-Baillargeon, p. 174
  43. Lettres du 18 et du 22 avril 1938. Fonds Gabriel Nadeau. BAnQ.
  44. Lettre du 18 avril 1938. Fonds Gabriel Nadeau. BAnQ.
  45. Hébert 2007, p. 62
  46. Hébert 2007, p. 41
  47. Hayward-Vandendorpe 2016.
  48. Nadeau 1948, p. 2341.
  49. Fonds Louis Dantin (MSS108) BAnQ.
  50. Fonds Gabriel Nadeau

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yvette Francoli, Le naufragé du Vaisseau d'or : Les vies secrètes de Louis Dantin, Montréal, Del Busso éditeur,
  • Placide Gaboury, Louis Dantin et la critique d'identification, Montréal, Hurtubise HMH,
  • Yves Garon, « Louis Dantin et « la critique intime » », Revue de l'Université Laval, no XVI, 5-6,‎
  • Yves Garon, « Louis Dantin, précurseur et frère d’Émile Nelligan », dans Nelligan. Poésie rêvée, poésie vécue. Colloque Nelligan, Montréal, Le Cercle du livre de France,
  • Yves Garon, Louis Dantin : Textes choisis et présentés, Montréal, Fides, coll. « Classiques canadiens »,
  • Annette Hayward, « Louis Dantin et l'écriture autobiographique », Voix et images,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  • Annette Hayward et C. Vandendorpe, « Dantin et Nelligan au piège de la fiction : Le naufragé du Vaisseau d'or d'Yvette Francoli », @nalyses,‎ printemps-été 2016, p. 232-327 (ISSN 1715-9261, lire en ligne)
  • François Hébert, Dans le noir du poème : Les aléas de la transcendance, Montréal, Fides,
  • François Hébert, « Un mystique sensualiste et un rebelle épris d'ordre », dans La triste histoire de Li-Hung Fong, Montréal, Les Herbes rouges, , p. 7-17
  • Pierre Hébert, Patricia Godbout et Richard Giguère, La correspondance entre Louis Dantin et Alfred DesRochers : Une émulation littéraire, Paris, Fides, (ISBN 9782762135381)
  • Luc Lacourcière, « À la recherche de Nelligan », dans Nelligan. Poésie rêvée, poésie vécue, Montréal, Le Cercle du livre de France, , p. 23-54
  • Gabriel Nadeau, Louis Dantin : Sa vie et son œuvre, Manchester, Éditions Lafayette,
  • Gabriel Nadeau, « Le docteur Ernest Choquette et Nelligan I », L'Union médicale du Canada, vol. 101, 2130-2142,‎
  • Paul Wyczynski, Émile Nelligan 1879-1941 : Biographie, Montréal, Fides, , 635 p. (ISBN 9782762113822)
  • Dossier Louis Dantin sous la direction de Jean Morency, Voix et images, Volume 38, numéro 2 (113), hiver 2013, p. 7-156.
  • Dossier dans Bulletin de la bibliothèque nationale du Québec, février 1976.

Liens externes[modifier | modifier le code]