European Data Relay Satellite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'European Data Relay Satellite (Satellite relais de données européen) ou EDRS est un projet de constellation de satellites de télécommunications placés en orbite géostationnaire développé par l'Agence spatiale européenne et dont le rôle est d'assurer le relais entre les satellites en orbite basse et les stations terrestres. Les satellites peuvent ainsi en permanence transmettre leurs données aux stations au sol via les satellites EDRS sans avoir à attendre de survoler celles-ci.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le projet EDRS fait partie du programme ARTES (composant ARTES 7) de l'Agence spatiale européenne consacré à la recherche dans le domaine des télécommunications spatiales. Deux satellites portant une charge utile EDRS devaient être déployés sur la période 2014-2016 et un troisième doit venir compléter la couverture plus tard[1]. L'EDRS doit jouer un rôle analogue à celui du réseau de satellites TDRS développé initialement par la NASA pour permettre à la navette spatiale américaine d'être constamment en contact avec les stations au sol ainsi qu'aux systèmes russe Loutch et chinois Tianlian. L'EDRS prend la suite du satellite relais expérimental Artemis également développé par l'Agence spatiale européenne mais qui n'assure une couverture que sur une partie limitée du globe terrestre. Les principaux utilisateurs d'Artemis aujourd'hui sont Envisat, les infrastructures orbitales européennes liées à la station spatiale internationale (ATV et Columbus), le satellite ADEOS 2 développé en coopération avec le Japon.

Le développement d'ERDS se fait dans le cadre d'un partenariat public-privé mis en place en octobre 2011 entre l'Agence spatiale européenne et Airbus Defence and Space. Selon les termes de ce contrat Airbus a en charge le déploiement et la mise en œuvre du système pour une période de quinze ans. La première mission de ERDS sera de relayer les données des satellites Sentinel 1 et 2 du programme Copernicus. Le service baptisé SpaceDataHighway doit être progressivement étendu via le programme Globenet[2].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

ERDS présente deux spécificités par rapport aux autres systèmes de satellites relais. D'une part il n'utilise pas des satellites dédiés mais se présente sous la forme de charge utile hébergée par des satellites de télécommunications commerciaux. D'autre part les relais ERDS utilisent pour leurs liaisons avec les satellites un terminal très avancé de communication par laser développée avec le soutien de l'agence spatiale allemande DLR par la société Tesat Spacecom. Ce système doit être également installé à bord des satellites dont les données sont relayées mais il présente l'avantage de permettre un débit instantané particulièrement élevé de 1,8 gigabits/seconde (et 40 téraoctets par jour)[2].

Déploiement[modifier | modifier le code]

EDRS-A, premier relais du réseau EDRS, a été placé en orbite en tant que charge utile du satellite de télécommunications Eutelsat 9B lancé le 30 janvier 2016 et positionné au niveau de la longitude 9° Est à la verticale de Libreville au Gabon. Il a été déclaré opérationnel en novembre 2016. Le deuxième composant EDRS-C doit être lancé à bord du satellite Hylas 3 qui sera déployé au printemps 2017 et occupera la longitude 31° Est au-dessus de l'Ouganda. Le lancement d'un troisième relais EDRS-D positionné à 132° est au nord de la Papouasie est programmée en 2020 mais son financement est en cours de discussion fin 2016. Contrairement à ses prédécesseurs il emporterait plusieurs terminaux laser pour lui permettre de communiquer simultanément avec plusieurs satellites[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « EDRS space network ready to go ahead », ESA,‎
  2. a, b et c (en) Stefan Barensky, « EDRS est déclaré opérationnel », Aerospatium,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]