Fethi Haddaoui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fethi Haddaoui
فتحي الهداوي
Description de cette image, également commentée ci-après
Fethi Haddaoui en couverture de Tunivisions, en octobre 2013.
Naissance (59 ans)
Tunis, Tunisie
Nationalité tunisienne
Profession Acteur
Réalisateur
Scénariste
Producteur
Films notables Les Sabots en or
Halfaouine, l'enfant des terrasses
Séries notables Ghada
Gamret Sidi Mahrous
Sayd Errim
Pour les beaux yeux de Catherine
Omar
Naouret El Hawa
Awled Moufida

Fethi Haddaoui (arabe : فتحي الهداوي), né le à Tunis, est un acteur, réalisateur, scénariste et producteur tunisien.

Acteur principal dans plusieurs pièces de théâtre, dont Arab et El Aouada, il est aussi une personnalité de la télévision grâce à sa participation à plusieurs feuilletons et séries, aussi bien en Tunisie qu'en Syrie, en Jordanie, au Maroc, en Turquie, aux Émirats arabes unis, au Liban, en Italie et en France. Au cinéma, il joue dans plusieurs films européens sous la direction de réalisateurs comme Franco Rossi, Serge Moati, Peter Kassovitz et Gianfranco Pannone (en).

Haddaoui remporte de nombreuses récompenses au cours de sa carrière, notamment celles de meilleur second rôle masculin pour ses rôles dans No Man's Love et Noce d'été aux Journées cinématographiques de Carthage, de meilleure interprétation masculine au Festival international du film arabe d'Oran et de meilleur réalisateur au Festival des radios et télévisions arabes pour La Cité du savoir.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Fethi Haddaoui débute très tôt dans le théâtre. Au lycée Ibn-Charaf et sous la direction de son professeur Hammadi Mezzi, il fait ses premiers pas sur scène dans le cadre du théâtre scolaire en interprétant des pièces classiques comme J'ai juré la victoire du Soleil et Nâzım Hikmet[1].

Il intègre ensuite le théâtre amateur et s'inscrit à l'Institut supérieur d'art dramatique de Tunis, où il obtient son diplôme en 1986[1],[2]. Il se lance alors dans une carrière d'acteur[3].

Années 1980[modifier | modifier le code]

Vers la fin des années 1970, Fethi Haddaoui entame une carrière professionnelle au sein de la troupe du Théâtre triangulaire sous la direction de Habib Chebil, avant de rejoindre en 1985 le collectif du Nouveau Théâtre[4]. Il est alors l'acteur principal de pièces comme Arab et El Aouada[4]. Il joue également dans le film Arab de Jaïbi et Jaziri sorti en 1988 et adapté de la pièce de théâtre éponyme.

En parallèle, Fethi Haddaoui tourne dans Les Sabots en or de Nouri Bouzid sorti en 1988. Il participe également à des œuvres étrangères comme Le Mystère (1986), Un bambino di nome Gesù (it) (1987) et L'Attente (1988) de Franco Rossi[5], et L'Été de tous les chagrins (1989) de Serge Moati.

Années 1990[modifier | modifier le code]

En 1990, Fethi Haddaoui joue le rôle de Khemaïs dans Halfaouine, l'enfant des terrasses de Férid Boughedir.

En 1992, il tourne dans Poussière de diamants de Mahmoud Ben Mahmoud et Fadhel Jaïbi aux côtés de Jalila Baccar et Gamil Ratib[6].

À la télévision, il interprète plusieurs rôles, comme Afif dans Ghada et Saaïda dans Tej Min Chouk.

En 1998, Haddaoui tourne avec Lotfi Abdelli dans No Man's Love de Nidhal Chatta (de), qui lui vaut le prix du meilleur second rôle masculin aux Journées cinématographiques de Carthage[7],[8],[9]. La même année, il tourne le court métrage Kelibia Mazzara de Gianfranco Pannone (en) et Tarek Ben Abdallah.

Haddaoui joue aux côtés de Paul Freeman et Vanessa Redgrave dans le film The 3 Kings, tourné en 1999 par Shaun Mosley et basé sur l'histoire des Rois mages lors de leur voyage vers Bethléem[10].

Années 2000[modifier | modifier le code]

Au cours des années 2000, Fethi Haddaoui se lance dans la production audiovisuelle avec des séries pour enfants et des films documentaires pour le compte de plusieurs chaînes de télévision arabes, parmi lesquelles certaines l'engagent en tant que consultant[3].

Il joue par ailleurs dans des pièces de théâtre telles qu'Il Corano au Teatro Argentina à Rome en 2000 et Œdipe au théâtre des Bouffes-du-Nord à Paris en 2003[5].

Le réalisateur Abdullah al-Moheissen embauche Haddaoui pour l'un des rôles principaux de son film Les Ombres du silence sorti en 2006.

À la télévision, il joue plusieurs rôles, comme Mahmoud Saber dans Gamret Sidi Mahrous en 2002 et Raîf dans Sayd Errim en 2008.

En 2009, il tourne dans le film Cinecittà (ar) d'Ibrahim Letaïef.

Années 2010[modifier | modifier le code]

Fethi Haddaoui préside le Festival international d'Hammamet du [11] au [12].

En 2012, il joue le rôle d'Abu Sufian Ibn Harb dans Omar, une série télévisée historico-dramatique produite et diffusée par MBC 1, réalisée par Hatem Ali et basée sur la vie d'Omar ibn al-Khattâb, second calife de l'islam. La même année, il interprète un rôle dans Bab El Fella réalisé par Moslah Kraïem.

En 2019, Haddaoui tourne dans Kingdoms of Fire (en) de Peter Webber[13]. La même année, il joue dans El Maestro réalisé par Lassaad Oueslati.

Années 2020[modifier | modifier le code]

En 2020, Fethi Haddaoui incarne le personnage excentrique et mondain de Dandy dans la deuxième saison de la série Nouba d'Abdelhamid Bouchnak[14] et renoue avec le personnage du Hadj Boubaker Ouerghi dans la cinquième saison de la série Awled Moufida[15]. Il incarne également le rôle de Chérif, un militant luttant contre l'occupation française de la Tunisie dans les années 1940, dans le feuilleton Galb Edhib de Bassem Hamraoui.

Son nom figure sur la liste des ministres proposée par Habib Jemli, le 2 janvier 2020, en tant que ministre de la Culture[16],[17].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié avec Razam Hijazi depuis 2004, Fethi Haddaoui a deux enfants, Jamila et Adam[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

  • 2014-2015 : spots publicitaires pour la marque tunisienne d'harissa et de concentré de tomates Sicam

Théâtre[modifier | modifier le code]

Réalisation[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Nouba (idée originale et co-réalisation), spectacle de musique traditionnelle
  • 2009 : La Cité du savoir, série de 26 épisodes pour enfants produite par le Conseil de coopération culturelle des pays du Golfe
  • 2010 : Sultan Pacha Al-Atrach, documentaire pour Al Jazeera

Production[modifier | modifier le code]

  • 1998 : No Man's Love de Nidhal Chatta (de)
  • 2010 : Sultan Pacha Al-Atrach pour Al Jazeera
  • Fondateur de RFM Images, productions et distribution[1]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Fethi Haddaoui sur Africultures.
  2. « Biographie de Fethi Haddaoui, ministre des Affaires culturelles », sur businessnews.com.tn, (consulté le 2 janvier 2019).
  3. a b c et d « Qui est Fathi Haddaoui, pressenti au ministère des Affaires culturelles ? », sur webmanagercenter.com, (consulté le 16 janvier 2021).
  4. a et b « Fethi Haddaoui », sur repertoire-artistestunisiens.com, (consulté le 22 août 2016).
  5. a et b « Biographie de Fathi Haddaoui, pressenti en tête du ministère des Affaires culturelles », sur lapresse.tn, (consulté le 16 janvier 2021).
  6. « Chichkhan », sur cinematunisien.com, (consulté le 16 janvier 2021).
  7. « ‘‘No Man's Love de Nidhal Chatta : un road-movie aux accents mystiques », sur kapitalis.com, (consulté le 16 janvier 2021).
  8. Adnen Jdey, « No Man's Love de Nidhal Chatta : du cinéma en liberté », sur nawaat.org, (consulté le 16 janvier 2021).
  9. a b et c « Fathi Haddaoui », sur cinematunisien.com (consulté le 10 juillet 2015).
  10. (en) The 3 Kings sur l’Internet Movie Database.
  11. « Fethi Haddaoui nommé au Centre culturel international de Hammamet », sur tuniscope.com, (consulté le 22 août 2016).
  12. « Fethi Haddaoui ne sera pas reconduit à Hammamet », sur espacemanager.com, (consulté le 22 août 2016).
  13. « Le feuilleton Kingdoms of Fire en tournage en Tunisie », sur kapitalis.com, (consulté le 16 janvier 2021).
  14. Samar Miled, « Nouba 2 ou l'éloge de la différence », sur nawaat.org, (consulté le 16 janvier 2021).
  15. « Quand Fethi Heddaoui et Farah prennent les dessus sur toute l'actualité », sur tuniscope.com, (consulté le 16 janvier 2021).
  16. « Officiel - La composition complète du gouvernement de Habib Jemli », sur leaders.com.tn, (consulté le 2 janvier 2020).
  17. Hamza Marzouk, « Tunisie : un acteur à la tête du Ministère des Affaires culturelles », sur leconomistemaghrebin.com, (consulté le 3 janvier 2020).
  18. « Fethi Haddaoui, meilleur comédien », sur turess.com, (consulté le 22 août 2016).
  19. « Décrets et arrêtés », Journal officiel de la République tunisienne, no 26,‎ , p. 859 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF], consulté le 31 octobre 2018).
  20. « Romdhane Awards : et les gagnants sont... », sur mosaiquefm.net, (consulté le 18 juillet 2015).
  21. « Romdhane Awards : And the winners are... », sur mosaiquefm.net, (consulté le 18 juillet 2015).
  22. « Ramadan Awards : Fathi Haddaoui élu meilleur acteur », sur mosaiquefm.net, (consulté le 22 août 2019).
  23. (ar) « Lors du dernier référendum du magazine Sayidaty pour le ramadan 2019, la télévision nationale a été couronnée pour ses séries », sur kapitalis.com,‎ (consulté le 16 janvier 2021).
  24. « Meilleur acteur 2020 : nos auditeurs choisissent Fathi Haddaoui », sur mosaiquefm.net, (consulté le 23 mai 2020).
  25. (ar) « La cérémonie annuelle de clôture des séries du ramadan pour l'année 2020, en partenariat entre Radio Jeunes et Tunivisions », sur tunivisions.net,‎ (consulté le 24 mai 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :