Famille Bender

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La famille Bender (surnommée en anglais les Bloody Benders, « les Bender sanglants ») est une famille de tueurs en série qui possédait une petite épicerie-quincaillerie et un hôtel dans la commune de Osage, Labette County, Kansas de 1872 à 1873. L'auberge était un endroit miteux appelé Wayside Inn. La famille était constituée de John Bender, sa femme Kate, leur fils, John Jr. et leur fille Kate. Alors que la plupart des gens pensent que John et Kate sont frère et sœur, ces derniers étaient connus pour avoir une relation plus intime et certaines personnes ont dit qu'ils prétendaient être mari et femme.

Origine[modifier | modifier le code]

Après la guerre de Sécession, le gouvernement des États-Unis déplace les Indiens Osage du comté de Labette vers un nouveau territoire indien situé dans ce qui allait devenir l'Oklahoma. Le terrain vacant a ensuite été mis à la disposition des colons. En octobre 1870, cinq familles de spiritualistes s'établirent dans l'ouest du comté de Labette, à environ 7 milles (11 km) au nord-est de l'endroit où Cherryvale serait établi sept mois plus tard et 17 mi (27 km) d'Independence. Une de ces familles fut John Bender Sr. et John Bender Jr. à qui fut donné 160 acres (65 ha) de terres situées à proximité de la Great-Osage Trail, qui était alors la seule voie ouverte pour voyager plus à l'ouest. À l'automne 1871, après avoir construit une cabane, une grange avec un corral et un puits, Kate (Ma) Bender et sa fille Kate arrivèrent et la cabane fut divisée en deux chambres par une toile de wagon-couvert. Les Bender utilisèrent la petite salle à l'arrière pour le logement, tandis que la pièce de devant fut transformé en «magasin général» et auberge. Ma et Kate Bender utilisèrent 2 acres (0,81 ha) pour y faire un potager et un verger au nord de la cabane.

La famille Bender[modifier | modifier le code]

John (Pa) Bender Sr. avait la soixantaine et parlait très peu anglais. Quand il parlait, sa voix était si rauque que ç'en était inintelligible. Ma Bender, avait 42 ans et était tellement désagréable que ses voisins l'avaient surnommée « la diablesse ». Peu avant leur fuite, la famille découvrit que Ma parlait couramment l'anglais. John Bender Jr. avait environ 25 ans, il était beau avec ses cheveux auburn et sa moustache et parlait couramment l'anglais, mais avec un accent allemand. John aimait rire sans but, ce qui a conduit certaines personnes à le considérer comme un « imbécile ». Kate Bender, qui avait autour de 23 ans, était cultivée et séduisante et elle parlait bien anglais avec très peu d'accent. Guérisseuse auto-proclamée et psychique, elle distribuait des dépliants publicitaires sur ses pouvoirs surnaturels et sa capacité à guérir les maladies. Elle organisait également des séances de spiritisme et donnait des conférences sur la spiritualité, par lesquelles elle acquis une certaine notoriété pour avoir prôné l'amour libre ce qui fit que l'auberge ne désemplit point. Bien que les « vieux » Benders restaient entre eux, Kate et son frère participaient régulièrement à l'école du dimanche à Grove Harmony.

Les Benders étaient considérés par tous comme des immigrants allemands, pourtant seuls les hommes étaient nés à l'étranger et ils n'étaient pas réellement une famille. Pa Bender était né John Flickinger en Allemagne ou en Hollande. Ma Bender est née Almira Meik dans les montagnes des Adirondacks et avait épousé George Griffith, avec qui elle avait eu 12 enfants. Ma se maria plusieurs fois, suite au décès de ses maris, tous morts d'une blessure à la tête. Kate était le cinquième enfant de Ma Bender et était née Eliza Griffith. Après son mariage, Kate prit le nom de Sara Eliza Davis. John Jr. était né John Gebhardt. Certains voisins des Bender affirmaient que John et Kate n'étaient pas frère et sœur, mais en fait mari et femme.

Meurtres et disparitions[modifier | modifier le code]

Disparitions en masse de voyageurs[modifier | modifier le code]

En mai 1871, le corps d'un homme nommé Jones, qui avait eu le crâne fracassé et la gorge tranchée, fut découvert dans la rivière Drum Creek. Le propriétaire du terrain sur lequel se trouvait la rivière fut suspecté, mais aucune mesure ne fut prise. En février 1872, les corps de deux hommes furent retrouvés avec les mêmes blessures que Jones. En 1873, les déclarations de disparition de voyageurs ayant traversé la zone étaient devenues si communes que les voyageurs commencèrent à éviter les sentiers. La région était déjà largement connue pour ses voleurs de chevaux et ses brigands. Des comités de vigilance arrêtèrent certaines de ces crapules, les accusant des meurtres et des disparitions, mais ils furent relâchés quelque temps plus tard par les autorités. Beaucoup d'honnêtes hommes furent soupçonnés également et furent renvoyés de l'État par ces comités.

La méthode utilisée par les Bender[modifier | modifier le code]

Certains pensent que si un client semblait être riche, les Bender lui donnaient une place d'honneur à la table, qui était placée au-dessus d'une trappe qui menait à la cave, dos au rideau de la chambre. Kate détournait l'attention de l'invité, tandis que John Bender ou son fils arrivait de derrière le rideau et frappait l'invité sur le côté droit du crâne avec un marteau. Les victimes étaient ensuite égorgées par l'une des femmes pour s'assurer de sa mort. Puis le corps était balancé dans la cave par la trappe. Une fois dans la cave, la victime était dépouillée et plus tard enterrée quelque part dans la propriété, souvent dans le verger. Plus d'une dizaine d'impacts de balle furent retrouvés dans le toit et les murs de la cabane, indiquant peut-être que certaines des victimes avaient tenté de se défendre après avoir été frappées à coups de marteau.

La chute des Bender[modifier | modifier le code]

Premières interrogations[modifier | modifier le code]

À l'hiver 1872, après les obsèques de sa femme, George Loncher et sa fille quittèrent Indépendance et partirent s'installer dans l'Iowa, mais personne ne les revit jamais. Au printemps de 1873, un voisin, le Dr William York, partit à leur recherche, questionnant les fermiers le long de la route. Il arriva à Fort Scott et repartit le 9 mars vers Indépendance, mais n'arriva jamais chez lui. Le Dr York avait deux frères, le colonel Ed York vivant à Fort Scott, Kansas et le sénateur Alexander York qui avait vécu à Indépendance. Tous deux étaient au courant de son voyage et quand ils n'eurent aucune nouvelle de son retour, ils partirent à sa recherche. Le colonel York, à la tête d'une équipe de quelque 50 hommes, interrogea chaque voyageur le long de la route et visita toutes les fermes de la région. Le 28 mars 1873, le colonel York, arriva à l'auberge des Bender avec un M. Johnson, expliquant à la famille que son frère avait disparu et leur demanda s'ils avaient vu. Ils admirent que le Dr York avait logé chez eux et suggérèrent la possibilité qu'il avait eu des ennuis avec des Amérindiens après son départ. Le colonel York accepta l'explication et resta pour le dîner. Le 3 avril, le colonel York retourna à l'auberge avec des hommes armés après avoir été informé qu'une femme avait fui l'auberge après avoir été menacée avec un couteau par Ma Bender. Ma, prétendant ne pas comprendre l'anglais, le jeune John contesta l'accusation contre sa mère. Lorsque York réitéra son accusation, la colère de Ma explosa et accusa la femme d'être une sorcière qui avait maudit son café et ordonna à York et ses hommes de quitter sa maison, révélant pour la première fois que «son sens de la langue anglaise» était beaucoup plus développé que tous ne l'avaient pensé. Avant qu'il ne parte, Kate demanda à York de revenir la voir seul le vendredi soir suivant pour utiliser ses capacités de clairvoyance afin de l'aider à retrouver son frère. Les hommes de York étaient convaincus, ainsi qu'une famille voisine -les Roaches, de la culpabilités des Bender et voulurent qu'on les pende sur le champ; mais York insista pour trouver des preuves avant.

À la même époque, les communautés voisines commencèrent à porter des accusations selon lesquelles la communauté d'Osage était responsable des disparitions et une réunion fut organisée par le canton d'Osage dans l'école Grove Harmony. La réunion fut suivie par 75 habitants, le colonel York ainsi que Pa et John Bender. Après avoir discuté des disparitions, dont celle de William York, il fut convenu qu'un mandat de perquisition serait demandé pour fouiller chaque foyer entre les rivières Big Hill Creek et Drum Creek. Malgré les forts soupçons de York contre les Bender depuis sa visite quelques semaines plus tôt, personne d'autre ne les soupçonna et personne ne remarqua qu'ils s'étaient enfuis.

Découvertes[modifier | modifier le code]

Trois jours après la réunion du canton, Billy Tole conduisait du bétail en passant par derrière la propriété des Bender lorsqu'il remarqua que l'auberge était abandonnée et que les animaux de la ferme étaient affamés. Tole rapporta le fait au maire, mais à cause du mauvais temps il se passa plusieurs jours avant que des recherches ne soient entreprises. Le maire recruta des bénévoles et une centaine de personnes, dont le colonel York, partirent à la recherche des Bender. Lorsqu'ils arrivèrent à l'auberge, ils trouvèrent la cabane vide d'aliments, vêtements et effets personnels. Une mauvaise odeur provenant d'une trappe clouée sous un lit envahissait les pièces. Cette trappe dévoila une salle vide de 2 mètres carrés sur 2 mètres de haut, dont le sol en béton était couvert de sang séché. La dalle de béton fut rompue à coups de masses, mais aucun corps ne fut découvert et ils conclurent que l'odeur venait du sang séché. Les hommes décidèrent de déplacer la cabane sur le côté afin de creuser en dessous, mais aucun corps ne fut trouvé. Ils commencèrent alors à sonder le sol autour de la cabane avec une tige en métal, en particulier dans les terres meubles du potager et du verger, où le premier corps fut trouvé plus tard dans la soirée. Le corps du Dr York était enterré face contre terre à une très faible profondeur. Ils sondèrent le terrain jusqu'à minuit et trouvèrent neuf autres sites soupçonnés d'être des tombes avant qu'ils ne se jugent satisfaits de leurs trouvailles et se retirent pour la nuit. Ils reprirent leur fouille le lendemain matin et huit corps furent découverts dans sept des neuf tombes, tandis qu'un autre le fut dans le puits, avec un certain nombre de parties de corps humains. Tous sauf un avaient le crâne défoncé à coup de marteau et la gorge tranchée. Il a été rapporté dans les journaux que tous avaient été "horriblement mutilés". Le corps d'une jeune fille fut retrouvé sans blessures suffisantes pour expliquer la mort et il a été affirmé qu'elle avait été étranglée ou enterrée vivante. Un journal du Kansas a rapporté que la foule était si furieuse après la découverte des corps, qu'un ami des Bender nommé Brockman, qui était parmi les curieux, a été pendu à une poutre dans l'auberge jusqu'à l'inconscience. Ranimé et interrogé sur ce qu'il savait, il fut pendu à nouveau. Après la troisième pendaison, il fut libéré et rentra chez lui en chancelant "comme un homme ivre ou dérangé". Un missel fut trouvé dans la maison avec des notes écrites en allemand à l'intérieur, traduites par la suite. Il était écrit: "Johannah Bender. Né le 30 juillet 1848" et "John Gebhardt est venu en Amérique le 1er juillet 18xx».

L'histoire des meurtriers se propageât rapidement. Plus de 3 000 personnes, y compris des journalistes venus d'aussi loin que New York et Chicago, visitèrent le site. La cabane des Bender fut détruite par les chasseurs de souvenirs qui volèrent tout, y compris les briques qui bordaient la cave et les pierres bordant le puits.

Le sénateur du Kansas Alexander York, un des frères du Dr York, offrit une récompense de 1000 $ pour l'arrestation de la famille de Bender. Le 17 mai 1873, le gouverneur Thomas A. Osborn offrit une récompense de 2000 $ pour l'appréhension de tous les quatre.

L'arrestation[modifier | modifier le code]

Plusieurs semaines après la découverte des corps, Addison Roach et son gendre William Buxton furent arrêtés en tant que complices. Au total 12 hommes seront arrêtés. Tous avaient été impliqués dans le recel des biens des victimes dont un, membre du comité de vigilance, fut mis en cause pour avoir écrit une lettre à la place d'une des victimes, informant son épouse qu'il était arrivé sans encombre à destination, dans l'Illinois.

La fuite[modifier | modifier le code]

Des détectives suivirent des traces de chariot et tombèrent sur celui des Bender, abandonné, son attelage de chevaux à moitié morts de faim, juste à l'extérieur de la ville de Thayer, à 19 km (12 miles) au nord de l'auberge. Il a été confirmé que la famille y a acheté des billets de la compagnie de train Leavenworth, Lawrence & Galveston pour Humboldt. À Chanute, John Jr. et Kate descendirent du train et prirent le train Missouri–Kansas–Texas en direction du sud jusqu'au terminus, Dennison, dans le comté de Red River au Texas. De là, ils se rendirent à la frontière entre le Texas et le Nouveau-Mexique, dans une colonie de marginaux. Mais ils ne furent pas retrouvés car les policiers chargés de poursuivre la bande de hors-la-loi ne revenaient pas souvent dans la région. Un détective déclara plus tard qu'il les avait traqués jusqu'à la frontière où il avait retrouvé John Jr, mort d'apoplexie. Ma et Pa Bender ne descendirent pas du train à Humboldt, mais continuèrent vers Kansas City où l'on pense qu'ils ont acheté des billets pour St. Louis, Missouri.

Plusieurs groupes de surveillance se sont formés à la recherche des Bender. Beaucoup d'histoires ont été racontées sur leur arrestation. Un groupe a raconté qu'il les aurait attrapés et les aurait tous tués par balles, sauf Kate qu'il aurait brûlée vive. Un autre groupe a affirmé qu'il avait attrapé les Bender et qu'il les aurait lynchés avant de jeter leurs corps dans la rivière Verdigris. Un autre encore a affirmé les avoir tués au cours d'une fusillade et enterré leurs corps dans la prairie. Cependant, personne n'a jamais revendiqué les 3000 $ (2009: 53 000 $) de récompense.

L'histoire de leur fuite se propagea, et la traque continua sur près de cinquante ans. Il arriva souvent que des femmes voyageant par deux furent accusées d'être Kate Bender et sa mère.

En 1884, il a été rapporté que John Flickinger s'était suicidé dans le lac Michigan. Aussi en 1884, un homme âgé, correspondant à la description de Pa Bender, fut arrêté dans le Montana pour un meurtre commis près de Salmon, Idaho, dans lequel la victime a été tuée a coups de marteau sur la tête. Un message demandant une identification positive fut envoyé à Cherryvale, mais le suspect se coupa le pied pour enlever ses menottes et mourut exsangue. Lorsque le shériff adjoint de Cherryvale arriva, l'identification était devenue impossible en raison de la décomposition trop avancée. Malgré l'absence d'identification formelle, le crâne de l'homme fut exposé comme celui de "Pa Bender" dans un saloon de Salmon jusqu'à la prohibition en 1920, quant il disparut.

Le 31 octobre 1889, il a été signalé qu'une Mme Almira Monroe et une Mme Eliza Davis avaient été arrêtées à Niles, Michigan (souvent confondue avec Détroit) quelques semaines plus tôt et leurs identités furent confirmées par deux témoins du canton d'Osage grâce à une photographie ferrotype. Une autre source affirme que LeRoy Dick, le mandataire du canton d'Osage qui avait dirigé les recherches sur la propriété Bender, partit pour le Michigan et identifia personnellement le couple. Mme Davis signa une attestation en admettant que Mme Monroe était Ma Bender et elles furent toutes deux extradées vers Oswego, Kansas, où 7 personnes sur 13 confirmèrent leur identité. Initialement prévu pour février 1890, le procès eut lieu en mai mais le comté dut abandonner les charges et libéra les deux femmes après que leur avocat eut produit un certificat de mariage indiquant que Mme Davis avait été mariée dans le Michigan en 1872, au moment où plusieurs de ces meurtres avaient été commis. Un certain nombre de personnes remirent en question l'authenticité de ces certificats et suggérèrent que le comté était réticent à payer le transfert des deux femmes.

Les victimes[modifier | modifier le code]

  • 1869 : Joe Sowers. Trouvé le crâne écrasé et la gorge tranchée; mais ne semble pas être une victime des Bender.
  • Mai 1871 : M. Jones. Corps trouvé dans Drum Creek avec le crâne écrasé et coupure à la gorge
  • Hiver 1871/1872 : Deux hommes non identifiés trouvés dans la prairie en février 1872 avec le crâne écrasé et égorgés
  • 1872 : Ben Brown. Du comté de Howard, Kansas. 2600 $ (2009: 46 000 $) manquants. Enterré dans le verger de pommiers
  • 1872 : W.F. McCrotty, Co D 123e Infanterie Ill. 38 $ et un wagon avec un attelage de chevaux disparus.
  • Décembre 1872 : Henry McKenzie. Parti s'installer à Indépendance depuis le comté de Hamilton, dans l'Indiana. 36 $ et un équipage de chevaux manquants.
  • Décembre 1872 : Johnny Boyle. Du comté de Howard, Kansas. 10 $, une jument de stimulation et une selle de 850 $ manquants. Trouvé dans le puits des Bender.
  • Décembre 1872 : George Loncher et sa fille (les journaux contemporains ont diversement rapporté son âge, soit huit ans ou 18 mois; le plus jeune âge est plus probable). 1900 $ (2009: 33 600 $) manquants. Enterrés ensembles dans le verger de pommiers.
  • Mai 1873 : le Dr William York. 2000 $ (2009: 35 000 $) manquants. Enterré dans le verger de pommiers.
  •  ? : John Greary. Enterré dans le verger de pommiers.
  •  ? : Homme non identifié. Enterré dans le verger de pommiers.
  •  ? : femme non identifiée. Enterrée dans le verger de pommiers.
  •  ? : Différentes parties de corps. Les parties ne peuvent appartenir à aucune des autres victimes trouvées.
  • 1873 : Pendant les recherches, les corps de quatre hommes non identifiés ont été trouvés dans Drum Creek et environs. Tous les quatre avaient le crâne écrasé et la gorge tranchée. Un d'entre eux peut être Jack Bogart, dont le cheval a été acheté chez un ami des Benders après sa disparition en 1872.

À l'exception de McKenzie, de York et des Lonchers qui ont été enterrés à Indépendance, aucun des autres corps n'a été réclamé et ont été inhumés à la base d'un monticule à 1 mi (1,6 km) au sud-est du verger des Bender [5].

La fouille de la cabane a abouti à la récupération de trois marteaux qui avaient été utilisés comme armes pour les meurtres. Ces marteaux ont été donnés au musée Bender en 1967 par le fils de LeRoy Dick ; c'est le Osage Township Trustee qui a dirigé la fouille de la propriété Bender. Les marteaux ont été exposées au Musée de Bender à Cherryvale, Kansas de 1967 à 1978 lorsque le site a été acquis pour une caserne de pompiers. Lorsque des tentatives ont été faites pour relocaliser le musée, elles ont donné lieu à controverse, les habitants s'opposant à ce que la ville soit connue pour les meurtres de Bender. Les objets touchant à la famille Bender ont finalement été remis au Musée Cherryvale.

Apparition dans les fictions[modifier | modifier le code]

La famille de Bender est le sujet du roman western The Hell Benders (1999) par Ken Hodgson. Dans le roman de Lyle Brandt, Massacre Trail, paru en 2009, les Bender sont responsables du massacre des habitants de plusieurs fermes, et sont abattus par le shérif Jack Slade. Le roman de 2004, Cottonwood, écrit par Scott Phillips, met en scène Kate Bender dans un rôle secondaire ; la seconde moitié du livre se déroule pendant le procès de deux présumés membres survivants de la famille Bender. Ils sont également le sujet du roman historique Candle of the Wicked (« La Bougie des mauvais »), de 1960, par Manly Wade Wellman, et ils jouent un rôle dans la nouvelle They Bite, de 1973, par Anthony Boucher. Un des épisodes de la série télévisée Histoires du siècle s'intitule Kate Bende, et est axé uniquement sur le fils et la fille. Une adaptation romanesque illustrée de leur histoire fait partie d'une BD réaliste de Rick Geary treasure of victorian murder. Les Benders sont également évoqués en 2001 dans le roman de Neil Gaiman American Gods, comme un pseudo-culte d'adoration envers le dieu slave Tchernobog. Ils sont aussi mentionnés dans la série The Librarians en tant que possesseurs d'une maison enchantée qui devient maléfique à cause d'eux. La première saison de la série télévisée Supernatural met en scène une famille meurtrière qui se nomment les Bender (épisode 15), en référence à la famille historique.