Fille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'être humain pré-pubère de sexe féminin. Pour le lien de parenté, voir Fille (parenté).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Fille et Jeune Femme (film).
Page d'aide sur les redirections « Petite fille » redirige ici. Pour les autres significations, voir Petite fille (homonymie).
Trois jeunes filles, par Doris Ulmann

Une fille est un mot polysémique désignant un être humain de sexe féminin prépubère.

Biologie[modifier | modifier le code]

Portrait d'une fille de huit ans

Différences comportementales[modifier | modifier le code]

Dans l'imaginaire collectif, les filles sont réputées moins violentes que les garçons, plus attirées par les histoires d'amour, etc.[non neutre]

Plusieurs études scientifiques ont mis en évidence l'influence des hormones prénatales sur le comportement et les centres d'intérêts de l'adulte. Il y a une corrélation entre le taux de testostérone reçu durant la période intra-utérine et les préférences de jeu, les centres d'intérêts et l'occupation professionnelle exercée une fois adulte; les femmes ayant été davantage exposées à la testostérone ont ainsi un intérêt plus développé pour le travail avec les objets qu'avec les gens, et les variations au sein de leurs préférences reflète les variations d'exposition à la testostérone. [1],[2],[3].

Ces différences sont également dues en partie à l'environnement en sein duquel les filles grandissent et qui peut aussi influer sur les choix et les goûts ultérieurs[4],[5]. C'est ce genre de biais éducatif que dénonce Simone de Beauvoir dans sa célèbre phrase « On ne naît pas femme : on le devient[6]. » Selon une idée répandue, ces différences comportementales seraient notamment causées par les offres distinctes (segmentation marketing) de jouets[7], de services[4] et de couleurs (les filles et le genre féminin en général sont assimilées à la couleur en rose[8]). Hors, la façon dont l'entreprise Lego s'est efforcée de créer des jeux de construction susceptibles de plaire aux filles montre que c'est au contraire le marketing qui tente de s'adapter aux préférences des enfants: après avoir connu une succession d'échecs pendant des décennies, c'est finalement en conduisant une grande étude ethnographique et marketing auprès d'enfants que Lego a pu discerner des différences comportementales dans la façon de jouer des garçons et des filles, et ainsi créer une gamme de jouets qui a rencontré le succès auprès de ces dernières.[9]

Significations et appellations[modifier | modifier le code]

Civilité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : mademoiselle.

Dans plusieurs langues européenne, il existe un terme spécifique destiné à appeler les jeunes filles : « mademoiselle » en français, « Fräulein » en allemand, « Miss » en anglais... Ces termes tendent à disparaître, contestés pour leur caractère sexiste et discriminatoire[réf. nécessaire].

Littérature et œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

La jeune fille est une figure chez certains auteurs comme Proust, Baudelaire, Montherlant ou encore Nabokov qui la représente avec ambiguïté (entre l'angélisme, la naïveté et/ou l'innocence, et l'ingénue perverse - cf. Lolita). Mais elle joue souvent un rôle naïf dans les contes de fée.

Les filles peuvent parcourir des voyages initiatiques (Alice au pays des merveilles), mais le combat a peu de chances de faire partie des épreuves, contrairement aux voyages des garçons.

La représentation d'une fille prépubère comme sexuée apparaît avec le type de la nymphette de Viadimir Nabokov dans son roman Lolita.

Dans la plupart des œuvres de fiction, les bienséances ont longtemps fait des filles des personnes incapables de se défendre. Dans les années 1960, les comics proposaient des héroïnes filles, mais elles ne devaient pas se battre physiquement (leurs pouvoirs leur permettant de se battre à distance, à l'image de Jean Grey et la fille invisible). Plus récemment, les filles se sont mises à se battre physiquement.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Adriene M. Beltz, Jane L. Swanson et Sheri A. Berenbaum, « Gendered Occupational Interests: Prenatal Androgen Effects on Psychological Orientation to Things Versus People », Hormones and behavior, vol. 60, no 4,‎ , p. 313–317 (ISSN 0018-506X, PMID 21689657, PMCID PMC3166361, DOI 10.1016/j.yhbeh.2011.06.002, lire en ligne)
  2. Melissa Hines, « Prenatal testosterone and gender-related behaviour », European Journal of Endocrinology, vol. 155 Suppl 1,‎ , S115–121 (ISSN 0804-4643, PMID 17074984, DOI 10.1530/eje.1.02236, lire en ligne)
  3. (en) « Prenatal Exposure to Male Hormones Can Impact Girls' Interests », psychcentral.com,‎ (lire en ligne)
  4. a et b « Lutter contre les stéréotypes filles-garçons », sur strategie.gouv.fr, (consulté le 19 janvier 2017)
  5. Gianini Belotti, Elena., Du côté des petites filles, Editions des Femmes/Antoinette Fouque (ISBN 9782721004499, OCLC 36330298, lire en ligne)
  6. Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, vol. II : L'expérience vécue, Gallimard, coll. « NRF essais », , Folio (ISBN 9782070205141, OCLC 489616596, lire en ligne), chap. 1 (« Enfance »), p. 13
  7. Bruno Girveau et Dorothée Charles, Des jouets et des hommes, RMN-Grand Palais, , 352 p. (ISBN 9782711857951, OCLC 780259033, lire en ligne), p. 65
  8. Annie Llorca et Jean-Michel Grunberg, Gérer une marque enfants, Eyrolles, (ISBN 9782212545388, OCLC 690800463, lire en ligne)
  9. (en) Johnny Davis, « How Lego clicked: the brand that reinvented itself | Johnny Davis », sur the Guardian, (consulté le 7 avril 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :