Carol Dunlop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Dunlop (homonymie)
Carol Dunlop
Defaut.svg
Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 36 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint

Carol Dunlop (née à Quincy, Massachusetts, en 1946, et morte le à Paris) est une écrivaine, traductrice, photographe et militante politique canadienne. Elle fut la dernière compagne de Julio Cortázar.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carol est la fille de Daniel Dunlop et Jean Ayers. Elle se marie en juillet 1967 avec l'écrivain et poète canadien François Hébert, avec lequel elle a un fils, Stéphane (né en 1968). Le couple s'installe à Aix-en-Provence de 1967 à 1972, puis à Montréal (Québec)[1].

En 1976, elle se sépare de François Hébert et s'installe avec le poète Michel Beaulieu, toujours à Montréal. Au cours de la Rencontre québécoise internationale, Hébert et Jean-Guy Pilon invitent Julio Cortázar à donner une conférence : c'est là qu'il rencontre Carol qui le rejoint à Paris quelque temps plus tard. Après une mystérieuse coïncidence, une rencontre fortuite dans le Marais, ils décident de vivre ensemble. Ils se marient à Paris, et s'installent rue Martel dans l'appartement où habite l'écrivain[2].

Carol Dunlop a participé, avec ou sans Cortázar, à de nombreuses manifestations en faveur des résistants à l'oppression politique et liberticide, au Nicaragua, en Pologne, au Chili, notamment, réalisant de nombreux reportages photographiques.

Tombe de Carol Dunlop et Julio Cortázar au cimetière du Montparnasse.

Le 2 novembre 1982, après un surprenant[3] « road trip » à bord d'un combi Volkswagen rouge en compagnie de Cortázar le long de l'autoroute du Sud — qui donnera lieu à un journal de voyage illustré et décalé, Les Autonautes de la cosmoroute —, Carol meurt brutalement à Paris, des suites d'une forme de leucémie. Elle est enterrée au cimetière du Montparnasse : la dépouille de Cortázar l'y rejoindra en 1984.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Avec Julio Cortázar, Les Autonautes de la cosmoroute. Voyage intemporel Paris-Marseille, Gallimard, 1982
  • Mélanie dans le miroir, roman, 1980
  • La Solitude inachevée, roman, 1976
  • (es) Avec Julio Cortázar & Silvia Monrós-Stojaković, Correspondencia (1980-1983), Alpha Decay, Barcelona, 2009

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Sources François Hébert (correspondance privée).
  2. D'après le témoignage de Fernando Gaspar.
  3. Selon la critique du New York Times du 20 janvier 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]