Hector de Saint-Denys Garneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint-Denys Garneau)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garneau.
Hector de Saint-Denys Garneau
Description de cette image, également commentée ci-après

Hector de Saint-Denys Garneau

Naissance
Montréal, Drapeau : Québec Québec
Décès (à 31 ans)
Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, Drapeau : Québec Québec
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Regards et Jeux dans l'espace (1937)

Hector de Saint-Denys Garneau (Montréal, - Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, ) est un poète et écrivain québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Montréal, issu d'une famille aisée, Garneau grandit dans un milieu cultivé — il est l'arrière-petit-fils de François-Xavier Garneau et le petit-fils d'Alfred Garneau. Il est le fils de Paul Garneau, comptable, et d'Hermine Prévost[1]. Il passera une partie de son enfance au manoir de sa famille à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, le manoir Juchereau-Duchesnay, en compagnie de sa cousine Anne Hébert.

Il s'établit à Westmount, à Montréal, avec ses parents en 1923. La même année, il entreprend ses études classiques, qu'il poursuivra dans différentes institutions montréalaises (Collège Sainte-Marie, Collège Loyola et Collège Jean-de-Brébeuf) tout en suivant des cours de peinture au Collège des beaux-arts ; des problèmes de santé l'obligeront cependant à interrompre ses études en 1934[2].

En effet, à l’âge de 16 ans, il a contracté une fièvre rhumatismale causant des complications cardiaques. Quelques années plus tard, les médecins lui découvrent une lésion au cœur. Sa perception du monde change brutalement alors qu’il prend conscience de la fragilité de sa vie. Contraint d’interrompre définitivement ses études en philosophie, le jeune homme plonge dans l’abattement [3].

En 1934, il fonde la revue "La Relève" avec Robert Charbonneau, Robert Élie et Paul Beaulieu. Il correspond également avec son ami André Laurendeau. Il n'a publié qu'un seul recueil de poèmes : Regards et Jeux dans l'espace, en 1937, marquant un tournant dans la littérature québécoise, qui se bornait alors à une pâle imitation de la littérature française. Toutefois, ce recueil ne reçoit d'abord qu'un accueil mitigé, un dur coup pour l'auteur qui en retire les copies de la circulation. Il sera reconnu plus tard, après sa mort, comme un précurseur de la modernité littéraire québécoise, retournant à l'intériorité et délaissant les thèmes nationaux.

Il meurt à l'âge de 31 ans, dans la région de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, au nord de Québec, où il habitait, dans des circonstances considérées comme énigmatiques. On admet toutefois que son décès serait dû à une crise cardiaque survenue pendant une promenade en canot. Il faisait alors escale sur la terre de Joseph-Louis Boucher pour tenter de surmonter un épuisement[2],[3].

Le fonds d'archives d'Hector de Saint-Denys-Garneau est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[4].

Poésie et écriture[modifier | modifier le code]

Regards et jeux dans l'espace, composé de 28 poèmes, paraît en 1937 et est le seul recueil paru du vivant de Saint-Denys Garneau, mais ce dernier fait également paraître des textes dans les revues La Relève, Les Idées, Le Canada et L'Action nationale. Il tient aussi un journal entre 1927 et 1939[5], aujourd'hui publié[6]. Il écrit en vers libres, ce qui en fait sourciller plus d'un dans le milieu littéraire québécois de l'époque[7]. Les thèmes abordés par ses poèmes sont la douleur, la spiritualité, la nature, l'intériorité, l'identité, le mouvement, le temps et l'espace, entre autres[5]. Le regard et la contemplation font également partie intégrante de l'esthétique de Garneau, en raison des liens étroits que son œuvre entretient avec le pictural. La mélancolie est présente dans la plupart de ses textes à travers la déception causée par la trahison du réel et de l'imminence de la mort.

John Glassco a traduit en anglais les poèmes de Saint-Denys Garneau (Complete poems of Saint Denys Garneau, Ottawa, 1975) et Luis Vicente de Aguinaga (es) les a traduits en espagnol (Todos y cada uno. Poemas, Guadalajara, 2007).

Œuvre picturale[modifier | modifier le code]

Hector de Saint-Denys Garneau a aussi produit une cinquantaine d'huiles sur toile, quelques portraits, mais surtout des paysages représentant la forêt, la campagne ou la ville. La plupart d'entre elles auraient été réalisées entre 1931 et 1937. Ces œuvres jettent un éclairage particulier sur ses poèmes, et inversement. D'après ses lettres, son activité de peintre occupait une grande partie de sa vie intellectuelle et créatrice; il n'a exposé que trois fois de son vivant[8].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://www.saintdenysgarneau.com/biographie/
  2. a et b (fr) "Hector de Saint-Denys Garneau" dans Écrivains et écrivaines du Canada, une étude des manuscrits, des copies dactylographiées, de la correspondance, des journaux et des carnets de notes à Bibliothèque et Archives Canada
  3. a et b Biographie détaillée
  4. Fonds Hector de Saint-Denys-Garneau (MSS200) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  5. a et b Lagacé, Martin. "Saint-Denys Garneau : l'art et l'être". Thèse déposée à l'Université Laval. 2013.
  6. http://agora.qc.ca/thematiques/mort/dossiers/de_saint_denys_garneau_hector
  7. http://www.lapresse.ca/arts/livres/biographies-recits-essais/201509/25/01-4903953-de-saint-denys-garneau-de-gris-en-plus-noir.php
  8. http://www.saintdenysgarneau.com/peinture/

Liens externes[modifier | modifier le code]

 • WorldCat